La mode à la façon religieuse c'est pour demain?

Publié le 8 Janvier 2013

 

L’explosion du « Modest Clothing »: vers une mode hallal (ou cascher) (ou sacrée)?

C’est une véritable lame de fond qu’on suit depuis plusieurs années et qui semble s’accélérer: différentes communautés religieuses semblent s’organiser pour développer des marques de vêtements « conformes » à certaines de leurs Lois. En 2011, nous parlions de la Hijabi Fashion Week, ou encore des blogueuses mode chrétiennes.

 

Loin d’être anecdotiques, ces organisations semblent désormais être une réalité du marché. Tout semble s’accélérer en 2009, au plein milieu de la crise, aux Etats Unis. Plusieurs facteurs se mêlent: une contraction du pouvoir d’achat qui tend à reconsidérer le choix des vêtements et leurs signfications; une réaction des femmes adultes qui pour 64% d’entre elles considèrent d’après BIGresearch que la mode à destination des jeunes filles est allée beaucoup trop loin dans la provocation; la communication de nouveaux activistes regoupés sous la terminologie « Modest Clothing » (vêtements décents en français), notamment à travers l’action de Pure Fashion.

Le phénomène a été accéléré avec la création par de grandes enseignes comme Macy’s de départements dédiés au « Modest Clothing »; Harrods au Royaume Uni vend quant à lui des Abayas. Récemment,le protégé de Vivienne Westwood, Barjis Chohan, a su générer une attention médatique forte autour de ses créations.

© Barjis Chohan, collection automne hiver 2012

Plus globalement, alors que la mode pouvait être associée à une forme d’avant-gardisme des moeurs dans l’histoire, des valeurs normalement plus conservatrices comme la famille sont de retour (ex: la campagne Dolce & Gabbana « Italian Family »…).

Alors la mode serait-elle en train d’être préparée hallal, cascher, à l’eau bénite? Sur internet, le courant « Modest Clothing » semble s’affranchir des carcans confessionnels; si des blogs commeAll Tumble Down (tenue par Nina qui se définit elle-même comme Juive orthodoxe moderne) ou de la galaxie mormone ont su capter une audience évidente, on constate que des portails commeModest Clothes recensent toutes les marques en lien avec cette mouvance, quelque soient leurs territoires initiaux. Les blogs dédiés semblent insister sur une notion d’ouverture, non dogmatique: la foi est un élément de l’identité, un levier nouveau pour développer son propre style. Côté musulman par exemple, on note l’apparition de phénomènes comme Hana Tajima en Angleterre, qui parvient à faire une fusion entre religions et nouvelles aspirations séculières (streetwear notamment). L’influence de ces nouvelles prescriptrices dépassent les frontières, avec de forts relais grâce à la langue anglaise en Indonésie ou Malaysie.

Hanna Tajima de Style Covered

Sur Pinterest, les internautes sont extrêmement actifs, et le nombre de « tableaux » dédiés au Modest Clothing explose. Finalement, cette rencontre du spirituel & du style a des préoccupations somme toute assez classiques: comment se sentir jolie tout en respectant sa foi?

Néanmoins, ce courant peut aussi avoir ses dérives; on peut parler par exemple de la marque chrétienne Heart OMG, qui n’invente pas grand chose de nouveau si ce n’est: habillez-vous sexy chez nous, c’est permis puisque c’est chrétien:

Le lookbook de la marque chrétienne Heart OMG

Doit-on y voir un danger, une menace? Pas vraiment si on considère que la mode n’a pas à obéir à des principes laïcs. Au contraire, certaines communautés, en se rendant visibles, font probablement évoluer les mentalités: en accueillant le regard de l’autre, elles adaptent leurs idées et enrichissent la palette des normes sociales; du côté des autres individus, on peut plonger dans un univers certes différent mais pas hostiles. La seule crainte qu’on décèle est probablement dans les sites qui imposent une vision normative et exclusive du style.

Mais gageons que si le contre-pouvoir n’est plus véhiculé à travers les courants punk, d’autres citoyens vont parvenir à inventer de nouveaux engagements. On est impatients de les voir arriver.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Commenter cet article

mika 08/01/2013 11:23


1mn40 et en VO…mais, même en arabe, vous allez tout comprendre du "jeu de l’amour et du hasard"…en Arabie Saoudite!


http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=g2nMy6Z5STc