La morale à l’école ? Et le patriotisme, bordel ! par Luc Rosenzweig

Publié le 9 Septembre 2012

source: Le causeur

J’estime beaucoup Vincent Peillon. C’est un honnête homme, cultivé, subtil et nuancé, comme l’était d’ailleurs son pénultième prédécesseur de droite Xavier Darcos. Il rêve d’être le continuateur du plus éminent bâtisseur de l’école publique française, Ferdinand Buisson, dont il fut récemment le biographe1. Ce n’est pas le plus mauvais choix, car ce protestant avait poussé aussi loin que possible le projet de donner à tous les jeunes Français un socle de valeurs communes, tout en respectant les choix familiaux, idéologiques ou religieux.

Les idées de Ferdinand Buisson sont celles qui se rapprochent le plus, dans un contexte français, de la « common decency » de George Orwell : « Pour qu’une éducation morale nous paraisse suffisante, il faut qu’elle crée en chaque individu une sorte de force intérieure régissant non seulement les actes, mais les pensées, les sentiments, les intentions, toute la conduite, toute la direction de la vie », écrivait Buisson dans son Dictionnaire de pédagogie paru en 1911.

A cette époque, Buisson n’avait pas besoin de préciser que cette éducation morale incluait la transmission, par les enseignants d’un amour pour la patrie qui ne se réduise pas au chauvinisme et à la détestation de l’autre. Les « hussards noirs de la République » savaient à merveille raconter à leurs élèves le roman national en s’appuyant sur Jules Michelet et Victor Hugo. Il ne s’agissait pas seulement pour eux de « faire société » comme on dit stupidement aujourd’hui, mais de construire chaque jour la Nation avec des enfants qui ne l’ont pas reçue avec leur ADN. Le problème, à la veille de la Grande Guerre, était plutôt de mettre en garde les enseignants contre les dérives d’un nationalisme agressif, tel celui qui s’était manifesté lors de l’affaire Dreyfus, ou dans le revanchisme antiboche exacerbé.
Les écoliers de la « communale » connaissaient les paroles de La Marseillaise dès le CP, et même celles du Chant du départ.

Aujourd’hui, la situation est totalement différente. Le patriotisme, même le plus tempéré, est tourné en dérision par une caste de beaux esprits « déconstructeurs », historiens, journalistes et publicistes pour qui l’Histoire de France ne peut s’écrire que sur le mode du mea culpa.

L’éducation au patriotisme, qui va de soi dans nombre de démocraties proches de chez nous (voyez la Suisse) doit donc d’urgence s’inscrire dans cette éducation morale que Peillon se propose de restaurer. Le patriotisme affiché n’exclut pas forcément (voyez les Etats-Unis). Au contraire, il est une proposition d’inclusion à tous ceux qui viennent d’ailleurs, dans la grande tradition française de la Nation conçu comme un plébiscite quotidien de tous ceux, quelle que soit leur origine, ayant choisi la France comme lieu de résidence. Il ne vous demande pas de choisir entre papa et maman, mais postule que votre cœur est assez grand pour aimer à la fois votre patrie et votre province, ou le pays lointain de vos ancêtres.

On pourra rétorquer avec Hannah Ahrendt que l’amour c’est pour les gens, à la rigueur pour l’humanité, et non pour les pays. Peut-être. Pourtant, l’amour de la patrie ne vous condamne pas à l’aveuglement : correctement transmis par des adultes qui croient plus à l’énergie positive du collectif qu’aux vertus de l’égoïsme consommateur, il pourrait contribuer à rendre plus vivable notre maison commune.

  1. Vincent Peillon, Une religion pour la République : La foi laïque de Ferdinand Buisson (Seuil, 2010).

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

marco 09/09/2012 18:28


Quand j'étais gamin,j ai appris la marseillaise a l'école,et maintenant ??

DURADUPIF 09/09/2012 17:48


Qu'attend-t'il pour mettre en pratique ? Quand les crevettes siffleront ou quand les poules auront des dents ? Quel est donc ce serpent qui siffle sur sa tête ?

Yves IMBERT 09/09/2012 15:01


PEILLON est un faux cul Islamo-marxiste irresponsable,  dans les années 1900 il serait passé par les armes pour trahison

LA GAULOISE 09/09/2012 12:51


  Autant qu'il m'en souvienne, l'instruction civique que nous apprenions en classe, contenait, aussi, des leçons de morale et gare à celles et  ceux qui "ne savaient pas ".  Alors
qu"attend ce foutu gouvernement pour remettre l'instruction civique obligatoire (   cela pourrait aussi rafraichir la mémoire de certains enseignants  ! )