La paille et la poutre des multiculturalistes par Michel De Rudder

Publié le 17 Mars 2012

par Michel De Rudder, mars 2012

Ceux qu'on appelle curieusement « multiculturalistes » sont des gens qui vomissent leurs racines culturelles chrétiennes tout en prouvant par leur attitude qu'ils en sont imprégnés jusqu'à la moelle, à un degré tel qu'ils atteignent le summum de l'absurde. Ils sont tellement pénétrés de l'idée biblique qu'il ne faut pas voir la paille dans l'oeil du voisin mais la poutre qui est dans le sien propre que, au niveau culturel et collectif, braqués seulement sur l'oeil de leur propre culture, il sont totalement incapables de comprendre ce qui se trouve en dehors de celle-ci, et donc de voir la poutre colossale qui se trouve pourtant de toute évidence dans l'oeil de la culture voisine, parce qu'ils n'estiment pas nécessaire de constater ce qui s'y trouve : leur culture évangélique (qu'ils abhorrent mais à laquelle ils font pourtant une confiance aveugle) leur dit en effet qu'il ne peut que s'agir d'une paille. Inutile donc de vérifier ; les « multiculturalistes », sortes de super-chrétiens hyper-intégristes qui ont suivi les principes évangéliques jusqu'à dépasser de très loin le bon sens et la morale du message d'origine, pour atteindre des sommets de délire masochiste, sont ainsi totalement dépourvus de curiosité. Le dogme suffit amplement à remplir leur vide intellectuel ; quelle nécessité y aurait-il dès lors à connaître la réalité ? Et ils sont tellement obsédés par l'idée qu'ils doivent, coûte que coûte, trouver une poutre dans l'oeil de leur culture à eux, qu'ils croient réellement tomber dessus à la vue du moindre fétu (ce qui est assez normal : n'ayant jamais pris la peine de mesurer la taille de la poutre du voisin, ils n'ont aucun point de comparaison).                        

                                                  

Et cet aveuglement au niveau culturel, provoquant une vision inversée de la réalité, fait que (au niveau individuel cette fois), ils voient, en ceux qui ne sont pas aveuglés et constatent simplement les faits, des gens affligés de défauts qui en réalité sont les leurs. A ce stade microcosmique, ils abandonnent la parabole biblique qui guide leur vision macrocosmique du monde pour voir dans l'oeil du voisin des poutres qui ne sont en réalité qu'une projection de celle de leur propre oeil. C'est ainsi qu'ils traitent de « fachos » ceux qui, ayant étudié la religion de Mahomet, y posent un regard critique, alors qu'analysée selon les critères donnés par les politologues, celle-ci présente toutes les caractéristiques d'une idéologie fasciste (*), et que ceux qui la critiquent sont donc antifascistes. Tandis qu'eux défendent bec et ongles cette doctrine, et sont donc tout ce qu'il y a de plus fascistes.

 

                                                                                                                                                                                                                                         

 

De même, ils insinuent que les critiques de l'islam seraient racistes, alors qu'eux-mêmes clament qu'ils ont le nazisme en horreur (lequel nazisme est représenté par un petit blanc moustachu et de blonds officiers SS), mais ronronnent de bonheur quand ils voient approcher la doctrine tout-à-fait analogue, mais représentée en majorité par des gens bronzés venus d'ailleurs, qu'est l'islam. Juger ainsi la même idéologie de manière totalement différente (complètement inversée même) suivant la couleur de la peau et l'origine de leurs adeptes est bien sûr tout ce qu'il y a de plus raciste. On pourrait dire à leur décharge que, nourris uniquement de la propagande islamolâtre qui a envahi les media et les discussions du café du commerce (surtout des cafés de gauche, mais pas seulement, loin de là), ils n'ont aucune idée de ce qu'est réellement l'islam, et n'ont pas la moindre connaissance qui leur permettrait de constater qu'il ne diffère du nazisme que par d'infimes détails. C'est exact : ils n'en ont aucune idée. Mais ce n'en est pas excusable pour autant. Ils ont les moyens de s'informer et refusent obstinément de le faire, et même quand on leur met sous les yeux la preuve que leur vision des choses relève plus de l'hallucination psychédélique que de la compréhension du réel, ils s'obstinent à rester volontairement plongés dans l'ignorance. Leur racisme et leur fascisme sont donc délibérés : leurs efforts sont entièrement consacrés à fuir toute situation qui les obligerait à ouvrir les yeux sur la réalité du monde et sur les implications de la vision fantasmée qu'ils en ont.

 

                                                                                                            

 

Et leur racisme ne se borne pas à celà. Le fait même qu'ils imaginent que les adversaires de l'islam auraient des mobiles racistes prouve que, dans leur esprit, il y a une relation intrinsèque entre le fait d'être musulman et celui d'appartenir à une race donnée. Outre qu'un examen même sommaire des faits montre avec évidence qu'il n'en est rien (il y a seulement des proportions différentes de musulmans suivant les peuples, dûs à des péripéties historiques et aux modes d'extension propres à l'islam, et non à une appartenance ethnique), une telle vision du problème est essentialiste, c'est-à-dire raciste. Affligés d'un fétichisme de l' « autre », ils n'ont en réalité pas la moindre considération pour lui ni le moindre désir de le connaître. Avoir l'illusion de le connaître leur suffit amplement. Le simple fait d'avoir un pote beur avec qui ils s'entendent bien, un voisin de palier turc avec lequel, merveille, ils peuvent échanger quelques mots dans une langue commune sans s'entretuer, est pour eux largement assez en guise de « connaissance d'une autre culture ». Dans la lutte que, dans les pays musulmans, une minorité de libres penseurs, de gens épris de liberté, d'égalité et de fraternité mènent contre le totalitarisme musulman, ils ont choisi leur camp : celui de l'obscurantisme, de l'oppression, de la terreur et du sang, car ce camp, c'est celui de l'islam, que l'islam c'est l' « autre », et que l'autre est bon par essence. Raisonnement imparable.

 

 

Se prétendant eux-mêmes anti-racistes, anti-fascistes et laïques, les « multiculturalistes » (qui seraient mieux nommés monobarbares, vu le caractère radicalement hostile à la diversité et ennemi de toute civilisation de l'idéologie qu'ils défendent) ne sont en fait préoccupés que d'image, et principalement de leur propre image à l'égard de leur entourage et d'eux-mêmes. Il vivent coupés du monde, plongés obstinément dans la douce illusion d'être humanistes, « de gauche », « ouverts à la diversité », et de défendre la veuve et l'orphelin - ce qui est très gratifiant pour leur ego - alors qu'ils construisent en fait un enfer totalitaire pour leurs enfants. En réalité, ils sont, à l'inverse de l'image d'eux-mêmes qu'ils s'efforcent d'entretenir, et à laquelle ils croient grâce à des doses massives de méthode Coué, doublement racistes, fascistes, et théocrates.

 

______________________

 

(*) Au sens large et habituel des doctrines totalitaires analogues à celles qui ont fleuri en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Portugal dans les années '30-'40, pas au sens étroit du seul parti fasciste de Mussolini. Il n'est dailleurs même pas nécessaire d'avoir recours aux grilles fournies par les politologues spécialistes du fascisme et de l'extrême droite ; une connaissance élémentaire de l'histoire et des doctrines concernées combinée à l'examen objectif des textes fondateurs de l'islam le montre sans équivoque.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

23bixente23 24/03/2012 01:16


belle analyse, d'une rigueur et d'une pertinences impeccables ! à balancer dans la face de tous les bobo-gôcho-"antiraciste" et islamocollabos !!

DUBACDEBIET 17/03/2012 18:03


Erratum : "unissez-VOUS" !!

DUBACDEBIET 17/03/2012 14:06


Belle analyse. Bien vu, bravo et merci. Il en était de même pour nos ex-chers marxiste-léniniste de 1917 à 1989 qui nous ont fait croire que les fontaines couleront du lait et que l'abondance
sera pour tous au rendez vous de la Nature et de la Paix universelle. Tout cela en traitant de vipères lubriques toutes celles et ceux qui, connaissant mieux Dame Humaine et Dame Nature, leur
disaient sans haine ni violence, que changer à la fois l'Homme et La Société ne se feraient pas si facilement en appliquant la Dictature du Prolétariat SUR le Prolérariat. Que neni ils n'avaient
lu que Marx et Hegels et hors de leur dogme point de salut. Toujours est-il qu'après l'effondrement de cette idéologie, malgré eux, quelques lucides ont écrit : Prolétaires de tous les Pays,
excusez-nous ! Nous nous reprendrons, à leurs corps défendants, de tous les islamo-fascistes de la Planète :  Non-musulmans de tous les Pays, unissez-nous !!!