La parole aux lecteurs: Bernard Thouvenin et le sommet de Copenhague.

Publié le 12 Décembre 2009

Dans le cadre de la parole aux lecteurs, voici une contribution de Bertrand Thouvenin Putéolien de longu date sur Copenhague et la vague verte!
Gérard Brazon

       Ca y est, c'est parti pour dix jours. La Copenhagmanie est déclarée. Tout le monde va se faire environnementer jusqu'au fondement. Que ceux qui n'aiment pas le vert veuillent bien aller se faire peindre, et au galop, si non, demain à l'aube...
Demain, des centaines de chefs d'Etat vont déverser des quintaux de bonnes intentions propres devant des milliers de journalistes enfiévrés qui vont salir des tonnes de papier non recyclé dans un tsunami de commentaires délirants. Le Figaro a commencé aujourd'hui avec 9 pages. Aucune digue ne résistera devant cet ouragan des z'effets d'serre attisé par trois mille experts qui vont vous souffler des tombereaux de chiffres alarmants. La surenchère va zigzaguer de la hauteur des mers (de 0,43m à plus de 6 mètres ! et il y aura même des mers plus hautes que d'autres !) au nombre de réfugiés qui devront périr s'ils ne se réfugient pas sur le mont Ararat...
Tout le monde est mobilisé, même le Pape qui y va de son antienne pour une "conduite responsable pour soulager les pauvres et les générations futures". McDonalds frappe fort et annonce dans des pages de pub qu'il va embaucher un équipier référentiel environnement. La frite verte n'est pas loin.
Les gouvernements vont voter des sommes gigantesques sous l'œil attentif des super-experts Nicolas (Hulot) et Yann-Arthus qui prendront un air dégoûté pour dire que ce n'est pas encore assez.
Car, la FOIRE AUX FROMAGES est ouverte ! On va voir fleurir - c'est déjà commencé - des Hautes Autorités, des Observatoires, des Comités de Surveillance, des Conférences permanentes, des Bureaux d'Etudes, un Monsieur Environnement, un Monsieur Climat, un Monsieur S.O.S. Planète ! Et pourquoi pas Roselyne Bachelot dans le rôle de la Madone des Vents assise sur le Fuji Yama peint en vert et déclamant atmosphère ! atmosphère !
Ca va déconner grave à la Copenhague-partie. Entre les bons petits Chinois qui sont tellement nombreux qu'ils ont le meilleur taux de CO2 par habitant et les vilains Américains qui pètent plus fort que tous les autres réunis, ca va grouiller dense, façon spermatozoïdes à l'assaut de l'ovule.
Et j'te promets 3% de plus, et j'te rachète tes 5% de trop, et les marchands d'éoliennes danois qui sont aux premières loges...Tout ce qui est susceptible d'émarger aux formidables budgets-sauveteurs-de-planète va déferler et se répandre en une longue procession de bateleurs porteurs de bannières : TOUS UNIS CONTRE LE CO2 !
Ah les bonnes âmes. Jamais ils n'ont entendu parler de cet horrible soleil encombré de taches, qui régit la quasi totalité des événements climatiques, de ces féroces volcans nés ou à naître, de ces tremblements de terre, ces plaques tectoniques, ces courants marins et les vents qui emportent tout. Ils tiennent pour négligeables tous ces éléments qui règlent la plus grande partie de la "mécanique" géographique.
Qu'importe que d'autres experts plus prudents viennent contredire leurs élucubrations démentielles et leur rappeler que tous les phénomènes que nous subissons aujourd'hui se sont déjà produits avec plus d'intensité. Le FROMAGE est trop beau, l'occasion miraculeuse, les grands-prêtres convaincants et la masse des gogos bien crédule.

Nous vivons aujourd'hui la plus grande imposture de ce siècle et de tous les temps, à l'échelon planétaire, avec l'approbation des Nations sous les chœurs enthousiastes des esclaves, dans un tourbillon de milliards qui pleuvent pour la plus grande satisfaction de quelques allumés.
A la liste des grandes ères de l'humanité, après Neandertal et homo sapiens, il va falloir ajouter l'homo écolocus, le petit homme vert nourri de principes, bouffi d'orgueil mais n'absorbant que des subventions.
Bernard Thouvenin

Si, comme Bernard, vous souhaitez donner votre avis, vous pouvez m'écrire votre texte sur mon courriel!
Bien à vous tous et merci de ces futures contributions!
G.Brazon


. Après l'unanime sacralisation de Barack H. Obama, messie à l'indécision problématique, voici les matraquages sur l'implication de l'homme dans le réchauffement du climat. Sur cette question controversée, "le débat est clos", ont décrété les convertis, dont Nicolas Sarkozy. Cette semaine, cinquante-six journaux ont publié le même éditorial : "La question n'est plus de savoir si c'est l'activité humaine qui est responsable, mais de calculer le peu de temps qu'il nous reste pour limiter les dégâts." Où est le pluralisme des analyses ?

L'avis d'Yvan Rioufol
(...)  Une pensée unique chasse l'autre, dans un mimétisme planétaire

 

Seule une religion peut oser se réclamer ainsi d'une vérité universelle, assénée par ses prophètes. Le paradoxe est de voir tant de laïcs s'engouffrer dans cette bigoterie pour qui le diable est la société libérale et le capitalisme. L'hérétique Claude Allègre n'est pas le seul à avoir été qualifié de "négationniste" par l'Inquisition qui ne supporte pas de voir mise en doute la faute originelle de la société de consommation. De nombreux autres scientifiques récalcitrants ont aussi été bannis. L'État se devrait de respecter, dans ce domaine aussi, une séparation avec ce nouveau clergé.

Que cela plaise ou non à l'animateur Nicolas Hulot, dont le film (Le Syndrome du "Titanic ") révèle son choix tiers-mondiste et altermondialiste, des doutes subsistent sur le réchauffement (certains assurent que les températures baissent depuis 1998) et sur le rôle unique de l'homme dans ce phénomène (qui pourrait être dû aussi aux cycles du soleil). D'autant que les révélations du Wall Street Journal, apportant des preuves de bidouillages de données climatiques (le "Climategate") au sein de l'Université d'East Anglia (Grande-Bretagne) afin de soutenir la thèse officielle, accréditent le soupçon d'une manœuvre idéologique. Or ce sont des interdits et des impôts déguisés qui sortiront de Copenhague. Non, vraiment, la parole de ce sommet n'est pas d'évangile.(...)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article