La pénétration de l'administration Obama par les Frères Musulmans

Publié le 8 Février 2011

Remerciement à Jenny pour cet envoie. Faut-il se méfier de Barak Huessein Obama. A lire.

3 Février 2011 par Point de Bascule
 
            Point de Bascule présente une traduction de larges extraits d'une entrevue accordée par Pamela Geller à Jamie Glazov de Frontpage Magazine (FP). L'entrevue a originalement été publiée le 3 février 2011 sous le titre The Muslim Brotherhood's Penetration of the Obama Administration.

FP

Pamela Geller, bienvenue pour une entrevue au magazine Frontpage. J'aimerais qu'on se concentre aujourd'hui sur la pénétration de l'administration Obama par les Frères Musulmans. Que pouvez-vous nous dire au sujet de la pénétration islamiste à la Maison Blanche?


Pamela Geller
Merci Jamie. La première chose que nous devons réaliser c'est que les Frères Musulmans opèrent aux États-Unis sous une variété de noms et grâce à plusieurs organisations. En théorie, il n'y a pas de confrérie des Frères Musulmans aux États-Unis. Mais la Muslim American Society (MAS), l'Islamic Society of North America (ISNA), le Council on American-Islamic Relations (CAIR) et d'autres organisations sont liées aux Frères d'après un document qui a été saisi dans le passé et qui fut amené en preuve par la poursuite en 2007 lors du procès de la Holy Land Foundation (HLF).

PdeB: Lors de ce procès, plusieurs leaders de HLF furent accusés et reconnus coupables d'avoir participé au financement d'activités terroristes au Moyen-Orient à partir du territoire américain.

FP
D'accord. Expliquez nous pourquoi il est important de se préoccuper des activités de ces organisations liées aux Frères Musulmans sur le territoire américain.

Pamela Geller
Parce que le même document décrit la mission des Frères Musulmans aux États-Unis comme étant « une sorte de grand jihad visant à éliminer, à détruire de l'intérieur la civilisation occidentale et à saboter sa misérable demeure afin que la religion d'Allah soit victorieuse sur toutes les autres religions ».

FP
Et vous affirmez que des gens qui ont des liens avec ces organisations sont impliqués dans l'administration Obama?

Pamela Geller
Oui, ils le sont de diverses manières. Dès le premier jour de son mandat, le président a cherché à démontrer ses bonnes dispositions à l'égard des Frères Musulmans en choisissant Ingrid Mattson pour faire la prière à la cathédrale de Washington durant les activités d'inauguration qui se déroulèrent le 20 janvier 2009.

À première vue, le choix d'Obama était compréhensible. Ingrid Mattson est une Canadienne qui s'est convertie à l'islam et qui prend soin de projeter une image de modération. Mais l'ISNA (dont elle était la présidente à ce moment-là) avait admis ses liens avec les Frères Musulmans et le Hamas qui se décrit lui-même comme « une des sections des Frères Musulmans en Palestine ».

Mattson a également tenté de monter les juifs et les chrétiens les uns contre les autres. Parlant à la Kennedy School of Government rattachée à Harvard en mars 2007, elle a déclaré que « les chrétiens de droite sont des alliés peu fiables pour les juifs américains parce qu'ils sont véritablement antisémites. Ils n'aiment pas les juifs ».

Mais Obama ne semble pas s'en faire avec cela. Elle a donc prié pour Barack Hussein Obama le 20 janvier 2009. Et les choses se sont empirées à partir de ce moment-là. Valerie Jarrett, une des conseillères le plus importantes d'Obama a demandé à Mattson de joindre le White House Council on Women and Girls (Conseil de la Maison Blanche sur les femmes et les filles) qui est voué à « promouvoir le leadership des femmes dans toutes les communautés et tous les secteurs de la société, incluant la présidence, afin de développer une masse critique de femmes aux origines diverses prêtes à exercer des rôles de leaders ».

Une dirigeante qui porte le hijab et qui maintient des liens avec les Frères Musulmans et d'autres terroristes et suprématistes islamiques. Voilà un beau cas de diversité!

FP
Je me demande pourquoi nous n'avons pas entendu Mattson se porter à la défense des victimes de crimes d'honneur et dénoncer les enseignements islamiques qui servent de justifications à ces meurtres. Ce serait intéressant de savoir ce qu'elle aurait à dire au sujet d'un article que vous avec consacré aux crimes d'honneur.

Donnez-nous d'autres exemples qui attestent de la présence des Frères Musulmans dans l'administration Obama.

Pamela Geller
En juin 2009, Obama a nommé Kareem Shora au Homeland Security Advisory Council (Conseil consultatif de la sécurité intérieure). Shora est un musulman qui a été le directeur exécutif de l'American-Arab Anti-Discrimination Committee (Comité anti-discrimination américano-arabe), un groupe qui s'est généralement opposé à la lutte antiterroriste depuis le 11 septembre, comme l'ont fait toutes les organisations des Frères Musulmans qui opèrent sur le sol américain.

Plus inquiétant encore est la nomination d'Arif Alikhan au poste de secrétaire-adjoint au bureau responsable de l'élaboration des politiques du Department of Homeland Security (DHS - Département de la sécurité intérieure). Alikhan est un musulman associé au Muslim Public Affairs Council (MPAC), une autre organisation des Frères Musulmans qui pratique la déception à grande échelle.

FP
Pourquoi le président a-t-il procédé à ces nominations?

Pamela Geller
Ces nominations visaient à convaincre les musulmans vivant aux États-Unis et ailleurs dans le monde que la lutte antiterroriste ne ciblait pas spécifiquement l'islam ou les musulmans. Shora et Alikhan feraient figures de musulmans modérés au DHS. Ils serviraient d'incarnations du dogme que tous les musulmans à l'exception d'une minorité insignifiante sont des Américains loyaux qui rejettent Oussama ben Laden et les idées qu'il supporte. Lorsqu'il fit ses nominations, Obama ignora le fait qu'en tant que maire adjoint de Los Angeles, Alikhan qualifia le groupe terroriste Hezbollah de « mouvement de libération » et qu'il bloqua tous les efforts accomplis par la police de Los Angeles en vue de s'informer de la composition démographique des mosquées de la région.

FP
Vous voulez dire de surveiller les mosquées de la région de Los Angeles?

Pamela Geller
Non, Jamie. En 2007, le directeur-adjoint de la police de Los Angeles (LAPD), Michael P. Downing, expliqua qu'il cherchait à savoir où étaient les Pakistanais, les Iraniens et les Tchétchènes afin d'entrer en contact avec eux. Mais ces simples efforts en vue d'échanger avec ces communautés furent considérés excessifs par les leaders musulmans de Los Angeles. Ils crièrent au racisme, à la discrimination et à l'islamophobie jusqu'à ce que le LAPD abandonne son projet. Je crois qu'Obama a nommé Alikhan pour qu'il amène avec lui ce sentiment de persécution au Département de la sécurité intérieure.

FP
Pouvez-vous élaborer là-dessus.

Pamela Geller
Nous connaissons bien la détermination d'Obama à défendre et à répandre l'idéologie de groupes tels que Frères Musulmans. Souvenez-vous: au Caire le 4 juin 2009, Obama s'est vanté que « le gouvernement américain est allé en cour pour protéger le droit des femmes et des filles à porter le hijab et pour punir ceux qui nient ce droit. (...) Je rejette le point de vue de ceux en Occident qui croient que la femme qui décide de couvrir ses cheveux mérite moins d'être défendue ». Cinq jours plus tard, comme pour démontrer qu'il était sérieux à propos de ce qu'il avait déclaré au Caire, son Département de la Justice intenta des procédures judiciaires contre le comté d'Essex au New Jersey en plaidant que ce palier de gouvernement avait fait montre de discrimination à l'égard d'une musulmane, Yvette Beshier.

Beshier était un officier correctionnel et on lui avait interdit de porter son khimar, un voile, pendant qu'elle travaillait. Lorsqu'elle refusa de se soumettre au code vestimentaire en vigueur, le Service correctionnel du comté d'Essex l'a d'abord suspendue puis congédiée. Le khimar ne faisant pas partie de l'uniforme; on s'attendait des officiers qu'ils se conforment au code vestimentaire en vigueur. De telles politiques avaient évidemment été mises en place avant que ne s'impose le multiculturalisme politiquement correct. Au lieu que les employés aient à se conformer aux règles des compagnies pour lesquelles ils choisissent de travailler, voilà que ce sont les entreprises qui doivent s'adapter aux particularités religieuses de leurs employés musulmans. Le Département de la Justice de Barack Obama a donc poursuivi au nom de Beshier.

Quand Obama s'est vanté au Caire de se battre aux États-Unis pour les femmes qui portent le hijab, il a promis de punir les infidèles qui ne se soumettaient pas aux diktats et aux caprices de l'islam. La poursuite enclenchée moins d'une semaine après son discours démontra combien il était sérieux à ce sujet.

C'était sans doute la première fois que le Département de la Justice des États-Unis intenta une poursuite pour faire appliquer une disposition de la charia, la loi islamique.

En devoir, à l'instar de ses collègues officiers, Yvette Beshier aurait dû porter des vêtements qui ne témoignaient pas de ses affiliations religieuses. À l'extérieur du travail, elle aurait pu s'habiller comme elle le désire. En dernière analyse, la poursuite du Département de la Justice ne portait pas véritablement sur le code vestimentaire en vigueur dans les prisons du comté d'Essex. Elle visait à faire déclarer la primauté des pratiques islamiques aux États-Unis et à établir le précédent selon lequel les lois et les coutumes américaines doivent être écartées lorsqu'elles entrent en conflit avec la loi islamique.

Voilà exactement ce que les Frères Musulmans désiraient entendre.

FP
C'est très révélateur. Je me demande quand Obama déclarera sa volonté le défendre le droit des musulmanes de ne pas porter le voile et qu'il se prononcera contre la violence et les attaques à l'acide dont sont victimes celles qui décident de ne pas le porter. Aqsa Parvez a été tuée par son père, notamment parce qu'elle refusait de porter le voile. Pourquoi Obama ne s'est pas porté à sa défense? Merci Pamela, soit dit en passant, d'être venue à la défense d'Aqsa.

Parlons des soulèvements en Égypte. Qu'est-ce que vous pensez de la façon avec laquelle Obama a réagi à la situation?

Pamela Geller
Obama a endossé une participation des Frères Musulmans dans le prochain gouvernement égyptien peu après que le leader de l'organisation ait appelé à la guerre contre le minuscule État juif. C'était très révélateur. Quelle meilleure façon d'unir l'oumma (l'ensemble des musulmans) que le recours éprouvé à l'antisémitisme islamique? Pour tous ceux qui agissent en valets des islamistes, cette déclaration de guerre était comme une claque en pleine face.

C'est également intéressant de noter que les Frères Musulmans blâment Israël pour le régime Moubarak. Ils ne blâment pas les 300 milliards de dollars que les États-Unis ont injectés en Égypte. Aussi distantes qu'aient pu être les deux parties à l'accord de Camp David l'une par rapport à l'autre, cet accord était une bonne chose. Maintenant, on entend que le Hamas, l'éventuel partenaire d'Obama dans des discussions de paix, est résolu à mettre fin à cet accord. Mais ils déclarent vouloir la paix avec les juifs. Vous y comprenez quelque chose?... Moi, non plus.

Obama a secrètement supporté cette révolution durant les trois dernières années. Pourquoi? Il a ignoré le peuple iranien quand il marcha contre le régime des mullahs en Iran. Il a donné un appui tacite aux massacres qui se déroulèrent lorsque des millions de personnes descendirent dans les rues.

Quiconque, à l'instar d'Obama, considère une prise de contrôle de l'Égypte par les Frères Musulmans comme une bonne chose rêve secrètement de l'annihilation d'Israël. Les grands médias ne nous donnent pas toute l'histoire. Ils font parader à leur antenne des représentants des Frères Musulmans comme Ahmed Rehab de CAIR aux États-Unis et ils les décrivent comme des « activistes en faveur de la démocratie ». Et ça, c'est au réseau FOX. Voilà à quel point nous en sommes rendus.

http://www.pointdebasculecanada.ca/article/1453-la-penetration-de-ladministration-obama-par-les-freres-musulmans.php

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article