La petite cuisine socialiste : augmentations de taxes à la consommation !!!

Publié le 8 Novembre 2012

S’appuyant sur le rapport Gallois, le gouvernement a finalement décidé d’augmenter la  pour financer la baisse du coût du travail.

louis gallois rapport Hausse de la TVA à 20%Les français vont donc une nouvelle fois être mis à contribution, cette fois-ci pour relancer la compétitivité et financer la baisse du coût du travail. Le gouvernement va donc procéder à une hausse de la TVA de 19,% à 20%.

Comme préconisé dans le rapport Gallois ( voir Le gouvernement enterre le rapport Gallois sur la compétitivité), le gouvernement a décidé d’appliquer un « choc de compétitivité » pour les , de 20 milliards d’euros sur 3 ans. Les  ne bénéficieront finalement pas d’un allègement des cotisations sociales comme l’avait suggéré Louis Gallois, mais d’un crédit d’impôt. Cette mesure devrait permettre aux entreprises de faire baisser le coût du travail de 6% sur les salaires compris entre 1 et 2,5 smic dès 2013. Louis Galloiss’estime quant à lui satisfait de la décision du gouvernement.

Selon Jean-Marc Ayrault, cette mesure de compétitivité « incitera les grands groupes à créer et à maintenir l’emploi en France« .

Qui va payer la baisse du coût du travail ?

Ce sont les français qui devront donc supporter le poids de cette mesure de compétitivité via une hausse de la TVALe taux normal de TVA passera de 19,6% à 20% au 1er janvier 2014. Le taux de TVA dans la restauration et les travaux de rénovation passera de 7% à 10%. Le gouvernement envisage également de rétablir ultérieurement le taux de TVA normal dans la restauration. La TVA sur les produits de première nécessité baissera quant à elle de 5,5% à 5%. Enfin, la nouvelle fiscalité écologique prendra effet en 2016.

Pour financer ces 20 milliards d’euros de baisse du coût du travail, le gouvernement procédera également à une réduction des  publiquesde 10 milliards d’euros supplémentaires en 2015. Comment le gouvernement compte-il réduire la dépenses publique de 10 milliards d’euros ? Personne ne le sait…

source: le Figaro

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article