LA PLACE AUX COPAINS, MILLIONS D’€ JETÉS, ET MISS BURQA, LA CULTURE SELON FRANÇOIS HOLLANDE Par Nikkopol.

Publié le 24 Décembre 2014

miss_burka

Pour "La Gauche m'a tuer"


La culture sauce hollandaise… On sait le nain ignare et inculte. On sait désormais tout de comment (et par qui !) la culture est gérée en Hollandie. Et autant le dire tout de suite, c’est absolument gerbant…


Ca a commencé par la chasse aux sorcières de Filippetti, qui a balayé (ou tenté de le faire) tout ce que le précédent quinquennat avait mis en place, bonshommes compris. Ce fut, par exemple, le psychodrame du Musée Picasso, à Paris, dont la directrice fut débarquée par le ministère alors que son mandat courrait jusqu’en 2015.


Il y eut ensuite le cas du patron du Théâtre de Villeurbanne, Christian Schiaretti, qui ambitionnait de devenir administrateur de la Comédie Française. Comme les 2 autres candidats, on lui demanda de rédiger son projet pour le Théâtre Français, projet qui se perdit ensuite dans les méandres d’un pouvoir vraisemblablement un peu brouillon. Résultat, il ne fut pas auditionné par le Château, contrairement aux 2 autres. Et le vainqueur fut le favori d’une favorite, Julie Point G, dont on ne sait pas si elle a eu beaucoup de nez dans son choix ou des arguments très convaincants pour emporter la décision présidentielle…


La culture sauce hollandaise (2). 

Voilà déjà un nouveau cas, à Strasbourg, qui promet beaucoup ! Ainsi le cas de Julie Brochen, ancienne directrice du théâtre national de la ville, n’a pas particulièrement brillé à la tête de son bouzin public : nombre de spectateurs en baisse, comme le nombre d’abonnés, programmation contestée voir éreintée par la critique…

Aussi Filippetti souhaitait donc la débarquer. Bon, cela n’a pas été simple vu que Madame Brochen compte de solides soutiens en Hollandie. Rien à voir, évidemment, avec le fait qu’elle soit la nièce de Martine Aubry. Bref, tractations et marchandages d’arrière-cour et ce joli petit monde arrive à se mettre d’accord sur 1 année de plus pour Mââme Julie, sous la forme d’un renouvellement de mandat (3 ans) et d’une démission donnée par la directrice au bout d’un an. On imagine bien le truc : « Bon, d’accord, on te garde mais tu nous promets que tu démissionnes dans un an, d’accord ? Oui, promis les copains, juré craché ! Ploutch… »


Evidemment, arrive l’échéance convenu, juin 2014, et Brochen n’a plus du tout envie de laisser sa place ! Finie la promesse des copains ! C’est vrai qu’entre un job de planquée, à se faire engraisser aux frais du contribuable et se bouger l’arrière train pour aller pointer à Pôle Emploi, franchement, on n’hésite pas longtemps… Après un sacré bras de fer, tout de même, la gueuse finit par accepter de quitter son poste contre réparation financière ! Mais c’est pas cher, c’est l’Etat qui paie, comme dirait le nain !!!!


Ainsi, on peut enfin nommer celui à qui la place était promise, l’inégalable, l’incomparable, l’incontournable Stanislas Nordey. Ce « brillant » apparatchik de Hollandie doit ses postes précédents à sa compétence et son travail uniquement, et certainement pas au fait qu’il soit le beau-fils de Jak Lang ! C’est vrai qu’il a toujours « œuvré au service des classes défavorisées », puisqu’il dirigeait le théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis à la fin des années 90… avant de le laisser au bord de la faillite, avec un déficit de près de 10 millions de francs creusé en moins de 2 ans… Mais « ça coûte pas cher, c’est l’Etat qui paie ! »

 

C’est la fête au village ! 

Ah, Roubaix, le Nord et ses socialistes prêts à tout pour, estiment-ils, sauver leur âme. Ainsi, pour la fête municipale, la vice présidente du conseil général en charge de la culture, Mme Génisson,  a eu une belle et grande idée, bien dégoulinante de générosité et enrobée de non-discrimination. Elle a subventionné un artiste local, 8000 euros tout de même, pour réaliser une figurine géante, une Miss Burka, destinée à défiler dans les rues de la ville le 1er avril prochain… De « l’art » brutal, que chacun prendra dans la gueule, d’autant plus que c’est avec son pognon qu’il a été réalisé ! Mme la Socialo voulait « Utiliser cette création pour travailler sur la décrispation face aux problèmes identitaires a semblé intéressant et tout à fait innovant ». Par contre, la mère, balancer le pognon des contribuables à des fins clientélistes communautarises, c’est pas hyper innovant… C’est même une règle de base de la Hollandie…

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Pivoine 24/12/2014 18:49


en charge de la culture


 


Encore un qui ne sait plus parler français !


En bon français, on dit : chargée de la culture.


Si tout le monde se met à massacrer notre langue...