La poésie de l'ex gendarme Matelly et la "prose des rappeurs". Pas le même traitement!

Publié le 26 Avril 2010

        Dans un précédent article, je protestais contre les chanteurs de Rap qui, avec la complicité des médias et des vendeurs de disques pouvaient souffler leur haine de la France et des "têtes de craie" (les blancs). La haine de la France ne révolte personne. Pas plus d'ailleurs que la chasse aux blancs faîtes sur les foires comme l'affirme Marcel Campion représentant des forains de la fête du trône. Pourquoi cette "tolérance" envers ces atteintes et cette sévérité envers un gendarme. La sanction est terrible.

       Je songe à ce Préfet qui s'est virer pour propos racistes. Ce gendarme, comme le Préfet n'a eu aucune mansuétude! Sans doute que ce Préfet ou ce gendarme auraient dû faire un groupe de Rap! C'est semble t'il moins risqué d'appeler à tuer du flic et des blancs que de dire sa vérité sans langue de bois!

Gérard Brazon

 

IL PLEUT SOUS NOS KÉPIS !

 

Il faisait beau alors, le jour où j’ai signé !

Je me souviens comme j’étais fier de m’engager,

D’être formé à ce métier par mes aînés…

 

Du bon droit je voulais être le soldat,

Dans le respect des traditions et des hommes.

Du citoyen, à tout faire je serai l’homme !

 

De ma personne alors, j’ai donné sans compter.

Ma famille dans cette voie s’est trouvée liée.

Mes devoirs étaient les siens sans qu’elle ait signé…

 

Nos Gradés, nos Officiers étaient nos modèles.

Ils savaient nous motiver et nous ordonner.

Alors nous étions soudés, unis et fidèles…

 

Nous savions des sacrifices la juste raison,

Et étions tous reconnus “Servants de la Nation !”

De la France, la plus noble et vieille Institution.

 

Un nouveau Roy fût nommé, et tout a changé.

Diviser pour mieux régner, tel était son but !

Il y parvint bien, précipitant la chute !

 

Pour ce faire, il choisit bien parmi les nôtres,

Ceux d’entre eux les plus vénaux, les moins fidèles,

Leur fit tant miroiter, qu’il furent ses “apôtres”.

 

Ces vendus et parjures aujourd’hui, ont ourdi

D’enterrer sans coup férir notre belle histoire…

De nous taire ils nous ordonnent, arguant : “Tout est dit !”

 

L’un des nôtres osa parler sans démériter,

se faisant ainsi le râle de notre douleur…

Il fût vite éliminé par ces fossoyeurs !

 

Aujourd’hui, Sainte Geneviève saigne et pleure,

Je sens bien ses larmes chaudes sous mon képi,

Comme si sur moi SARKOZY faisait son pipi…

 

Soldats nous sommes, et c’est debout que nous mourrons.

Et à l’instar de CAMBRONNE, “MERDE” nous dirons.

Nous briserons nos armes, mais nous taire “Pas question !”

 

Nous ne sommes que des hommes, soldats mais citoyens,

Et nos voix dans l’urne pèsent bien pour un scrutin…

Qu’on les entende ensuite, d’étonnant n’a rien.

 

Nous taire il ne faut point, surtout si c’est la fin !

Au pays des Droits de l’Homme, on dénie les miens.

Fidèle, loyal je suis, muet je ne suis point.

 

Même si tout est fini, que prévue est la fin,

Nous n’irons au sépulcre qu’après avoir tout dit.

Geneviève, Chère Patronne, Il pleut sous nos képis !

 

Adjudant A.

Ex chef d’escadron Matelly

 

Pour mémoire un extrait 

 

Le groupe113 
Extrait de leurs chansons :
 j' crie tout haut : " J'baise votre nation"
L'uniforme bleu, depuis tout p' tit nous haïssons
On remballe et on leur pète le fion.
 Faut pas qu'y ait une bavure ou dans la ville ça va péter,
Du commissaire au stagiaire: tous détestés !
A la moindre occasion, dès qu' tu l' peux, faut les baiser.
Bats les couilles les porcs qui représentent la France.

Lire le reste ICI

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Jacques COUTELA 27/04/2010 08:34



En France nos dirigeants se complaisent dans la fiente. Les sous merdes sont protégées, alors que ceux qui nous protègent sont bafoué. Ce préfet devariat déménager dans une cité du 93, il serait
à son aise au milieu de cette lie...