La présidente du Front national, Marine Le Pen: L'UMP n'est définitivement plus une opposition crédible

Publié le 22 Novembre 2012

Le Point.fr

Janv2012-Marine-Le-Pen.jpg La présidente du Front national, Marine Le Pen, a jugé mercredi qu'avec la relance des hostilités entre François Fillon et Jean-François Copé pour conquérir la tête de l'UMP ce parti était "beaucoup trop fragilisé" pour être "une opposition crédible aux socialistes" en France. "L'UMP n'est définitivement plus une opposition crédible aux socialistes, elle est beaucoup trop fragilisée et peut-être même déjà morte", a lancé la leader frontiste, interrogée en marge de la session du Parlement européen à Strasbourg, où elle siège en tant qu'eurodéputée. "L'issue de ce psychodrame m'est complètement égale. D'ores et déjà, le mouvement est durablement scindé, fracturé", a-t-elle analysé. À l'inverse, au Front national, "nous avons une ligne politique claire, nous sommes absolument cohérents, organisés, nous avons un leader incontesté, il faut tout ça pour être une opposition crédible", a ajouté Marine Le Pen.

 

Après une accalmie, la guerre sans merci pour la présidence de l'UMP a repris de plus belle mercredi, le camp Fillon réclamant la victoire via une réintégration des voix des militants des territoires d'outre-mer. À ce propos, Marine Le Pen a ironisé : "C'est assez inquiétant de voir qu'on a été dirigés pendant dix ans par des gens qui ne savent pas que les Dom-Tom, ça appartient à la France." Quant à la proposition de François Fillon de faire appel à Alain Juppé comme juge de paix dans ce conflit, "c'est la cerise sur le gâteau", selon Marine Le Pen. "Pour quelqu'un qui vient de parler de la fracture morale au sein de l'UMP, aller chercher un repris de justice pour faire la présidence de transition de l'UMP, c'est vraiment la totale", a-t-elle raillé en référence à la condamnation du maire de Bordeaux, en 2004, dans une affaire d'emplois fictifs.

"C'est dramatique parce que c'est un parti qui a géré la France et qui espère la gérer encore, et qui n'est pas capable de gérer ses comptes, qui n'est pas capable de se trouver un chef", a estimé Gilbert Collard, député FN, interrogé sur BFMTV. "Pour la France (...), voir cette furie électorale, ce désordre, cette guerre des coqs qui se déplument à tour de rôle, c'est catastrophique", a-t-il ajouté. "Ça veut dire que, malgré les apparences, ce n'est pas un parti de gouvernement, c'est un parti de notables qui cherchent à se faire élire sans se soucier finalement de la seule chose qui compte, qui est l'intérêt supérieur de la France et de ses électeurs", selon Gilbert Collard.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

lombard 23/11/2012 14:26


bonjour


vivement que marine soit a la barre ,nous verrons si elle fait pire que 40 ans de gabgie!!!

yves IMBERT 23/11/2012 09:51


Peut-être,  mais un FN qui multiplie les atermoiements sur l'invasion musulmane ne l'est pas davantage

Claude Germain V 22/11/2012 15:30


ILS se bouffent entre eux comme des chiens fous , parce qu'au moins les loups se respectent en meutent ...... dommage qu 'ils soient soutenus par 6 ou 7 millions d'aveugles ...... chez les socialistes c'est encore pire et bien plus grave puisque ils sont soutenus par 6 millions de borgnes ivres .


Explication 1 : un aveugle a pour lui le fait qu'il ne voit plus rien ,ce qui n'est pas sa faute ,mais fait l'effort de se
deplacer pour eviter les obstacles ( le PS) donc il est a 100% excusable ...


Explcation 2 : Le borgne lui est un con impardonnable parce qu'a la difference de l'aveugle ,c'est que lorsqu'il est " beurré"
comme il voit double avec un seul oeil , le poteau ( ou le parti socialiste ) qu'il a subitement en face lui et bien 9 fois sur 10 il se le  paye faisant a chaque fois un mauvais choix ....
ah le con !!!

DURADUPIF 22/11/2012 12:55


Ils n'ont en tête que leurs ambitions personnelles, comme d'autres d'ailleurs des autres partis. Tous inscrivent, pour le moment, R.A.S tous les 14 juillet. Attention au Peuple quand il s'invite
à la table de la ploutocratie.