La preuve par Provence.com que le Front National devient gênant?

Publié le 8 Juin 2011

Dans le genre on fait les fonds de poubelles, La Provence.com fait fort. Ce journal en ligne remonte aux années 1970 pour remettre en cause la politique de dédiabolisation de Marine Le Pen.

Le Front National qui n'est pas en reste, répond en faisant également les éboueurs. Et va-y de mes chaussettes sales, j'y vais de tes culottes. On déterre l'un, on met en exergue l'autre et bientôt les procès vont suivre. Pitoyable.

Je trouve que la vie politique française est minable. Les Français méritent mieux que ces bouquins pour le coup, nauséabonds sur un tel ou une telle pour prouver ou convaincre qu'il ne faut pas croire, supputer, imaginer mais... 

Alors que faire devant ces attaques en dessous de la ceinture de Caroline Fourest qui descend de plus en plus bas si ce n’est au ras des caniveaux? Que dire de ces rappels d'un passé frontiste vrai ou faux d’ailleurs. Pourquoi ne dit-on rien sur le passé « extrémiste de droite » de Mitterrand dans ce cas ?

Comment peux empêcher le FN de réagir en mordant et par là même, risquer un dérapage qui sera automatiquement exploité par les chiens de garde de la bien pensance à l’affût ?

Si l'on veut dégoûter les Français du jeu politique, les Caroline Fourest et consorts si ce n'est consœurs sont sur la bonne voie et ne font que confirmer ce que tout le monde pressent : une grande trouille que le FN réalise un score qui le rendra incontournable.

Je vous laisse lire et découvrir les questions que je trouve inutiles, dépassées et sans importances tant la réalité est ailleurs. Les réponses valent ce qu'elles valent. On peut même dire qu'elles n'ouvrent pas le débat.  

A la place de Monsieur Aliot, c'est un retour à l'envoyeur que j'aurais fait. Car il est clair que ces questions n'étaient pas faites pour éclairer le débat, situer des positions, apporter des réponses aujourd'hui pour des questions sociétales d'aujourd'hui. Les questions du Provencal.com étaient faites pour nuire tout simplement, masquer, déliter, faire douter! Elles étaient là pour recoudre la toile de la diabolisation qui est si utile à la gauche pour mieux gagner les élections.

Je reste convaincu que le Front National est un inconvénient pour la Droite qui, au lieu de gérer le Front National en le traitant comme un parti ordinaire comme autrefois la gauche avec le Parti Communiste qui avait tant de sang sur les mains. Mais pour la gauche il est cet outil mitterrandien construit pour gagner des élections.

Il se trouve que depuis Marine Le Pen, cet outil lui échappe. La gauche n'aime pas ça et le fait savoir en tentant de remettre cet outil à sa place. Mais chacun sait que n'est pas Mitterrand qui veut. Le simple outil que gérait Jean Marie Le Pen semble se transformer en machine de guerre dans les mains de Marine Le Pen d'où les tentatives de diabolisation en sortant les cadavres des placards. Cependant, à ce jeu là, je ne suis pas sûr que ce soit le FN qui en ait le plus. En attendant, les Français regardent et jugent.

Gérard Brazon 

Merci à Bonapatine pour le signalement de cet article.

*************************************

Provence.com

Après les succès des cantonales, le Front national met le cap sur 2012. D'où la venue hier à Marseille, pour mobiliser une centaine de militants, de Louis Aliot, vice-président du parti et compagnon de Marine Le Pen.

Plusieurs livres récents assurent que Marine Le Pen n'a pas changé le FN. La "dédiabolisation" a échoué ? 
Louis Aliot : Nous nous attendions à cette offensive. Elle est aujourd'hui menée par les ouvrages de Caroline Fourest et de Nathalie Kosciusko-Morizet, d'autres viendront.
Elles agrègent des contre-vérités, Caroline Fourest a collecté tous les ragots qu'elle pouvait trouver sur internet et chez quelques illuminés d'extrême droite hostiles à Marine Le Pen…...

Dénigrer les critiques, ce n'est pas y répondre…... 
L.A. : Notre réponse sera celle du procès. Le livre de Caroline Fourest est entre les mains de nos avocats: ils en sont à la 70ème page et il y a déjà de quoi nourrir cinq procédures. Celui de la ministre de l'Écologie suivra. Plutôt que de nous accuser d'être un parti d'extrémistes, elle ferait mieux de chercher où sont vraiment les gens d'extrême droite: à l'UMP, on trouve plus d'anciens du Gud ou d'Occident que chez nous. Moi, ma seule famille, c'est le mouvement national. Chez eux, il y a Buisson qui est le plus proche conseiller de Nicolas Sarkozy, Longuet qui est ministre de la Défense, Novelli, Goasguen, la liste est longue… Idem pour le PS qui nous donne des leçons de morale: je viens d'apprendre que le responsable des adhésions de la Fédération 13, qui rencontre des soucis en ce moment, a été emprisonné dans les années 60 pour son rôle à l'OAS (1).

Vous oubliez la longue liste de personnages qui ont accompagné la naissance puis le parcours du FN, dont le plus connu est "Tonton Panzer" qui a combattu avec les nazis…... (2) 
L.A. : Je n'ai jamais connu cet homme, c'est de l'histoire ancienne. D'ailleurs, les choses ne sont pas prouvées, n'était-il pas un mythomane ?

Durant les cantonales, un ancien skinhead condamné à 2 ans de prison en 2004 pour possession d'arme de guerre secondait l'un de vos candidats marseillais. Qu'en pensez-vous ? 
L.A. : Euh, ce n'est pas le genre de militants ni de profils qu'on recherche… Mais vous m'étonnez, si c'est vrai, pourquoi la presse nationale n'a-t-elle pas relayé ceci?

Peut-être parce qu'elle était trop occupée par votre candidat lyonnais photographié en train de faire le salut nazi…...
L.A. : Ce ne sont que des cas isolés, exceptionnels, le FN n'a rien à voir avec ça.

(1) Il s'agit de Théo Balalas, également connu… pour avoir été candidat FN en 1973. 
(2) Dans les années 70, Victor Barthélémy, un cadre historique du FN marseillais, affichait le même profil.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

isabelle 09/06/2011 01:29



Je ne pense pas que ceux qui ont choisi de voter pour Marine Le Pen se laisseront avoir par ces manoeuvres de bas étage. Au contraire même, ils y trouveront d'autant plus de raisons de défendre
leur choix : un parti se juge sur un programme, sur des idées, pas sur des cadavres sortis du fin fond d'un placard empoussiéré.