La pseudo science contenu dans le Coran ! Par Philippe Jallade.

Publié le 25 Novembre 2014

Dans "Valeurs actuelles" de cette semaine, il y a un excellent article sur les mathématiques et l'algèbre dont les islamophiles disent qu'ils sont une invention des "savants musulmans. 

Hélas, pour ces braves attardés, les maths ne sont pas une invention des savants de l'islam, pas plus que l'algèbre d'ailleurs puisque la plus ancienne équation connue remonte à 2500 ans.

D'ailleurs, ce qui devrait les interpeler ces islamophiles, c'est de savoir pourquoi les musulmans n'ont rien inventé en matière de soins, de science, fait des découvertes, ni même laissé de prix Nobel. Qu'ont-il laissé hormis la barbarie et les conquêtes militaires désastreuses pour les cultures. Ah oui, aujourd'hui, ils disent comme en Turquie, que c'est eux qui ont découvert l'Amérique et non Christophe Colomb. 

Invention de l'algèbre

Gérard Brazon

**********

Mais il y a mieux encore dans la bêtise humaine dont chacun sait que ce n'est qu'une idée de l'infini. Il y a la science révélée par le Coran. Mieux encore: Le Coran avait dit que l'Univers était en expansion:

Sourate 51, Verset 47

"Le ciel, Nous l'avons construit par Notre puissance : et Nous l'étendons [constamment], dans l'immensité."

 


Les petits malins de l'islam en dire donc la conclusion  que le Coran est tout, dans tout et que même le big bang est dans le Coran. Un peu comme si nous donnions une réalité à une fable, en se basant sur notre connaissance actuelle. On n'est pas sorti de l’auberge !

 

C’est Saleh Al-Fawzan, membre du Conseil des Grands Savants d’Arabie, qui déclare qu’il n’y a pas de doute que le soleil tourne autour de la terre.

 

L’entretien a été diffusé sur le canal 1 en Arabie saoudite et a été publié sur Internet le 23 Janvier 2014 à grande échelle. Voici quelques extraits:

 

L’Animatrice: Allah dit dans un verset coranique: « Et le soleil court vers son point d’arrêt C’est la détermination du Tout-Puissant, de l’Omniscient »

Est-ce que le soleil tourne autour de la terre?

 

Saleh Al-Fawzan: Il n’y a pas de doute à ce sujet. Le Coran dit: « Le soleil tourne …» Néanmoins, ils disent (les scientifiques) que le soleil est stable et que la Terre se déplace autour. Cela contredit le Coran. […] Le fait d’ignorer le Coran et adopter des théories modernes ne sont pas des choses qu’un musulman peut faire. Un musulman doit suivre le Coran.

 

On connaissait déjà la blague de la terre est plate ! Avec des croyants  pareils, ça remet pas mal en question le titre de dieu ! Heureusement qu’il y a de plus en plus de musulmans qui deviennent franchement sceptiques, il y a de quoi !

Ce qui n'empêche pas des musulmans de poursuivre une cource à l'explication afin de tenter de mettre en phase et moderniser quelque peu le Coran afin de le rendre islamocompatible avec les produits de la recherche scientifique.

Il est clair que cette course est vaine et qu'ils ne pourront pas affirmer des inventions de demain, des découvertes dans tous les domaines et continuer à dire tout était déjà dans le Coran comme ils le font aujourd'hui.

Notez qu'ils ne disent rien sur les greffes, ni sur la recherche à l'aide d'un animal qu'ils détestent: le porc.

 Poursuivons leurs fadaises.

Le soleil

La science moderne a révélé l’inimitabilité incontestable des versets coraniques. Ces versets décrivent le soleil avec des adjectifs qui laissent les savants perplexes : Une lampe incandescente, ardente. وَجَعَلْنَا سِرَاجًا وَهَّاجًا « Et (y) avons placé une lampe (le soleil) très ardente. » (An-Naba’ (LA NOUVELLE) :13). La lampe procure chaleur et lumière, et c’est précisément ce que diffuse le soleil.

 

Même nos hommes des cavernes avaient bien compris que le soleil réchauffait la terre et rendait la vie plus sympa.  Mais alors, pourquoi les musulmans n’ont-ils pas mis tout cela à profit depuis quatorze siècles.

Pourquoi beaucoup d’entre eux viennent-il  faire des études en Europe sur l'astronomie et autres ?

 

Et ce n'est pas fini comme dirait l'autre !

 

La comète de Halley et les 76 années

La découverte de la comète de Halley constitue l’un des grands progrès de l’astronomie moderne. Edmund Halley, un scientifique du 18ème siècle, découvrit que la comète vient toutes les 76 années… Le nom de Halley, celui qui fut attribué à la comète, apparaît de façon frappante dans le verset 76 de la sourate al-An’am dans le Coran. Quand la nuit l’enveloppa, il observa une étoile, et dit : « Voilà mon Seigneur ! » Puis, lorsqu’elle disparut, il dit : « Je n’aime pas les choses qui disparaissent. » (Sourate al-An’am, 76). Les lettres qui constituent le mot “Halley” apparaissent pour la première fois dans le Coran dans ce verset… Le mot arabe kawkaban, qui signifie  « étoile » est d’ailleurs directement juxtaposé aux lettres composant le mot “Halley”.

Le chiffre correspondant au verset 76 peut être rapproché aux 76 années de la période orbitale de Halley. Le chiffre 76 représente la comète de Halley, parce que la comète est visible de la Terre tous les 76 ans. C’est pourquoi le fait qu’Halley soit mentionné pour la première fois dans le Coran dans le 76ème verset constitue un miracle d’Allah.

 

Sans parler de la numérologie à deux balles autour du « chiffre 76 », à noter que :

. Etoile est différent de comète (de Halley ou non), laquelle ne se dit pas « kawkaban » en arabe ;

. Le « savant » musulman qui a découvert ce « miracle scientifique » passe subtilement de cette affirmation ahurissante « les lettres qui constituent le mot Halley apparaissent pour la première fois dans le Coran» à « Halley (est) mentionné … » ; en fait, Halley (هالي) n’est absolument pas mentionné, ni de près ni de loin, dans ce verset, en arabe. (Sourate 6 verset 76).فَلَمَّا جَنَّ عَلَيْهِ اللَّيْلُ رَأَى كَوْكَباً قَالَ هَـذَا رَبِّي فَلَمَّا أَفَلَ قَالَ لا أُحِبُّ الآفِلِينَ

 

Quant aux lettres de ce verset, ce sont des lettres de l’alphabet qui sont déjà apparues des milliers de fois ailleurs dans le coran. Pour écrire Halley en arabe, il faut bien évidemment utiliser des lettres de l’alphabet arabe.

Et, sans surprise, le « savant » musulman ne nomme à aucun moment les lettres dont il s’agit, selon lui. L’honnêteté intellectuelle ne fait pas partie de son monde.

 

La formation du pétrole !

 Probablement pour justifier que les arabes sont assis sur des tonnes de dollars à juste raison.

Glorifie le nom de ton Seigneur, le Très Haut, Celui qui a créé et agencé harmonieusement, qui a décrété et guidé, qui a fait pousser le pâturage et en a fait ensuite un foin sombre. (Coran, 87 : 1-5)

Traduction du savant de service !

Comme nous le savons, le pétrole se forme à partir de la décomposition de plantes et d’animaux. Une fois que ces derniers se dégradent au fond de la mer durant des millions d’années, tout ce qu’il en reste ce sont des substances huileuses. Celles-ci, enfouies sous des épaisseurs de boue et de roche, se transforment en pétrole et en gaz… Il est probable que le terme mar’aa signifiant « pâturage ou prairie », se réfère aux substances organiques à partir desquelles se forme le pétrole…

Comme nous l’avons vu dans ce verset, la plante devient un liquide noir et visqueux, dont la ressemblance est frappante avec la formation du pétrole. La description d’une telle formation qui dure des années, à une époque où la formation du pétrole était inconnue, est sans aucun doute, une autre preuve que le Coran est la parole de Dieu.

 

Pour faire court, le foin (autres traductions : fourrage) c’est le pétrole. A noter qu’on pourra bien retourner autant qu’on veut le texte arabe, il est impossible d’y trouver une quelconque idée de « liquide », huileux ou non, de passage de solide au liquide etc… On comprend pourquoi, avec un tel niveau intellectuel, le pétrole, ce n’est pas eux qui l’ont découvert.

 

Philippe Jallade

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article

virg 25/06/2016 09:44

on verra qui rira les derniers pauvre inculte si seulement vous avez lu le coran des scientifiques trouvent leurs science dans le coran mais ce sont seulement les gens de science qui réflechisse!!!!!!!

maury 27/11/2014 22:37


LES CONS CA OSE TOUT C EST A CA QU ON LES RECONNAIT:


APRES JUPPE, BAYROU ! LES TRAITRES SORTENT DU BOIS (par Maurice D.)


 


Après le financement d'une mosquée-cathédrale à Bordeaux par Alain Juppé, c'est son ami Bayrou qui inaugurait à Pau, le jeudi 23 octobre dernier, une "Allée Abd el-Kader" en compagnie d'Azouz
Begag qui fut ministre de l'égalité  des chances de Galouzeau de Villepin.


 





Une inauguration souhaitée par la foule des palois : sept personnes, comme dans un congrès du Modem !


 © PHOTO DAVID LE DEODIC /  SUD-OUEST


 


Azouz Begag est un drôle de type, le genre qui plait aux énarques parce qu'il n'a aucune conviction ancrée et change d'opinion au gré des vents dominants. Jeune, il veut garder sa nationalité
algérienne et vivre en Algérie "pour construire une Algérie und so welter" (1) (sic) mais l'obligation de faire le service militaire en Algérie l'en dissuade. Pourtant, en
1986 (il a 29 ans) il demande à la garder, mais en même temps il demande la nationalité française en France, pour "être français heure" (2) (re-sic). Il l'obtient
finalement en 1989, à 32 ans.

C'est bien, au moins il parle l'allemand ! Il est intelligent et travaille au CNRS comme sociologue dans le laboratoire "Espace et culture". Un flou artistique qui lui convient parfaitement en
lui permettant d'y étudier la politique, de faire passer ses engagements divers et variés pour des travaux pratiques et d'être toujours payé comme "chercheur". Après on se demande où passe
l'argent de nos impôts...


 





 Azouz Begag


 


C'est dans le domaine de la politique qu'il démontre qu'il a toutes les vertus du caméléon : un coup socialiste, un coup RPR, un coup divers gauche suivi d'un coup divers droite, puis Modem.
Après tout, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis et on comprend pourquoi il s'entend si bien avec Bayrou.

Une preuve qu'il est doué pour la politique, c'est qu'il se dit en public "agnostique" (3), ce qui lui vaudrait un égorgement en bonne et due forme dans l'Organisation "Etat islamique", mais
pratique scrupuleusement le ramadan au vu et su de la communauté musulmane.

Depuis un an - c'est un petit cadeau de Fabius sur la recommandation de l'Elysée - Azouz Begag occupe à Lisbonne le poste de "Conseiller Culturel et à la Coopération" en étant directement
rattaché à l’Ambassadeur de France, et il dirige l’Institut Culturel Français. Il dispose d’une superbe villa de fonction de 300 m2 au bord du Tage et a rang de diplomate. Voilà un autre exemple
d'où passe l'argent de nos impôts...

Il déteste Sarkozy qu'il accuse "d'insulter les musulmans et les arabes". Il affirme que "Tous les Arabes et tous les Noirs détestent Sarkozy". Il a donc voté pour Hollande en
2012, mais il ne l'aime pas. Il n'est pas en meilleurs termes avec les autorités algériennes et accuse notamment l’Ambassadeur d’Algérie en France d'avoir rompu tout contact avec lui, "comme
s’il ne m’avait jamais connu" !

Il faut être Bayrou pour s'entendre avec un type aussi "mégalo-schizo", d'autant que Bayrou le juge "incontrôlable" et ne l'a jamais soutenu dans ses demandes de candidatures Modem aux
élections. Mais quand on s'appelle Bayrou, on prend et on garde ce que l'on trouve comme soutiens politiques, au moins  pour les montrer dans les inaugurations de chrysanthèmes !

Néanmoins, étant cultivé, Azouz Begag ne peut ignorer qui était le personnage ambigu d'Ab el-Kader, et si Bayrou l'ignore il aurait dû l'en informer pour lui éviter une faute politique, car si
Bayrou va peut-être gagner quelques voix de bi-nationaux algériens, il va perdre celles des Pieds-Noirs.

Begag avait fait à Pau un sondage préalable, relaté par Sud-Ouest du 30 octobre : "Jeudi, à la veille d'inaugurer l'allée de l'émir Abd el-Kader à Pau, l'ancien membre du
gouvernement de Villepin a demandé aux Palois qui était cet Algérien détenu en Béarn en 1848 . Il a raconté le résultat du sondage le lendemain. "À cinq ou six personnes (quel sondage !!!),
nous demandâmes s'ils avaient entendu parler de cet émir Abd el-Kader. Personne ! C'est anormal. La mémoire d'Abd el-Kader est une mémoire algérienne, certes, mais c'est une mémoire
française, un pont entre les cultures". 


 





Abd el-Kader (1808-1883)


 


Drôle de "culture" ! Abd el-Kader n'est venu à Pau en 1848 que pour y faire de la prison cinq étoiles avec sa suite de vingt cinq personnes dont ses trois femmes, avant d'être transféré au
château d'Amboise, puis expulsé en Syrie en 1852 !

Azouz Begag a créé en 2006 un Institut Abd el-Kader - subventionné cela va de soi (c'est dans ces zinzins que passe  une partie de notre argent) -, logé à L'institut du Monde Arabe dont Jack
Lang est le président à 10 000 €/mois en plus de ses retraites de député, de ministre et de haut fonctionnaire.

Abd el-Kader y est présenté ainsi : "L’Emir Abdelkader Al Djazaïri, fondateur de l’Etat moderne Algérien, chef de la résistance et maître spirituel, est une figure universelle majeure du
dialogue des cultures, des religions et des civilisations". Il y a incontestablement du vrai si l'on se place uniquement du point de vue algérien et musulman (Abd-el-Kader est allé deux fois
à la Mecque, d'où son grand prestige, et enseigna le Coran à Damas).

Mais Abd el-Kader n'était pas que cela et il s'est trouvé un palois, Alexis Arette, pour le rappeler dans les colonnes de Sud-Ouest par une lettre à François Bayrou que je vous livre
telle que je l'ai reçue :

"Une saine réaction de l'écrivain-paysan Alexis Arette vice-président de l¹Académie de Béarn : Alexis Arette, Paysan à Momas 64230 à François Bayrou Maire de Pau 64
000 "


(Source Sud-Ouest)


François,


Je ne pense pas que l¹inauguration de l'allée Abd-el-Kader améliorera les problèmes de circulation que la précédente municipalité (PS) t'a laissés en cadeau, et je
doute que le geste soit assez fort pour convaincre les coraniques palois de voter en faveur du Pays de Béarn. Si tu y avais ajouté le geste audacieux d¹une circoncision
publique, peut-être !


À cette occasion, il m'est revenu à l¹esprit qu'Abd-el-Kader était un humaniste tout à fait particulier. Dans la guerre qu¹il menait contre les Français, pour les droits
de l'homme musulman de conserver un harem et de pratiquer l¹esclavage, il y eut quelques trêves, et au cours de l'une d'elle, les Français acceptèrent de rendre à
l'émir une centaine de ses esclaves noirs, qui avaient cru trouver la liberté en se réfugiant sous notre drapeau.


Abd-el-Kader les fit tous décapiter.


Il n'ét