La relation « homo »comme reflet narcissique - Par Lucien SA Oulahbib

Publié le 29 Avril 2013

Il est curieux qu'à l'aube du XXI° siècle, au début de ce IIIe millénaire, l'amenuisement de la présence féminine (non réductrice, ici, à l'hétérosexualité) soit dorénavant valorisée dans certains pays occidentaux, dont désormais la France. Non seulement valorisée mais très strictement institutionnalisée, et ce "au nom de la République", c'est-à-dire " au nom du peuple", ce qui n'est pas rien semble-t-il.

Cet amoindrissement de la présence féminine en Occident (alors qu'elle y est aujourd'hui imposée, mécaniquement, par la parité au niveau politique, et banalisée au niveau plastique et sexuelle jusqu'à en faire un ornement cosmétique), ce retrait aspire d'ailleurs aussi à bien plus en terme de " citoyenneté ". Il n'est en effet pas possible de faire une telle démarche vers l'identique, si impressionnante, par exemple au sein d'une mairie, entourée par le faste des ornements républicains, et ne pas vouloir aller plus loin encore, institutionnaliser encore bien plus l'accouplement au pareil, par le "droit" à"l'enfant", et même le droit à le fabriquer via la PMA et la GPA, vraies victoires de la postmodernité. Mais laissons cela de côté (pour le moment).

Concentrons-nous pour l'instant sur ce seul point : ce tournant vers l'identique veut reposer sur un fondement symbolique fort, proposé désormais de la façon la plus officielle aux futures générations qui nous regardent : l'homosexualité, institutionnalisée, serait un "choix citoyen", voire un progrès de civilisation, nous dit-on sur tous les tons. Enfant bâtard de la liberté et de l'égalité avant d'être aujourd'hui reconnu. C'est même enseigné, du Collège à l'Université. Sauf qu'un choix peut être normalement réversible. Or, comme il est "citoyen", il apparaît non seulement irréversible, mais même recommandé, "quelque part", du moins officieusement,culturellement, puisque l'homosexualité, comme la folie, apparaît être une condition sinon du génie, du moins du progrès, clame le lobby homo…d'où la nécessité de l'inscrire dans le marbre, donc institutionnellement, de peur que l'on ne s'aperçoive que le roi est en réalité nu, en ce sens que l'homosexualité n'est nullement nécessaire, et si peu un choix volontaire en réalité: l'on ne voit peu ou guère, sinon pas du tout, d'homosexuels se déclarer, par la suite "hétérosexuels "…

De plus, s'il s'agit seulement d'un "choix", alors d'autres "choix" sont aussi possibles et demandent leur part de citoyenneté : la polygamie dans le droit musulman par exemple, et pourquoi pas le sado-masochisme puisqu'il ne s'agit plus désormais d'une déviance…Laissons de côté la pédophilie puisque la différence entre âge mineur et âge majeur tient bon (il serait d'ailleurs paradoxal de le lever là et de le maintenir au niveau des délits et des peines). Laissons cependant cela aussi ici de côté pour nous concentrer sur le fait homosexuel lui-même.

S'il s'agit, donc, d'un "choix de civilisation" comme le dit Madame Taubira, alors il a été décidé, en haut lieu, que la question ne situe pas seulement entre sexualités, mais touche à la question de la présence comme autre en particulier l'altérité féminine. L'on ne peut en effet réduire la présence féminine à l' "hétérosexualité", comme il a été dit plus haut… Certes, "on" se vantera plus communément d'avoir des amis "homos" ou "hétéros", mais il ne s'agit pas de cela, puisque la sexualité n'est pas le tout du genre…

Il semblerait que dans l'homosexualité le pareil soit confondu avec le semblable en quelque sorte… Pourquoi donc ?… La tradition, par exemple psychologique, enseigne, au moins, deux possibilités qui pourraient d'ailleurs se combiner selon les cas :

1/l'hypostase du phallus comme pouvoir de la figure du père (phallocratie) ; 2:une mère castratrice qui en retour force à sublimer le père effacé.

1/La première possibilité est complexe, en même temps saisissable : le phallus comme symbole de la force, de la puissance, fascine, rassure : à la façon narcissique du reflet dans un miroir : celui de la Reine dans le Conte de Blanche-Neige aussi, " suis-je la plus belle ?…"

La femme, elle, dans son appartenance spécifique, dégage une présence plus enveloppante, chatoyante (tant dessinée par les poètes et les romanciers, du moins avant Sade, après cela se gâte…), femme mystérieuse (vierge, déesse, nymphe, fée, "golfe d'ombres"…), Joseph Nuttin développe l'idée que la femme, du moins lorsqu'elle n'est pas dépendante des idiomes phalliques de l'hégémonie masculine séculaire, choisit la qualité relationnelle, le sens, plutôt que la performance, sans que cela soit cependant liée à la maternité ; de même que la curiosité vers l'inconnu peut être certes plutôt historiquement masculine, mais cela ne semble pas être réductible à ses hormones…

2/ La mère castratrice quant à elle signifierait que l'orientation homosexuelle serait une réaction à la trop grande infantilisation d'une présence maternelle autoritaire qui, en réaction, pousserait vers le contraire afin de prouver que l'altérité masculine existe et même doit être magnifiée, surtout si le père a été dévalorisé ou absent ; il y aurait ainsi une revanche à prendre, l'enfant vengeant son père et en même temps le sexe dont il est issu, idem s'il s'agit d'un père possessif, abusif…

3/ Je pencherai aussi pour une troisième possibilité, biologique (mais compatible avec les deux premières) en ce sens que lors de la procréation des permutations encore inconnues ont fait basculé la balance, tels les "trans" qui se sentent femme ou homme et cherchent à retrouver leur corps "physique" ; sauf que "l'homosexuel" moyen, lui, ne va pas jusqu'à là, même s'il peut en jouer le rôle…narcissique.

Conclusion : un phénomène somme toute minoritaire, bio et/ou psychique, se voit valorisé à l'excès par des idéologues en mal de théories à réaliser depuis que le communisme est mort et que le capitalisme survit malgré toutes leurs malédictions. La sexualité est une arme de combat, c'est l'extension du domaine de la lutte ou la guerre tant vantée par Sorel et Lénine continuée par d'autres moyens, le tout contre un ordre moral que l'on suppose en soi mauvais, alors que l'on prétend en instruire quelques rudiments sous le vocable de laïcité, de citoyenneté. Gageons qu'il s'agira ici juste de morale a minima (conseillée par Adorno d'ailleurs, un des ancêtres du postmodernisme) teintée de tolérance ; sauf que l'on ne pourra guère éviter les demandes pressantes de PMA et de GPA, sans oublier la polygamie et le SM, il n'y a aucune raison de pouvoir les en empêcher.

Mais il est tout aussi loisible de critiquer l'homosexualité pensée comme choix citoyen en y voyant plutôt un appel à la réitération de l'identique et un refus de l'altérité féminine comme présence autre que sexuelle ou d'enfantement. 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

marco 29/04/2013 18:52


Nous avons besoin des femmes,d'abord comme complice dans la vie,mais aussi pour s'assurer une descendanceCe n'est pas avec ces charlots homo que la chose est faisableJe ne comprends pas qu'un
"mec"puisse se prendre pour une femme,il y a là quelque chose qui m'échappe.

LA GAULOISE 29/04/2013 12:38


J ESPERE QUE CE PERE NE LACHERA PAS L AFFAIRE ET QUE CES ENFOIRES QUI UNE FOIS DE PLUS MONTRENT BIEN A QUI VONT LEUR PREFERENCE  SERONT COMDAMNES A DE TRES LOUDES PEINES . NOUS SOMMES DE
TOUT COEUR AVEC VOUS .

Epicure 29/04/2013 11:13


Qu'a décidé de faire le Général au point de vue juridique?


Va-t-il s'associer à Mesnard  pour constituion d epPartie Civile? Par exemple...avec d'autres?


Les Politiques? Qu'en disent-ils? Que font-ils?


Ils s'écrasent...(?) ou osent prendre des risques de perdre la main sur la Justice, à l'avenir??????


Je crois qu'on va encore bien rire...jaune.

mika 29/04/2013 11:05






SVP à diffuser: Message du du Général Philippe SCHMITT, père d’Anne – Lorraine,  assassinée le 25 novembre 2007 par un
récidiviste. 


 De : SCHMITT Philippe [mailto:schmitt.ph@wanadoo.fr]
Envoyé : mercredi 24 avril 2013 21:22
À : Famille
Objet : Mur des "cons"


Parent de victime, c’est avec stupeur et un profond dégout que j’ai constaté la présence de ma photo sur le « mur
des cons » du Syndicat de la Magistrature, proche du pouvoir.


Même si j’ai – et je ne le regrette pas – critiqué les libérations irresponsables de violeurs récidivistes, le
laxisme de certains juges d’application des peines, j’estime totalement indécent d’être traité ainsi par ces « magistrats », eu égard à notre histoire
familiale.


Mon seul tort, je l’avoue, est de ne pas me résigner à ce que d’autres enfants subissent le martyre  d’Anne –
Lorraine !


A travers cet acte, c’est la mémoire  de notre fille qu’on insulte, ce sont aussi toutes les familles de
victimes qui peuvent ainsi constater le mépris et la haine que ce syndicat de magistrats éprouve à leur égard.


Sur ce mur, il n’y a pas de photos de criminels, de violeurs ou de pervers mais il y a les photos de plusieurs pères
de victimes. Quelle attitude indigne !


Dès ce soir, j’ai chargé notre avocat, maître DRYE du barreau de Senlis, d’étudier les suites judiciaires à donner à
cette lamentable affaire.


Quand on sait que les membres de ce syndicat « peuplent » le cabinet du Garde des Sceaux, il y a de quoi s’inquiéter
!


Philippe SCHMITT


Père d’Anne – Lorraine


Assassinée le 25 novembre 2007 par un récidiviste


Vous pouvez diffuser sans vergogne


 http://www.atlantico.fr/


« « « « « « « « « « « « «


Pour tenter de minimiser cette faute inadmissible  ( qui en dit long…
)  il a été dit en haut lieu que ce « mur des cons » était une sorte de plaisanterie de potaches dans un lieu  « privé »  (1). 


Ainsi donc la justice des Français serait pour une bonne part assurée par
des « magistrats potaches ».  Des « magistrats potaches de gauche »… 


Voilà qui est rassurant, non ? 


(1)      Un local « privé » qui serait quand même, si nos informations sont bonnes, partie intégrante du Ministère de la
Justice, donc à charge de l’ensemble des citoyens de ce pays.




Epicure 29/04/2013 10:46


Cher SA, vos analyses archi connues depuis Freud et ses précurseurs....n'intéressent absolument personne  des pervers que l'OMS a officiellement dédouanés voici exactemaent 22 ans
déjà......!!!!!!!!!


L'humanité est folle, cela est aussi une vieille lunepour les psy sérieux et 80% sont soit Borderline soit psychotiques de Structure selon jean Bergeret.Ces gens pour leuur majorité "ne va pas
trop mal" tant que tout va bien...;mais elle bascule dans les idéologies délirantes, selon leur ligne de fracture structureelle...) dès que la Crise existentielle s'aggrave. On voit aujourd'hui
UN des Avatars de cette longuer histoire. Depuis Sodome dans la Bible à nos jours. Qu'alors y faire, dirait Pierre Dac? Rien. Zattendre patiemment un rétablissement de la santé économique et
mentale du Groupe...et tant pis pour ses victimes aléatoires. tant que le Groupe ne bâtit pas de Camps et de Chambres à gaz, cela peut encore se supporter quelques dizaines d'années....comme le
Soviétisme stalinien...