La révolte des bonnets rouge en Bretagne.... est-ce le début ?

Publié le 28 Octobre 2013

Valls fait tirer sur des travailleurs bretons quand il épargne les racailles

******

Ouest-France vient de publier un article de fond qui résume bien la journée, très chaude, de manifestation. Nous ne pouvons qu’y renvoyer le lecteur.

Par Jacques Philarcheïn pour Riposte-Laïque

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Pont-de-Buis-29-.-Manifestation-en-cours-contre-l-ecotaxe-%5Bdirect%5D_40785-2242761_actu.Htm

La journée fut chaude et les forces de l’ordre ne répugnèrent point à faire des blessés.

L’hélicoptère de la sécurité civile a évacué deux blessés. Le premier aurait été gravement blessé au cou par un tir de flashball, son pronostic vital n’est pas engagé. Le second aurait eu la main arrachée. [Extrait de l'article]

On va objecter que dans toutes les manifestations, il y a des blessés, des plaies et des bosses. Cela dépend. Dans les manifestations, peut-être, mais qu’en est-il quand une meute de branleurs assistés et protégés par l’État attaque une vieille dame, torture une victime ou encore essaye de mettre un commissariat à sac ? Et bien, la riposte est souvent moins musclée et moins virile.

Gageons que si l’homme à la main arrachée porte plainte contre les forces de l’ordre, il trouvera difficilement gain de cause ; gageons qu’il sera peut-être lui-même mis en examen pour rébellion et autres réjouissances, voire incarcéré, tout est possible.

Si une racaille assistée et protégée par l’État eût souffert d’une main arrachée dans un acte de guérilla urbaine, nul doute que tout un quartier (voire la France entière, comme dans l’affaire du transformateur) eût été mis à feu et à sang, nul doute qu’une foule de ministres se fussent pressés au chevet du blessé (devenu un héros national), et nul doute que le méchant policier arracheur de main eût été sévèrement inquiété par la justice.

Mais la République a beaucoup de discernement. Elle ne confond jamais ceux qui travaillent et la nourrissent de leur sueur et de leur impôt avec ceux qu’elle assiste et protège, et qui n’en foutent pas une de la journée.

Cela ne date pas d’hier, George Sand écrivait déjà qu’elle ne croyait pas à une République qui faisait tirer sur des prolétaires après leur avoir promis monts et merveilles (allusion aux journées de 1848).

http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/histoire-1848.asp

Et pendant ce temps, une bande ayant torturé un adolescent, pas à mort mais presque, est restée libre.

http://m.lavoixdunord.fr/region/dunkerque-le-gang-des-barbares-de-la-rue-poincare-ia17b47588n1607253

http://www.citoyens-et-francais.fr/article-dunkerque-actes-de-torture-et-barbarie-le-gang-de-la-rue-poincare-juge-tous-remis-en-liberte-r-120524439.html

http://www.fdesouche.com/417007-dunkerque-actes-de-torture-et-barbarie-le-gang-de-la-rue-poincare-juge-tous-remis-en-liberte

Bref : le triptyque Liberté – Égalité – Fraternité est passé de mode.

Aujourd’hui, ce serait plus fun, genre Torture, Inversion des Valeur et Assistanat. Ou encore, dans les zones rurales : Mort aux choux-fleurs – A bas les œufs de poules – Vive l’Ecotaxe…

Jacques Philarcheïn

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

mika 28/10/2013 13:42


Gaspard Proust


 


http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3350-c-salut-les-terriens.html?vid=956165