La révolution que nous ferons en 2017. Préparons-la ! Par Maxime Tandonnet. Préface Gérard Brazon

Publié le 6 Novembre 2012

Gérard-FrancePour ma part, j'ai toujours une certaine méfiance vis à vis des révolutions. On sait à peu près quand elles commencent mais jamais quand elles finissent. On sait par contre qu'elles finissent toujours de la même manière car une révolution ce n'est pas une évolution. Comme son nom l'indique la société fait une révolution, un tour sur elle-même. elle se débarrasse de certaines scories mais reste immuable. 1789 à donné la monarchie constitutionnelle, 1793 la terreur puis l'anarchie du Directoire et le général Bonaparte en sauveur qui ne tarda pas à revêtir la tenue de l'Empereur. Puis retour aux Rois. Nouvelles révolutions 1830 et 1848 et nouveaux retours aux Rois et un Empereur avec certes, des scories en moins mais d'autres tares en plus. Nouvelle révolution 1870, puis une république par défaut qui depuis fait comme les Rois. Aujourd'hui, nous avons une république qui depuis 30 ans, ne demande rien au peuple et s'arrange le plus souvent pour le berner avec cette Europe liberticide que l'on cherche à nous imposer "au nom du peuple" bien sûr.

Alors quoi, une nouvelle et énième révolution? Pour avoir un nouveau Roi, un nouvel Empereur, une nouvelle république liberticide? Sur le dos de milliers de morts ? J'en suis là dans mes pensées! Un peu stérile je l'avoue. C'est pourquoi je crois plutôt, contrairement à ce que pense Maxime Tandonnet dans l'article suivant, à la mise en place d'une constitution républicaine totalement laïque garantissant les libertés essentielles comme celles de la libre expression, l'égalité des droits entre les femmes et les hommes et que nul ne pourra modifier sans qu'il n'y ait 70% de vote favorable des français par référendum et seulement par référendum. Il faut affirmer au plan de la constitution que les représentants du peuple n'ont que le droit de gérer que  pour une période donnée et en aucun cas pour les générations futures sans que les français ne puissent donner leurs assentiments. On peut critiquer la constitution américaine mais elle protège bien mieux les droits du peuple américain que la nôtre modifiable et corvéable au bon choix du maître de l'instant.  Il faut aussi ouvrir en urgence la possibilité de référendums d'origines populaires locaux, régionaux et nationaux sur une demande d'un nombre à déterminer de français au niveau local, régional et national. C'est une piste qui m'irait mieux qu'une révolution incontrôlable par définition. 

Gérard Brazon

***

2017(89), une Révolution, pas des réformes par Liberté Chérie Nice

Article du site Magistro, signé  Maxime TANDONNET, Haut fonctionnaire

 En 2017, il faudra tout autre chose que des réformes pour redresser le pays : une nouvelle Révolution sera nécessaire, dans la tradition des grands bouleversements qui ont marqué en bien l’histoire de France : 1789, 1875, 1945,1958, ou 1980 en Grande-Bretagne avec l’ère thatchérienne (…)

Voici 8 objectifs à atteindre, au besoin par une révision constitutionnelle et un  recours  au référendum. Ils ne se conçoivent qu’au prix d’un courage politique hors du commun.

1/ La France devra redécouvrir la démocratie, la primauté du suffrage universel sur toute autre source de pouvoir. A cette fin, il lui faudra transformer ses institutions, restaurer l’autorité de la loi et du Parlement national en desserrant la contrainte devenue étouffante que le Conseil Constitutionnel fait peser sur le travail législatif. Une voie possible consisterait à rendre beaucoup plus facile les révisions constitutionnelles (vote à la majorité simple du Congrès) et le recours au référendum. (Je différe totalement! Ce qui est modifiable dans un sens peut l'être dans l'autre sens le lendemain. Il faut de l'intangibilité. C'est toujours le système faillible, modifiable, interprétable qui est responsable des dérives des hommes de pouvoir. J'en veux pour exemple la cohabitation de Balladur qui est une interprétation des textes mais en aucune façon l'esprit de la cinquième république voulue par le général De Gaulle. Mitterrand aurait dû démissionner en 1986 comme Chirac en 1997. ndlr Gérard Brazon)

2/ L’économie devra être libéralisée, l’entreprise et le travail libérés de leurs chaînes, réglementaires par exemple en supprimant les 35 heures et fiscales, pour relancer les énergies et la croissance et assurer ainsi " le droit à un emploi pour tous" dans le secteur privé. Un taux maximal de 40% de prélèvements obligatoires (au-delà duquel, disait Valéry Giscard d’Estaing, la France entre dans le socialisme), à atteindre en 5 ans, sera inscrit dans la Constitution. (Il ne faudra pas oublier dans ce domaine précis, les salariés et leurs représentants. La parole qui doit-être donnée à ceux-ci en mettant en place non pas un système de contrôle privatif de libertés d'entreprendre mais un système ou la part des salariés est prise en compte. Par exemple, la participation aux bénéfices et la liberté d'expression dans l'entreprise. Ndlr Gérard Brazon)

3/ La place de la fonction publique devra être redéfinie et réduite, afin d’en faire un atout plutôt qu’une charge pour la collectivité, tout en rendant le  droit de grève incompatible avec la garantie de l’emploi  à vie (sur le modèle allemand). Le principe de non remplacement d’un départ à la retraite sur deux s’imposera à la fonction publique territoriale comme à celle de l’Etat.

4/ Les juges seront recrutés parmi des cadres expérimentés des secteurs privé et public, y compris d’anciens policiers et gendarmes. Le devoir supérieur de l’autorité judiciaire, la répression de la violence et la criminalité, condition fondamentale de la liberté, sera inscrit dans la Constitution. L’indépendance de la magistrature s’exercera y compris à l’égard des partis, des syndicats et des idéologies (sur le modèle allemand).

5/ Une obligation de neutralité absolue et de parité dans l’expression politique, sous contrôle d’un organisme indépendant, s’imposera au service public de l’audiovisuel.

6/ Des plafonds impératifs seront instaurés en matière d’immigration en fonction des capacités d’accueil du pays, notamment de son marché du travail et ne comporteront aucune dérogation. Une politique de circulation et de mobilité se substituera à une immigration de peuplement et un principe de tolérance zéro en matière d’immigration illégale sera appliqué.

7/ Une grande réforme de l’éducation nationale sera menée à bien, fondée sur l’autonomie des établissements scolaires, libres d’utiliser leur budget, de recruter leurs enseignants, de leur politique disciplinaire.

8/ Il faudra repenser et rénover l’Europe en profondeur, imposer une prédominance des Etats sur les institutions communautaires, la Commission devenant un outil placé sous l’autorité collective des gouvernements nationaux, et les compétences de l’Union strictement limitées à ce qui est nécessaire, instaurer une clause de souveraineté des Etats qui pourront refuser une règle européenne contraire à leurs intérêts vitaux. Si un bras de fer est nécessaire avec l’Europe, il conviendra de s’y livrer sans état d’âme comme de Gaulle en 1965 et sa politique de la chaise vide pendant 6 mois.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

lombard 07/11/2012 10:26


bonjour


je suis pour ma part absolument contre cette phrase(l'égalité des droits entre les femmes
et les hommes et que nul ne pourra modifier sans qu'il n'y ait 70% de vote favorable des français par référendum.)CE DROIT ACQUIT EST ,ET DOIT RESTER INNALIENABLE!! il est dans la declaration des
droits de l'homme et du citoyen,dans un texte européen egalement ou les libertés ne peuvent etre remisent en cause.justement pour defendre les democraties.maintenant nettoyer notre pays des
parasites allocataire et ou ne souhaitant pas s'integrer je participe tout de suite !!obligation de se vetir à l'européenne métriser la langue du pays d'accueil dans le semestre appliquer les us
et coutumes locale et surtout travailler!! biensure sans polygamie,le tout sans allocation sinon retour au bled.salarier les femmes aux foyer serait normal ,par contre me suprimer le droit du sol
et fermer la maternité du dernier departement constitué qui est une fabriquation de musulman a la chaine non integrable dont on ne parle jamais !!les commores!!!.....



marco 07/11/2012 08:58


En ce qui me concerne j'y suis déjà préparé j'ai affité mes couteaux! ! !

Yves IMBERT 07/11/2012 06:35


Dans un premier temps il conviendrait de manifester massivement contre:


- l'immigration qui peut facilement être stoppée voire faire refluer en coupant les allocations


- les subventions aux assocs qui encoragent l'immigration


et pour la responsabilité individuelle des magistrats


mais sinon pour ma part je n'exclus plus  la lutte armée face à la volonté de détruire la France manifestée au quotidien par les institutions marxistes de la république

marco 06/11/2012 20:18


Evidemment mon cher JP,en virant tous les inutiles issus de l'immigration soit environ(allez,un chiffre au hasard)6 millions,ne plus payer d'alloc a des familles dont les ribambelles d'enfants
n'en finissent plus,et qui ne seront jamais de chez nous,en virant également pas mal de piliticiens qui vendent la France etc...etc...


et bien d'autres économies a faire....

jp 06/11/2012 18:14


d'accord Marco,mais avec qu'elle argent?il faut d,abord renvoyer tout ses piques assiettes,interdire la double nationalité,et le regroupement,etc....

marco 06/11/2012 16:26


Je ne suis pas d'accord pour que continue l'immigration,on voit ce quelle nous coute actuellement,mais plutôt sensibiliser les couples pour avoir davantage d'enfants en versant aux maman un
salaire a domicile par exemple a partir d'un 3 eme ou 4 eme enfants...