La santé des étrangers et des sans papiers ? Financée par les français taxables et corvéables.

Publié le 20 Juillet 2012

L'Assemblée nationale a voté dans la nuit de jeudi à vendredi la suppression de la franchise médicale de 30 euros imposée en 2011 aux étrangers sans papiers bénéficiaires de l'Aide médicale d'État (AME), malgré les critiques de l'UMP.

Les députés UMP avaient promis d'être «offensifs» sur le sujet. Ce forfait avait été institué par la précédente majorité qui avait dénoncé une explosion du nombre des bénéficiaires de l'AME et du coût de cette aide. La suppression de la franchise va coûter 3 millions d'euros à la Sécurité sociale en 2012, selon le gouvernement. La mesure a été votée à 99 voix contre 40.

Sur ce thème «difficile», le député de Paris, Claude Goasguen (UMP) a affirmé que «l'AME a dérapé dans ses coûts» et a précisé que serait proposée prochainement une réforme complète. «Ce timbre de 30 euros, c'est complètement farfelu, quand on a payé des milliers d'euros pour venir en France!», s'est ému Dominique Tian (UMP), grand pourfendeur de la fraude sociale.

«Non l'AME ne fait pas un appel d'air pour des gens qui viennent en France. Quand on quitte son pays, ce n'est pas pour venir faire des cures thermales!», lui a répondu Catherine Lemorton (PS), présidente de la commission des Affaires sociales. Des témoignages de professionnels de santé recueillis par Le Figaro pointaient pourtant les dérives du système. «Il est normal que la France soigne les plus misérables, mais certains abusent vraiment», confiait une généraliste d'un centre de soins spécialisé dans l'accueil des étrangers.

«Il ne s'agit pas de remettre en cause notre tradition humaniste, mais de lutter contre la fraude et les excès», a assuré le président des députés UMP, Christian Jacob, qualifiant l'article examiné de «dangereux». «Il y a un moment où il faut un petit peu participer, qui ne peut pas payer 30 euros?», a lancé l'ancien ministre Thierry Mariani, assurant que «personne à l'UMP ne veut remettre en cause l'AME». Il y a besoin d'un «outil de régulation», a plaidé Hervé Mariton (UMP).

«Cessons de nous donner des leçons»

«Aujourd'hui l'AME est mal gérée. Les 30 euros ce n'est pas un drame, que vous les supprimiez ce n'est pas dramatique», a lancé le centriste Jean-Christophe Lagarde, accusant la gauche d'«affichage politicien». «Cessons de nous donner des leçons» de morale ou de justice, a lancé Jérôme Cahuzac, ministre délégué au Budget. «En situation régulière ou irrégulière, les médecins les soigneront toujours», a-t-il lancé reprenant sa casquette de médecin. A la fin du débat, aux environs de 03h30 du matin, le député Gilbert Collard (FN) a défendu un amendement de suppression de l'AME, du fait «du poids de la situation économique». «Si nous étions riches, je serai pour que nous soyons d'une bonté universelle», a-t-il lancé.

En 2011, l'AME a bénéficié à 220.000 personnes pour un coût global de 588 millions d'euros, contre 75 millions d'euros dans le budget 2000, année de sa création. Les bénéficiaires doivent résider en France depuis plus de trois mois. A l'issue de quatre jours de débats houleux, l'Assemblée a adopté tôt vendredi matin le budget rectificatif 2012, qui enterre des mesures emblématiques de Nicolas Sarkozy comme la TVA sociale et les heures supplémentaires exonérées et prévoit 7,2 milliards d'euros de hausses d'impôt.

Figaro

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

island girl 20/07/2012 21:00


Cela n'a pas de bon sens ,c'est tapis rouge pour le FN!

Polux 20/07/2012 17:25


30 euros, c'est trop, mais le forfait téléphone çà ne coûte pas cher !


Comme la rentrée des classes, çà coûte cher, mais pas les grands écrans plats !!!


Etc, etc...!!!

LA GAULOISE 20/07/2012 13:31


Les français sont taxables , corvéables et  beaucoup ne peuvent plus se faire soigner alors qu'ils ont toujours cotisé  . Mais, bon Dieu, Français réveillez vous!!!!