La schizophrénie de l’islam, d’Anne-Marie Delcambre : la preuve que Rachida est normale… Par Martin Veron

Publié le 8 Juillet 2014

Pour Riposte-Laïque

Masques.gif  La schizophrénie de l’ islam  est le titre d’ un ouvrage de cette  adorable experte en islam qu’est Anne Marie Delcambre. Alors pour moi qui ai lu ce livre et tous les autres  de cette auteur  mais aussi ceux d’autres islamologues  qui,  comme elle,  traitent du même sujet, je n’ ai aucune peine à adhérer à la thèse officielle du gouvernement et de son principal porte parole qu’est la sphère médiatique mainstream : L’ islam est une psychopathologie enfin reconnue officiellement. OUF, il était temps !  Et, comme toute maladie, c ‘est une saloperie comme disait je ne me souviens plus très bien qui, un jour,  sur le TDB.

Ils ont compris  – mieux que vous tous qui semblez  vous  étonner que ces criminels-là soient  systématiquement qualifiés de  détraqués –  que l’ islam produit en série,  et exclusivement,  des déséquilibrés. Et comment pourrait-il en être autrement ? La systématicité du diagnostic politico-médiatique est telle, lors de ces affaires qu ‘ elle est la preuve incontestable que l’ islam est enfin reconnu comme une pathologie, un dérèglement  de l’ esprit. Pour preuve :  Jusqu’ à nouvel ordre sont officiellement qualifiés de psychopathes irresponsables les seuls musulmans dans les mêmes cas de violences. Les autres, Français de souche européenne,  sont tous et toujours coupables et responsables . Il est vrai qu ‘ils ne commettent pas ces abominations-là et surtout pas à si grande échelle partout dans le Monde. L’islam en a l’exclusivité. Pensez, Satan qui à leurs yeux a réussi à se faire passer pour Dieu les a bien en main. Le malin, Il a réussi son coup avec eux pour détruire l’ humain et le divin sur Terre !

Ainsi nos idiots utiles reconnaissent implicitement sans même s’en rendre compte  (mais très explicitement pour nous dont les neurones fonctionnent à l’endroit) que leurs CPF sont des  » criminels préalablement formatés  » donc forcément irresponsables, puisque à chaque  crime et autre abomination commis par eux, TOUS, sans exception,  sont qualifiés de malades mentaux. Ils sont excusés par ce prétexte systématique. Jamais  responsables ! Donc forcément… toujours  irresponsables (dans tous les sens du terme) ; Et vas-y que je te les importe par millions pour les soigner aux frais et dépens de la République -donc du citoyen- en leur permettant de laisser  libre cours à leur violence intrinsèque trop longtemps contenue et enfin libérée sur ce défouloir idéal des pulsions qu’est cette race inférieure devant Allah , à savoir  les Français de souche, non musulmans.  Pas besoin d’aller en Syrie, on a tout sur place pour djihader en période rama-dantesque.

D’ ailleurs, les deux mujeres voilées, voisines de la jihadiste Rachida et interviewées à la télé,  ne le proclament-elles pas haut et fort que cette Rachida est tout à fait normale selon elles ? Tout est là : « SELON ELLES ». En effet. Et comment pourraient elles penser autrement  puisqu’elles sont, elles aussi,  formatées selon les mêmes normes ?  Quand on connaît le contenu livresque fondamental qui formate leur civilisation, alors oui, la Rachida et ses voisine voilées sont, selon ces fondements,  tout à fait « normales »( tiens, ça me rappelle quelqu’ un très en  décalage aussi). Elles sont  dans la normalité  selon ces critères-là sortis des sables du Hedjaz  mais  qui ne sont pas les nôtres. J’imagine aisément les thèmes et la « logique » qui présidaient à leurs discussions quand elles se rencontraient, avec la Rachida, avant l’ événement tragique et révélateur de ce qui fermente sous le hijab.

Comme quoi, vérité en deçà des Pyrénées ( ou de la Méditerranée), erreur au delà.

Martin Veron

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article