La servitude volontaire du discours P.C.F. Lucien SA Oulahbib

Publié le 2 Mai 2013

Photo du profil de Lucien Oulahbib  Par Lucien Oualahbib

Encore une fois, l'ignorance crasse du discours P.C.F de nos dirigeants bat son plein et produit à terme des Mohamed Mirah, des frères Tsarnaev, des Mélenchon, voire, par certains biais, déroule le tapis pour Marine Le Pen le tout par étatisme exacerbé s'auto-aveuglant à croire qu'il suffirait d'ouvrir encore plus les vannes de la dette alors que cela ne réussit pas si bien que cela aux USA et au Japon, ne parlons pas du Venezuela où avait été promis le paradis su Terre ; François Hollande, lui, vient de découvrir le fil à couper le beurre et l'eau tiède (même pas chaude) en parlant de "malentendus" à propos des "entrepreneurs"… on croit d'ailleurs rêver au moment où en plus la corruption est à tous les étages, et que la lutte contre les "injustices, les inégalités" etc n'est de plus en plus qu'un discours pour mur-des-c.o.n.s… La bêtise est aussi désormais au pouvoir. Elle se prétend cependant de haute volée. Puisque "les Français sont des veaux" avait dit paraît-il le "grand Charles"… Sauf que parfois les "caves se rebiffent"…

Le "Français" Gilles Le Guen n'est pas un "paumé", par exemple ; il est au contraire quelqu'un qui prend l'islam tel qu'il est sans le lire avec des lunettes occidentales qui en font une sagesse new age. Des lunettes que chaussent le clown Obama, qui fait ainsi rire la galerie en Monsieur Personne récompensant en passant le coming out d'un basketteur "gay" comme s'il avait été en Afghanistan, pendant qu'en Syrie la chimie (la même supposée inexistante sous Saddam) fait des merveilles. Mais après tout, 100.000 assassinés, ce n'est rien puisque la "morale" est sauve : celle de ne pas " intervenir de façon unilatérale", façon " hyper-puissance", il est étonnant que Védrine la ramène moins ces temps-ci, de même que Kepel et Roy depuis que la pertinence de leurs analyses éclaire notre connaissance sur le "printemps" dit "arabe", un printemps aussi ensoleillé que le nôtre….

La question consisterait plutôt à se demander pourquoi ce " Français" a fait ce choix, d'autant qu'il était à Tombouctou avant l'arrivée d'Al Kaida, pourquoi sait-il aussi opposé paraît-il aux autres djhadistes concernant les femmes, véhiculant lui aussi sans doute une vision soufi mystique du grand djihad qui ne reste cependant pas suffisant lorsqu'il s'agit de combattre les ennemis, même entouré de milliers d'archanges selon la Sunna… Quelques réponses peuvent être devinées : l'islam rigoriste apporte des réponses comme toute secte sait en produire à des questions sur l'Absolu, sur le sens de l'existence, et la façon surtout de la vivre à l'ère nihiliste de l'effondrement occidental ;  par exemple le Syndicat de la Magistrature, ou certaines franges politicardes de tous bords, tous ces zombis ont eux aussi ces réponses définitives dont ils  se servent mécaniquement lorsqu'ils sortent de leurs garçonnières façon DSK pour débiter en terminator tous ces discours discrets ou provocants, bien comme il faut, nuancés, pondérés, ou dérapant professionnellement comme les voyous savent le faire, discours mitonnés qui font aujourd'hui fonction de réalité puisqu'ils s'y substituent dans tous les médias donc c'est "vrai" (vu à la TV) : la carte devient le territoire et même l'efface au fur et à mesure en le saupoudrant de villages Potemkine. 

Tels ces voyages en province du Président et ces interviews inutiles devant des "experts" qui pérorent au nom de leur impuissance depuis des dizaines d'années. En vain. Puisque s'annonce le "lâche soulagement" : lorsque les jeux sont faits et que l'on se demande qui viendra rafler la mise. Car la politique, comme la nature, a horreur du vide

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article