La stratégie des musulmans dans les entreprises.

Publié le 20 Février 2011

              Eric Denécé, Directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), a écrit un article intitulé La poussée islamiste dans les entreprises, dans la revue Sécurité Globale. On y lit :

S"La pression islamiste s’exerce désormais dans les entreprises, principalement selon deux modalités : leprosélytisme militant et contestataire et le développement de trafics susceptibles d’alimenter la cause du djihad. Cette poussée fondamentaliste dans les entreprises génère de nouveaux risques sectaires et criminels, en particulier pour celles qui sont implantées dans les zones urbaines et périurbaines. [...] Selon Yves Bertrand, ancien directeur des Renseignements généraux, «le monde du travail est désormais visé, avec, comme cibles, certaines catégories de personnel. Il s’agit évidemment des plus modestes, comme les caissières, les manutentionnaires ou les chauffeurs livreurs». La stratégie comprend trois étapes : d’abord leprosélytisme religieux ; puis la prise de contrôle de la communauté musulmane au sein de l’entreprise ; enfin la remise en question des règles de fonctionnement de celle-ci pour imposer les valeurs islamiques. La tactique est partout la même. Les islamistes formulent d’abord des demandes pouvant apparaître comme « légitimes » :

  • création de salles de prières sur les lieux de travail,
  • adaptation des pauses quotidiennes pour permettre la pratique religieuse,
  • aménagement du temps de travail lors du Ramadan ou pour pouvoir disposer du vendredi comme jour chômé,
  • respect des interdits alimentaires dans les restaurants d’entreprise.

[...] Si ces premières démarches n’ont pas provoqué de réaction frontale de la direction ou des autres salariés, les islamistes passent alors à l’action plus ouverte et aux pressions :

  • prosélytisme religieux actif sur le lieu de travail,
  • rejet de certains produits (vin, porc) dans les restaurants d’entreprise lorsque la majorité des employés sont musulmans,
  • pressions sur les femmes pour le port du voile,
  • refus de certains salariés musulmans de reconnaître l’autorité de cadres quand il s’agit de femmes,
  • souhait de voir certaines fêtes religieuses islamiques chômées,
  • prise de contrôle de certaines filières de recrutement au sein de l’entreprise. [...]

Les sociétés de sécurité sont également une cible privilégiée pour les islamistes. Deux raisons à cela : tout d’abord, le faible niveau de qualification demandé pour les tâches de gardiennage permet aux immigrés sans diplôme d’y trouver un débouché ; d’autre part, en raison de l’Affirmative Action qui a fait son chemin en France, les entreprises de sécurité se doivent de recruter en priorité des individus issus des minorités (« beurs et blacks ») afin que leurs agents de sécurité ne se fassent pas taxer de racisme lors des contrôles. En conséquence, certaines sociétés de sécurité sont complètement infiltrées par des islamistes ou des réseaux de délinquants liés à l’immigration. Ce "contrôle" du recrutement leur permet de trouver un emploi aux membres de leur réseau – souvent sous une fausse identité – de prétendre au chômage, voire d’approcher des sites sensibles (aéroports notamment). [...]

Parallèlement à ces risques de type sectaire, on observe la multiplication de pratiques criminelles dans l’enceinte des entreprises. [...] Dans ce contexte, les entreprises – notamment la grande distribution et le transport – leurs locaux et bien sûr les salariés sont à la fois théâtres et enjeux des pratiques criminelles. [...] De nombreux hypermarchés observent que les employés les plus engagés dans le prosélytisme islamique cherchent systématiquement à occuper les postes qui se situent à des interfaces : standard téléphonique, chauffeurs livreurs, coursiers, caissières (passage obligé), sécurité ; autant de fonctions qui permettent des échanges d’informations, d’argent et de marchandises (surveillance, trafics, détournement, etc.).

Enfin, on constate l’accroissement des abus et escroqueries à l’encontre de l’entreprise et des Assedic. Après avoir été embauchés et avoir travaillé pendant quelques mois en hypermarché, de nombreux individus multiplient les absences injustifiées et finissent par abandonner leur poste. Le magasin ne pouvant fonctionner durablement en sous-effectif se voit contraint de les licencier pour faute grave. Mais la législation leur accorde le chômage Ainsi, ces individus font venir leur famille en France ou retournent vivre au pays grâce aux Assedic."

Salon beige

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

Francis CLAUDE 20/02/2011 19:57



la premiere des choses que j'ai constater a mon retour en France aprés une trés longue absence ce sont les vigiles noirs ou arabes qui ce trouvent dans toutes nos structures méme celles que l'on
peut classer comme plus ou moins stratégiques.Aprés sauf si vous etez des gros bétas crédules vous comprendrez que tout ces gens font du renseignements a la solde des islamistes, et sur ce suget
je me targue de savoir ce que je dit.( pour votre information j'avais une sociéte de gardienage a l'étranger avec 600 employés et j'en fut dépossedé du jour au lendemain suite a une loi du
Président du pays interdisant aux etrangers d'avoir des entreprises de sécurité)Mais la ou c'est grave voir dramatiquement scandaleux c'est que ces informations sont données par des organismes
d'état aux autorités qui a premiére vue n'en tiennent pas compte.Alors oui le réveil s'il a lieu un jour sera dur trés dur nous avons dans nos entrailles les armes pour nous détruire....