La Syrie entre un régime séculier assassin et la soumission à l’islam fondamentaliste - traduit par Nancy VERDIER

Publié le 11 Novembre 2011

par Khaled Abu Toameh

 Traduit de l'anglais

par Nancy VERDIER

photo 5281BTandis que le dictateur syrien Bashar Assad poursuit le massacre de son peuple, des signes forts indiquent la montée des islamistes qui se préparent à mettre en place un nouveau régime.  

Ce qui au départ était une révolution laïque Facebook contre le régime d’Assad ressemble de plus en plus à un Jihad conduit par les musulmans fondamentalistes.

Les Frères musulmans cherchent clairement à faire main basse sur le mouvement de protestations hostiles à Assad tant au plan politique qu’au plan militaire.

Au cours des derniers mois la société syrienne a montré par de nombreux signes qu’elle allait vers un  “retour à l’Islam”. De grandes banderoles poussant les femmes à porter le hijab sont apparues à Damas et dans d’autres grandes villes et nombreux furent les restaurants et hôtels à cesser de servir de l’alcool dans le respect de la loi musulmane. Ajouter à cela, que beaucoup de manifestations hostiles à Assad étaient lancées à partir des mosquées, en particulier après les prières du vendredi.

Les Frères Musulmans ne sont en aucun cas une organisation “modérée”. Leur devise ne laisse aucune place au doute sur leurs propres intentions : « Allah est notre but ultime. Le Prophète est notre guide. Le Coran est notre Loi. Le Jihad notre moyen. Mourir pour Allah est notre plus grand espoir ». Le chef spirituel des Frères Musulmans, Sheikh Yusef al-Qaradawi, s’est déclaré en faveur des bombes suicide - qu’il appelle “la preuve de la justice divine” -, en faveur de la peine de mort pour les homosexuels, les sanctions au fouet pour les femmes, une haine génocidaire envers les juifs.  “O Allah n’épargne aucun d’eux...tue les jusqu’au dernier” comme il l’a répété sur les ondes d’al-Jazeera le 9 janvier, 2009 (www.MEMRI.org), après avoir dit le 14 avril 20004  à propos du boycott contre l’Amérique et Israël : « Notre devoir est de les affaiblir de notre mieux, de toutes nos forces »

Des media arabes rapportent que les fondamentalistes musulmans,  ont fait entrer en Syrie en contrebande des armes en provenance du Liban, de la Turquie et de la Jordanie.

Toujours selon ces reportages, la plupart de ces armes sont tombées aux mains des fondamentalistes qui mènent à présent une guerrilla féroce contre les forces de sécurité d’Assad.

Les Frères Musulmans de Syrie, qui étaient bannis sous la dictature du père, Hafez Assad il y a plusieurs décennies sont revenus à la surface grâce aux soulèvements qui au départ avaient été lancés par des forces laïques.

“Nous voulons coordonner les forces d’opposition” a déclaré Zuhair Salim, porte-parole des Frères Musulmans de Syrie. « Nous sommes les accompagnateurs et non les initiateurs ».

Comme ce fut le cas en Tunisie, Egypte, Yemen et en Libye, les islamistes syriens ont dissimulé leur vrai visage au public au début des soulèvements anti-Assad. Ils ont préféré rester dans l’ombre pour voir jusqu’où iraient ces soulèvements.

La direction des  Frères Musulmans a déjà trouvé sa place dans les principaux groupes d’opposition, dont le Conseil National Syrien, qui s’est formé à Istanbul en septembre dernier avec le soutien de l’Arabie Saoudite, du Qatar, de la Turquie et du département d’Etat américain

Bien que les Frères Musulmans n’aient pas rejoint officiellement le Conseil, ils y disposent de nombreux représentants.

Sur les dix-neuf membres que compte le Secrétariat Général du Conseil, quatre appartiennent aux Frères Musulmans et six sont des islamistes “indépendants”.

La participation des Frères Musulmans au Conseil national syrien vient conforter la belle progression des islamistes dont le but est de détourner à leur profit le printemps arabe. 

Le plus perturbant est que les Etats-Unis et beaucoup de gouvernements européens ont admis le fait islamique avec un Conseil d’opposition dominé par les Islamistes, et qu’ils ont dans le même temps tourné le dos aux forces séculières qui s’opposent à la création d’un état dominé par la Charia à Damas.  

La semaine dernière, Assad a évoqué la possibilité pour  son pays de tomber sous  domination islamiste et a averti que la Syrie pourrait devenir “un nouvel Afghanistan” si jamais l’Occident intervenait pour soutenir ses ennemis.

Pour beaucoup de syriens, le seul choix aujourd’hui est entre un régime séculier assassin dirigé par Assad et les Musulmans Fondamentalistes qui cherchent à transformer leur pays en un état islamique. La répression brutale  d’Assad contre les opposants qui jusqu’ici a fait au moins 3000 victimes parmi les syriens et son échec pour mettre en place une grande réforme politique conduit la population à tomber dans les bras des islamistes.

La récente victoire des islamistes aux élections tunisiennes sert de catalyseur pour les Frères Musulmans et les incite à redoubler d’efforts pour remplacer le régime d’Assad.

http://www.hudson-ny.org/2562/syria-fundamentalists

 

Cette traduction est copiable et diffusable dans le respect en mettant le nom de la traductrice et du site "Puteaux-Libre" Nancy VERDIER

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article