La Syrie est accusée de préparer des armes chimiques

Publié le 10 Avril 2013

armes-chimiques-300x169.jpg Armes chimiques, guerre chiites/sunnites, le coktail est explosif, Assad refuse une commission de l’ONU, pour enquêter sur les armes chimiques… 

 

Mise en garde – La propagande des deux cotés bat son plein, aussi toutes les informations sur ce théâtre de guerre sont à prendre avec précaution. Rédac IF

L’ASL affirme avoir intercepté deux cargaisons hautement sensibles à Damas et dans sa région / الجيش الحر يصادر شحنتي غازات سائلة في دمشق وريفها كان ينقلها النظام

D’autre part il semble que les affrontements chiite/sunnites commencent à prendre de l’ampleur

Une charge explosive a été découverte dans la nuit de mardi à mercredi à Hay el-Sellom, dans la banlieue-sud de Beyrouth, a rapporté la Voix du Liban (100.5).

Cette charge, selon la radio, portait un message adressé au Hezbollah par le front jihadiste al-Nosra en Syrie. Le parti chiite a immédiatement bouclé la région et empêché les Forces de sécurité intérieure (FSI) et un artificier de l’armée d’y accéder. source

Mediarabe.info

Le porte-parole du commandement de l’Armée Syrienne Libre (ASL), Fahad Al-Masri, vient de publier un communiqué particulièrement alarmiste : l’ASL a intercepté, ces derniers jours, deux cargaisons de produits chimiques que le régime acheminait vers ses positions surplombant Damas. L’ASL demande l’aide de l’ONU afin de sécuriser ces produits, très instables et hautement toxiques.

Dans son communiqué, l’ASL alerte la communauté internationale sur les intentions du régime de Bachar Al-Assad de détruire Damas et d’exterminer la population à travers son recours aux armes de destruction massive (ADM). Ces derniers jours, « le régime a coupé le courant dans la capitale, pendant plus de 21 heures, afin d’acheminer de nouvelles armes depuis l’aéroport militaire de Mazzeh vers le Mont Qassioune, qui surplombe Damas », précise l’opposition. Rappelons que le régime se prépare à la « grande bataille de Damas », alors qu’il collectionne les défaites à Raqqa (nord-est), à Alep (nord-ouest), à Deraa, à Souweida et à Al-Qoneitra (Sud). Dans la province de Damas et Rif Damas, la situation n’est pas plus brillante. Les Gardiens de la Révolution iranienne et les combattants du Hezbollah sont désormais déployés à visage découvert pour empêcher, ou retarder, la chute du régime.

Le communiqué de l’ASL ajoute que « cinq orgues de Staline sont ainsi venus renforcer le dispositif autour de la capitale. Des armes chimiques ont également été acheminées vers les positions de la Garde présidentielle à Mazzeh 86. Les unités de l’ASL ont intercepté deux de ces cargaisons, et les ont stockées dans plusieurs sites sécurisés ».

Mais, ajoute le communiqué, « ces produits liquides sont particulièrement instables. Certaines charges ont explosé, dégageant un gaz toxique dont la nature reste indéterminée. Les combattants de l’ASL, qui ignorent leur composition, ont été obligés de les stocker dans différents sites pour éviter leur explosion et épargner la population ». Le communiqué appelle l’ONU à « intervenir rapidement pour coopérer avec le commandement de l’ASL afin d’empêcher une catastrophe humaine et environnementale, et renforcer la sécurité des sites de stockage de ces produits, avant de procéder à leur analyse pour en déterminer la nature ».

Rappelons que l’ONU avait nommé une commission d’enquête composée de 8 à 10 experts, issus des pays d’Amérique latine, des pays scandinaves et asiatique (excluant les cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité et évitant un conflit avec la Russie et la Chine, qui ont émis le souhait de faire partie de cette commission, afin de protéger Assad). La commission est chargée d’enquêter sur l’utilisation d’armes chimiques dans une banlieue d’Alep, fin mars. Le régime et l’opposition se sont accusés mutuellement de ce massacre. Mais selon un officier syrien, qui dirigeait une unité spécialisée dans les ADM avant sa défection et son ralliement à l’ASL, « cette commission n’aura aucun effet, puisqu’elle commence ses travaux sur place plus de 10 jours après les faits. Or, le gaz sarin utilisé par le régime aura disparu, pendant ce délai », a-t-il affirmé la semaine dernière sur la télévision « Al Arabiya », n’hésitant pas à accuser la communauté internationale de « complicité avec Assad, du moins d’inaction » !

En tout état de cause, cette nuit, au moins deux missiles sol-sol ont visé le quartier Barzé, à Damas. Ce qui semble confirmer les craintes de l’ASL quant à la détermination du régime d’utiliser tous les moyens pour éviter la chute de Damas et retarder la sienne.

Mediarabe.info

Voici l’intégralité du communiqué, en arabe :

خبر عاجل للغاية : الجيش الحر يصادر شحنتي غازات سائلة في دمشق وريفها كان ينقلها النظام 04.04.2013

إن القيادة المشتركة للجيش السوري الحر تهيب المجتمع الدولي وهيئة الأمم المتحدة بمخاطر اقتراب النظام السوري من استخدام أسلحة الدمار الشامل الكيماوية والبيولوجية في دمشق وريفها وعلى نطاق واسع تتضح معالم المخطط عن عزم النظام على تدمير العاصمة السورية دمشق ومحيطها وتعاظم احتمال لجوئه لاستخدام صواريخ برؤوس كيماوية وجرثومية وإطلاق أنواع معينة من الغازات ففي الأيام الثلاثة الماضية وبعد قيام النظام بقطع التيار الكهربائي عن دمشق ومحيطها قام النظام باستقدام خمس راجمات صواريخ على الأقل لتدعيم قاعدة ومنظومة الصواريخ فوق منطقة المزة 86 على سفوح جبل قاسيون المطل على العاصمة واستقدم تعزيزات ومواد عسكرية حساسة شديدة الخطورة. إننا نحيط الأسرة الدولية علماً بأن قواتنا الباسلة تمكنت من اعتراض شحنتين من عدة شحنات كان ينقلها النظام السوري الأولى في دمشق وعلى مقربة من المزة 86 والثانية في ريف العاصمة تحتويان على غازات سائلة شديدة الخطورة والاشتعال تمكن الجيش السوري الحر من السيطرة على الشحنتين وتخزينهما في مواقع آمنة وتحت رقابة مشددة وصارمة حتى لا تقع في أياد غير أمنة يمكن أن تهدد حياة المدنيين بيد أن الخطر الماثل حالياُ عدم التمكن من تحديد أنواع هذه الغازات نتيجة الاشتعال التلقائي لبعض العبوات مما دفع إلى تقسيم محتويات الشحنات المصادرة إلى أكثر من موقع آمن خوفاً من انفجار أو اشتعال إحدى العبوات مجدداً مما يهدد حينها بكارثة إنسانية وبيئية وإننا نعلم هيئة الأمم المتحدة بضرورة التنسيق الفوري مع القيادة للتعاون لمنع حدوث أية كوارث وتحسين مواقع التخزين لهذه الكميات المصادرة من الغازات وتحديد أنواعها وطرق وأساليب الحماية والوقاية منها

فهد المصري ـ المتحدث الإعلامي مسؤول إدارة الإعلام المركزي في القيادة المشتركة للجيش السوري الحر وقوى الحراك الثوري

Damas refuse la venue d’une mission d’enquête de l’ONU au sujet des armes chimiques

opex360

Le régime de Bachar el-Assad et l’opposition armée s’étant accusés mutuellement d’avoir utilisé des armes chimiques dans les régions de Damas et d’Alep, une équipe d’enquêteurs des Nations unies a été constituée afin d’y voir plus clair, et cela, à la demande des autorités syriennes ainsi que de la France et du Royaume-Uni.

Selon le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a ainsi indiqué, le 8 avril, depuis le siège de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), à La Haye, qu’une “première équipe est à Chypre et est dans la dernière phase” avant son départ vers la Syrie.

Cette dernière est composée essentiellement d’une quinzaine d’experts de l’OIAC et sera dirigé par le scientifique suédois Ake Sellström, lequel n’est pas un inconnu puisqu’il avait participé aux inspections des Nations unies visant l’arsenal irakien dans les années 1990. Aucun de ses membres ne viennent de pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU, très divisés sur le dossier syrien, ni même – et pour la même raison – de Turquie et des Etats arabes,

Quant à la mission de cette équipe, Ban Ki-moon a été clair. “Toutes les allégations feront l’objet d’enquêtes sans retard, sans conditions et sans exception”, a-t-il affirmé. “Nous n’attendons plus que le feu vert du gouvernement syrien pour déterminer si des armes chimiques ont été déployées”, a-t-il indiqué.

Sauf que Damas a refusé, plus tard, le même jour, la venue de cette mission des Nations unies, du moins telle qu’elle a été définie par Ban Ki-moon. Ainsi, le gouvernement syrien souhaite que l’enquête ne se limitaire qu’à un seul village où une attaque chimique aurait été lancée.

“La Syrie ne pouvait accepter de telles manoeuvres de la part du secrétariat général de l’ONU, tenant compte du rôle négatif qu’elle a joué en Irak et qui a ouvert la voie à l’invasion américaine” de 2003, a, par ailleurs, avancé un responsable syrien des Affaires étrangères, cité par l’agence officielle SANA.

Pour rappel, les Etats-Unis, mais aussi la France, ont affirmé à plusieurs reprises que l’usage d’armes chimiques par le régime de Bachar el-Assad est une ligne rouge qu’il ne doit pas franchir, sous peine d’une éventuelle intervention militaire.



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/2013/04/syrie-le-regime-est-accuse-de-preparer-ses-armes-chimiques/#ixzz2Q46W9CJG

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

island girl 11/04/2013 09:47


Les insulaires font souvent appel aux compagnies de dératisation ,les moyens employés sont très efficaces  mais peu écologiques ,mais ,bon qui veut la fin veut les moyens ... 

Claude Germain V 10/04/2013 21:20


Les syriens n'avaient rien demandé a personne , les fouilles merde n'avaient qu'a lui foutre la paiX ,BACHAR VA SE DEFENDRE SELON SES INTERES.....NORMAL , n'est ce pas Sarko , Hollande ,
Obama , Kouchner et surtout la pire des ordure B.H.L .....