La Terre Sainte serait elle trop Sainte ? par Jean-Patrick Grumberg

Publié le 30 Septembre 2010

Jerusalem_Kotel_night_9082.JPG

 

           Selon Barack Obama, qui relaie l’opinion du monde civilisé, les palestiniens ont beaucoup à perdre en refusant la paix. « Ils ne connaîtront pas la fierté et la dignité qui accompagne le fait d’avoir sa propre nation », déclarait-il devant l’assemblée générale de l’ONU (1) le 23 septembre. La dernière fois que j’avais vérifié, pourtant, il m’avait semblé que selon l’intelligentsia, être fier de sa nation était une notion nauséabonde, digne des xénophobes et des racistes. Il m’avait semblé que l’amour de sa nation était porteur de conflits barbares, était source de la misère des peuples, qu’en Europe par exemple, la Communauté Européenne était le médicament contre ce fléau.

 

Il m’avait semblé que la Communauté Européenne, qui se dirige vers un gouvernement unique, offrait aux peuples de vivre en paix, à condition qu’ils abandonnent précisément leur fierté nationale. La mécanique inverse serait donc la garante de la paix du peuple palestinien sur la Terre Sainte.

 

Et tandis que les politiciens soutiennent que la diversité est une chance pour la France, que les élites vantent les bienfaits du multiculturalisme (mahométan) pour l’Europe, ils réclament, pour la Judée Samarie, la disparition de la diversité, et la destruction du multiculturalisme. Autrement dit, la diversité multiculturelle des peuples musulmans est une chance pour l’Europe et il faut l’encourager, tandis que la diversité multiculturelle du peuple juif est une catastrophe pour l’Etat Palestinien et il faut l'interdire. Soit.

 

Quand à Israël, Obama promet « qu’il ne profitera jamais de l’assurance et de la sécurité d’être entouré de voisins stables et souverains, résolus à coexister, s’il refuse la paix ». Donc selon Obama, et selon le reste de la communauté internationale, la signature d’un traité de paix avec les palestiniens garantirait Israël de la disparition du Hezbollah, du Hamas, du Mouvement Islamique des arabes israéliens (qui rejettent en bloc le processus de paix engagé par Abbas) (2), et le renoncement par l’Iran, par la Syrie, par le peuple égyptien, par les palestiniens de Jordanie, et par une partie des libanais, de leur désir brulant de rayer Israël de la carte. Soit.

 

De ces promesses émergent quelques réalités qui désacralisent cette Terre.

 

 

a) les dictateurs les plus sanguinaires du monde sont farouchement hostiles à l’existence de l’Etat Juif.

 

b) la terre sainte est convoitée par les puissances du mal et leurs complices.

 

c) toutes les grandes démocraties soutiennent le désir de l’Autorité Palestinienne, disciple des théories d'Hitler, de fonder un Etat palestinien nettoyé de la présence des Juifs.

 

d) mais la terre sainte est protégée de ces risques de souillures par le peuple juif qui garanti l’accès libre et paisible aux chrétiens, et aux musulmans calmes.

 

e) Jérusalem, terre sainte, voudrait devenir le symbole de la tolérance des trois religions monothéistes, de la paix et de la réconciliation. Mais Jérusalem ne représente t-elle pas, lorsqu’elle n’est pas préservée par le peuple Juif, le symbole de l’appétit des peuples pour la terre et les richesses des pays voisins, pour le goût du viol de leurs femmes et du massacre de leurs habitants ? Ces hommes qui lisent Mein Kampf et enseignent la haine des juifs à l'école méritent t-ils la Terre Sainte ? N’est-elle pas trop Sainte pour eux ?

 

Jean-Patrick Grumberg

   

(1) http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2010/09/23/remarks-president-united-nations-general-assembly

(2)www.haaretz.com/news/national/islamic-movement-israeli-arabs-will-reject-peace-achieved-by-current-pa-leaders-1.315626

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article