La traque se poursuit : d'autres terroristes sont recherchés

Publié le 6 Octobre 2012

Un immeuble de Cannes où une interpellation a été menée.

Un immeuble de Cannes où une interpellation a été menée. Crédits photo : JEAN CHRISTOPHE MAGNENET/AFP

La police a mené une intervention d'envergure nationale samedi matin dans les milieux salafistes. Un homme a été tué et 10 personnes sont en garde à vue. Le parquet de Paris évoque «une cellule» de délinquants.

Un vaste coup de filet antiterroriste a été mené samedi matin par la police dans plusieurs villes de France. Il visait un «réseau, quasiment une cellule» composée de personnes ayant pour certaines d'entre elles le profil de délinquants convertis «à l'islam radical», a indiqué le procureur de Paris, François Molins. Un homme a été tué à Strasbourg et dix personnes sont actuellement en garde à vue. Elles peuvent le rester jusqu'à mercredi matin au plus tard. Un ou deux individus sont actuellement recherchés.

L'opération a été menée dans le cadre de l'enquête sur le jet d'une grenade contre une épicerie juive de Sarcelles en septembre. Les autorités parlent désormais d'un attentat. L'enquête a connu «une évolution majeure le 25 septembre dernier après l'identification de l'empreinte génétique d'un individu connu par la DCRI pour son appartenance à la mouvance jihadiste», a expliqué le haut magistrat parisien.

Dans le cadre de ce coup de filet, un homme a donc été tué à Strasbourg lors d'échange de tirs avec l'antigang et 10 personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue. Les interpellations ont eu lieu à Cannes, en région parisienne et à Torcy en Seine-et-Marne. Les personnes arrêtées sont toutes de nationalité française et seraient toutes originaires de Cannes. Trois ont un casier judiciaire pour des affaires de droit commun.

Cette opération «d'envergure a été lancée il y a plusieurs semaines», selon les propos du premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Elle a été menée par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et la sous-direction antiterroriste (SDAT) de la police judiciaire, avec le soutien des services locaux.

Dans un communiqué, François Hollande a affirmé «la détermination entière de l'État à protéger les Français contre toutes formes de menaces terroristes». Le chef de l'Etat a «salué l'action de la police et demandé au ministre de l'Intérieur», Manuel Valls, qu'il a reçu à l'Élysée, «de prendre toutes les mesures de vigilance nécessaires».

Des «testaments» retrouvés

À Strasbourg, les policiers, quand ils sont entrés dans un appartement du quartier de l'Esplanade, ont essuyé des tirs de Magnum 357. Ils ont riposté, touchant mortellement le tireur, un homme placé sous surveillance et qui semblait beaucoup se déplacer en France. Selon le procureur de Strasbourg, l'homme âgé de 33 ans est décédé dans le hall de l'immeuble, cherchant à fuir. Il était connu de la DCRI depuis plusieurs mois et avait été condamné en 2008 pour des affaires de stupéfiants. Il était arrivé depuis peu à Strasbourg. Il était «très déterminé avec probablement la volonté de finir en martyr», a affirmé le procureur de Strasbourg, Patrick Poirret. Un seul policier a été blessé lors de l'intervention. L'agent a reçu une balle au niveau de la tête et une autre au niveau du coeur, mais elles ont été arrêtées par son gilet pare-balles et son casque de protection.

 

Des fouilles ont été menées dans l'appartement de la victime à Strasbourg.
Des fouilles ont été menées dans l'appartement de la victime à Strasbourg.Crédits photo : PATRICK HERTZOG/AFP

 

Au moment de l'opération, se trouvaient avec l'homme de 33 ans dans l'appartement strasbourgeois une femme, une fillette et un nourrisson. La femme a été placée en garde à vue.

À Cannes, un homme a été interpellé au domicile de sa compagne et n'a pas opposé de résistance. Selon une source proche de l'enquête, il connaissait l'homme tué à Strasbourg. Ce dernier possèderait d'ailleurs son logement principal à Cannes. Quatre perquisitions ont été menées au cours desquelles ont notamment été retrouvés des «testaments» et «une liste d'associations israélites», a indiqué François Molins.

L'arrestation en région parisienne a été plus mouvementée, puisque l'homme était menaçant et «dangereux», selon la police. Il n'a toutefois pas fait usage de son arme.

Les précisions sur les autres arrestations ne sont pas, pour l'heure, connues.

LIRE AUSSI:

» Le salafisme, une présence faible, mais croissante

 


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

DURADUPIF 08/10/2012 23:12


Une petite mise en pratique de ce qui se trame depuis des années, à savoir la guerre que mène tous les adeptes de l'islam, dans nos murs et hors nos murs, contre notre pays.

ESSYLU 07/10/2012 09:22


Parmis les terroristes qui agissent contre la france il faut y placer les membres de ce gouvernement d'islamo-marxistes, ils doivent pas être difficiles à trouver même pour les flics gauchistes
diversifiés


ESSYLU

Aaron 06/10/2012 23:14


Poudre aux yeux...

Claude Germain V 06/10/2012 21:20


Valls avec son faux regard de dur taigneux nous la joue tres forte ,y aurait'il tres prochainement des elections ??? il me semble pourtant que non ... Au fait tous ces polilopettes se sont bien
gardé de venir voir les tombes detruites dans les Landes ,il me semble qu'il y a en eu 80 aussi vers le nord de la frankarabia ....


Ils peuvent se regarder dans une glace tous ces collabos dhimmis ,quelle honte .....