La vérité n'est jamais une saloperie... l'islam est en plus une horreur.

Publié le 12 Août 2014

« Celui qui voit un problème et ne le dénonce pas fait partie de ce problème » Gandhi.

 

Dans un moment de profonde indignation devant la “fête” de l’égorgement, Christine Tasin s’est écriée  de façon argotique “L’islam est une saloperie”. Des musulmans ont pris la balle au bond et l’ont dénoncée et le tribunal l’a condamnée. Il est donc défendu d’exprimer cette opinion. Mais qu’eussiez-vous voulu que le tribunal fît?

 

En fait le tribunal n’a pas examiné si le terme “saloperie” est approprié.

“Saloperie = saleté, grande malpropreté. Chose de très mauvaise qualité. Action, propos bas et vils. Petit Larousse.”

L’égorgement d’animaux en place publique pourrait en effet être taxé de “grande malpropreté”…

Questions: Une chose qui est composée de choses malpropres est-elle malpropre elle-même? Une idéologie qui comprend des violences est-elle violente elle-même?

 

Le tribunal n’a pas condamné les mots mais l’expression d’une opinion négative concernant l’islam.

Que se serait-il passé s’il n’avait pas condamné Christine? Il aurait envoyé aux quatre vents le message que désormais on pourrait dire impunément ce qu’on pense de l’islam. Et là on aurait assisté à un lynchage avec le déferlement de toutes les critiques qui actuellement circulent prudemment sous le manteau. La “haine silencieuse” aurait explosé au grand jour.

Cela aurait provoqué un grand feu de paille et puis le  tout se serait calmé et  aurait peut-être signifié la fin du politiquement correct et de la langue de bois. Les juges n’ont-ils pas osé prendre ce risque?

 

Cependant le problème n’en est pas escamoté pour autant. Ne pas pouvoir dire qu’une chose est une saloperie ne supprime ni la chose, ni la conviction qu’elle l’est, ni le désir de le dire. Au contraire.

 

D’un côté on nous dit que l’islam est paix et amour mais en même temps on est confronté non pas à ces concepts théoriques, mais à des faits réels horribles commis au nom de l’islam, par des gens qui se réclament de l’islam en invoquant le dieu de l’islam.  Difficile d’en sortir… D’une part des idées, des mots idylliques, d’autre part la réalité horrifiante… D’une part ce qu’on nous dit, d’autre part ce que nous voyons… Le rêve confronté à la réalité… Attention, je ne vise pas uniquement les musulmans, je parle de nous tous qui avons été des tiers-mondistes, orientalistes, exotistes, fans de Omar Khayyâm, Mille et une nuits, Hafiz, Saadi, Mou Allaquat, Amin Maalouf, éditions Piazza, Pierre Seghers e tutti quanti… Tous ceux qui ont commencé par Saadi et sont arrivés chez El Bokhari ont pris l’uppercut en pleine poire.

 

Quand Le Figaro écrit:”L’état islamique a enterré vivants 500 yazidis” que pense-t-on de l’islam?

Paris Match a publié les photos de la lapidation d’un homme. Que penser de l’islam devant ces photos?  Peut-on dire “lapider au nom de l’islam est une saloperie”? Mais puisque la lapidation fait partie de l’islam, cela implique-t-il, est-il sous-entendu que l’islam est aussi une saloperie? Ben oui: c’est compliqué parce que dans notre civilisation lapider n’est pas seulement une  saloperie, c’est un assassinat, un délit avec préméditation et l’intention de tuer pour lequel on va en prison et aux USA ce serait la chaise électrique.

Sur Internet on trouve des vidéos de décapitation “légale” avec le sabre en Arabie Saoudite. Nous avons vu des photos et vidéos de décapitations perpétrées par des “terroristes islamistes” . Nous nous souvenons de Daniel Pearl et des autres otages assassinés. La presse a publié des photos d’homosexuels pendus en Iran. La télé nous a montré des mains et des pieds amputés au Mali et la presse a publié des pages de livres d’école dans lesquels on enseigne aux enfants comment on ampute… Combien de jeunes filles et de femmes ont été enlevées au Mali, en Syrie, en Iraq et qu’en a-t-on fait? Alors qu’on n’en finit pas de culpabiliser l’Occident pour l’esclavage voilà que aujourd’hui des femmes sont vendues comme esclaves par… des adeptes de l’islam… au nom de l’islam, coran au poing… Cela incite à penser quoi de l’islam ?

Nous voyons la guerre sainte au Moyen Orient. La presse maghrébine dénonce le jihad du sexe pratiqué par des jeunes filles qui vont en Syrie, sont violées à répétition et rentrent enceintes si pas contaminées par de SIDA… Que pensent les parents de ces jeunes? Nous, que pensons-nous de l’islam devant ces manifestations? Combien de parents disent aujourd’hui, comme Ali Car “j’ai appris à ma fille de prier Allah et aujourd’hui elle est une mariée-jihad en Syrie”… Que disent les parents de Samra e Sabina, Besime, Selin, Yasmina, Nora et tant d’autres ? mais aussi les parents des jeunes gens qui sont partis en Syrie pour tuer et se faire tuer?

Toutes ces personnes pensent-elles que l’islam est…  quoi? Amour et paix? Ou dans leur for intérieur pensent-elles “saloperie” ?

Même le Pape François vient de proclamer du haut de son balcon “On ne porte pas la haine au nom de Dieu, on ne fait pas la guerre au nom de Dieu”

Nous avons vu les photos et les vidéos d’automutilations sanglantes durant les rites et fêtes religieuses shiites, même infligées à des enfants. Certains veulent imposer  l’excision alors que dans notre civilisation les mutilations génitales sont condamnées, y compris la circoncision, en tant qu’atteintes à l’intégrité corporelle souvent infligées à des mineurs d’âge. Les mariages forcés et crimes d’honneur sont contraires à notre civilisation.

Nous avons vu le dynamitage des bouddhas de Bamyan, l’incendie des sanctuaires de Tombouctou et la destruction de monuments, richesses culturelles, églises et même mosquées en Iraq.

Quel est le dénominateur commune partout où il y a des guerres et des violences, des exodes, des famines? Qui y est mêlé? Devant ces désastres, que pense-t-on de l’islam? Même la presse la plus politiquement correcte parle de “terrorisme islamique” si pas de  “islamo-fascisme”.

Jason avait-il jeuné avant que l’hypoglycémie ne provoque le malaise qui allait entrainer la mort de 6 personnes?  Du chauffeur du bus accidenté en Norvège on ne sait rien.

Et le petit Zacharie mort parce que ni le SAMU, ni les ambulances, ni les pompiers, ni les taxis n’osent plus pénétrer dans certains quartiers? Pourquoi? A cause de qui?  Et les manifestations avec “débordements”? Par qui sont perpétrés les débordements?

Et ce père de famille massacré parce qu’il demandait du silence pour que ses enfants puissent dormir?

Ce n’est pas l’islam qui fait tout cela, mais nombreuses sont les personnes qui s’en réclament et qui commettent ces exactions. Combien commettent ce que nous considérerons des crimes au nom de l’islam et en vociférant le nom du dieu de l’islam?

 

On sait désormais qu’on ne peut pas dire que l’islam est une saloperie.

On nous répète que “ça” ce n’est pas l’islam, mais les gens qui  font “ça” se réclament de l’islam.

Tous ces faits que nous voyons, auxquels nous assistons, que nous condamnons, ils sont bien réels.

Combien de temps va-t-on pouvoir résister dans ce déni avant que tout n’implose et que les victimes elles-mêmes et en premier lieu les parents des enfants victimes, ne prononcent elles-mêmes  les condamnations?

Le tribunal nous interdit que qualifier l’islam de saloperie. D’accord, n’employons pas ce terme argotique. Mais maintenant il doit aussi nous dire  quels termes nous pouvons employer pour qualifier toutes ces actions citées que nous voyons, auxquelles nous assistons et que non seulement le commun des mortels désapprouve mais aussi que nos lois condamnent?

Ben oui, on est dans une impasse.

Mais pas seulement en Europe, vraiment partout dans le monde, même les bouddhistes y perdent leur patience.

 

Egorger ou mutiler des animaux et des personnes est contraire à la loi.

Détruire le bien public, les biens culturels,  le bien d’autrui est contraire à la loi.

S’attaquer aux forces publiques est contraire à la loi.

Enrôler ou endoctriner des mineurs d’âge est contraire à la loi.

Enlever, séquestrer, rançonner, assassiner est contraire à la loi.

Le tapage nocturne est contraire à la loi.

Question : ceux qui commettent des choses qui sont contraires à la loi sont-ils eux-mêmes contraires à la loi? Tôt ou tard on ne pourra plus ne pas répondre.

 

Mais si ce jour-là à Belfort ces musulmans-là avaient tout simplement répondu à Christine “ferme la pov’conne” ça en serait resté là… En en faisant un pataquès toute la francophonie s’en fait des gorges chaudes…

 

Mais, au-delà, je me demande, comme toujours, “qu’est ce qui se cache là-derrière?” Un complot? Une machination à long terme? Cette accumulation d’excès de coran, islam, sharia, islamistes, jihadistes, musulmans, mahométans avec leurs continuelles revendication, réclamations, vociférations, cassements des pieds, on en a soupé, on n’en peut plus, on n’en veut plus, etc. n’est-il pas destiné justement à provoquer le raz l’bol de tous les autres dans le but que tout d’un coup les 5 milliards et demi de non musulmans se retournent d’un bloc contre les musulmans et leur disent stop, basta, Capri c’est fini! N’est ce pas manœuvré de façon à ce que les musulmans eux-mêmes en arrivent à rejeter l’islam comme les Palestiniens commencent à en avoir assez de subir les conséquences du Hamas ?

Les musulmans vont-ils en arriver au point de dire “l’islam tue les miens” comme le leader palestinien Mudar Zahran qui déclare que Hamas est en train de tuer les siens:  https://www.youtube.com/watch?v=F1qpaWTu0eU#t=76

 

L’exclamation de Christine a cependant une portée plus vaste. Si elle avait écrit une dissertation sur la violence ou sur l’islam, en tant qu’agrée de lettres, elle n’aurait pas utilisé le mot « saloperie ». Elle a « flippé » sur l’argot dans un réflexe d’urgence. Si nous voyons une personne descendre du trottoir en même temps qu’une voiture arrive, nous nous précipitons en criant instinctivement, dans l’urgence « Attention ! » Le cri de Christine c’est exactement cela : « Attention ! La violence dans laquelle vous vivez sans vous en rendre compte parce que vous n’avez pas encore examiné votre mode de vie, est un grave danger pour l’humanité et pour vous-mêmes »

La violence, la haine, la guerre, la mort ne peuvent que générer de la violence et en premier lieu envers ceux qui la propagent. Nous sommes tous concernés.

 

 « Ce n’est pas à toi de terminer le travail, mais tu n’est pas non plus libre au point de t’en retenir dispensé » Maximes des Pères du désert.

 

Anne Lauwaert

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Anna Lauwaert

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 13/08/2014 18:38


La VÉRITÉ n'est pas une SALOPERIE mais le MILITANTISME FAUX-CUL des ISLAMISTES en est UNE .!

island girl 13/08/2014 11:52


Le tribunal a condamné"l'expression d'une opinion négative concernant l'islam..." on croit réver face à ce charabia !alors donc personne n'a le droit de donner son opinion sur l'islam ....ces
juges KHMERS condamnent la justice française à etre déconsidérée par tous les français!  

pouf 13/08/2014 07:49


Pas d'accord : je revendique le droit de dire qu'une "religion est une saloperie", comme Christine Tasin ! C'est une liberté d'expression ( dont elle a usé maladroitement, peut-être, mais qui
reste son droit fondamental de citoyenne libre et inquiète des conséquences d'une religion ). Le blasphème n'existe pas ou du moins, il ne concerne que les adeptes de la religion. Quand on pense
à tous ceux qui sont morts au nom d'un Dieu, qui a changé de nom au cours des millénaires...le droit de dire ce qu'on en pense en place publique ne se discute pas !