La vérité sur l'abattage rituel des animaux! Il faut le dénoncer!

Publié le 24 Janvier 2011

       Plusieurs associations de défense des animaux*, dont la Fondation Brigitte Bardot, ont lancé une campagne nationale contre l’abattage rituel.

Abattage-rituel.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Du point de vue de la protection des animaux et par respect pour l’animal en tant qu’être sensible, la pratique consistant à abattre les animaux sans étourdissement préalable est inacceptable, quelles que soient les circonstances ». Voilà l’avis de la Fédération des Vétérinaires d’Europe, repris en signature de l’affiche placardée depuis le 4 janvier, dans de nombreuses villes de France, sur plus de 2 200 panneaux publicitaires. Les deux visuels prévus pour illustrer cette campagne d’information ont d’abord été retoqués le 8 novembre dernier par l’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité) considérant qu’ils étaient de nature à “ridiculiser ou choquer” les adeptes des rites concernés.

Le vrai problème ? Sans étiquetage spécifique, le consommateur est tenu dans l’ignorance du mode d’abattage. Pourtant, jusqu’à 60% de la viande issue d’animaux abattus selon le rite musulman et plus de 70% de la viande issue du rite juif se retrouvent dans le circuit classique à l’insu des consommateurs. Selon le communiqué de presse de la Fondation Brigitte Bardot, « si la réglementation européenne prévoit une dérogation à l’obligation d’étourdissement préalable des animaux dans le cadre de l’abattage rituel, cette dérogation tend à devenir la règle dans de nombreux abattoirs, pour des raisons économiques. »

D’après une enquête menée, en France, par l’OABA dans 225 établissements d’abattage : 28% des gros bovins, 43% des veaux et 62% des ovins-caprins sont abattus sans étourdissement. Sur le site www.abattagerituel.com, les associations regrettent que « les consommateurs mangent donc sans le savoir de la viande pouvant provenir d’animaux qui étaient pleinement conscients lorsqu’ils ont été égorgés. Cela est d’autant plus intolérable que les instances scientifiques sont aujourd’hui nombreuses à dénoncer les douleurs ressenties par les animaux lors de l’abattage rituel. »

Des médias et des organisations musulmanes dénoncent cette campagne. Ainsi, le site Internet Saphirnews.com parle d’« une propagande de lutte contre les habitudes alimentaires des citoyens juifs et particulièrement musulmans. » Avant d’ajouter : « Aucun abattage, y compris rituel, ne se fait sans douleur. […] Mais qui osera dire que l’assommage, l’électronarcose et le gazage, présentés comme les trois moyens d’étourdir l’animal par les associations, est un pur plaisir pour ce dernier ? […] L’étiquetage pourrait s’avérer le seul point commun sur lequel associations de défense des animaux et organisations musulmanes pourraient s’accorder. Il pourrait en effet résoudre en partie les carences en matière de transparence et de traçabilité qui caractérisent le marché tant convoité du halal et offrir aux consommateurs musulmans des informations précises sur les méthodes employés par les industriels. »

* Les associations : Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs – Fondation Brigitte Bardot – Fondation Assistance aux Animaux – Protection Mondiale des Animaux de Ferme – Conseil National de la Protection Animale – Société Nationale pour la Défense des Animaux – Confédération Nationale des SPA de France.

Plus d’infos sur la campagne et sur l’abattage rituel, avec photos et vidéos : www.abattagerituel.com

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article