La ville de Vierzon va céder la maison médiévale dite de Jeanne-d’Arc, classée monument historique.

Publié le 12 Octobre 2013

La ville a mis en vente la maison médiévale dite de Jeanne d’Arc, rue Armand-Brunet, classée monument historique.
La maison de la rue Armand-Brunet est composée d’un soubassement en pierre et d’un premier étage en pans de bois.? - Photo V.M.

 

Il s'agit, sans aucun doute, de l'une des maisons les plus anciennes de Vierzon encore debout. La maison dite de Jeanne d'Arc, en réalité ancienne demeure des vicaires, est un pan symbolique du patrimoine local…

La ville a décidé de mettre en vente cette fameuse bâtisse du XV e siècle à pans de bois, sise rue Armand-Brunet et classée monument historique (*). Une annonce a été mise en ligne, il y a peu, sur le site Internet de la ville. Le prix de la maison, qui comprend deux logements, sur deux niveaux et 150 mètres carrés, sans terrain ni dépendance, a été fixé à 36.000 euros.

Acquise en l'an 2000

Pour la municipalité, la raison de ce choix est simple. « Cette maison faisait partie des cessions possibles de cette année décidées en bureau municipal », explique Franck Michoux, adjoint au maire en charge de l'aménagement urbain. « Nous voulons conserver en priorité les bâtiments que l'on peut utiliser. Ce qui nous intéresse, ce sont les lieux fonctionnels et utiles pour le public. Nous n'avons pas une volonté patrimoniale. »

L'édifice médiéval avait été acquis par la précédente municipalité de Jean Rousseau, en l'an 2000. « Nous avions acheté cette maison dans le cadre d'une succession, pour éviter qu'elle ne soit transformée ou démolie », précise Frédéric Morillon, historien local, à l'époque conseiller municipal délégué au patrimoine et aujourd'hui conseiller municipal d'opposition. « L'idée était de la restaurer pour qu'elle soit mise en valeur et en faire un bâtiment fort. »

« Je suis stupéfait, et je n'arrive pas à comprendre cette décision », réagit Frédéric Morillon, à l'initiative de l'achat. « Je conçois que la ville ait besoin de vendre le patrimoine qu'elle a en trop, mais pas les bijoux de famille ! »

De gros travaux 
sont à prévoir

« La remise en état se chiffre en centaines de milliers d'euros », explique, pour sa part, Franck Michoux. En effet, comme le précise d'ailleurs l'annonce publiée par la mairie sur son site web, le bâtiment est inoccupé et nécessite, surtout, « d'importants travaux de rénovation ». Selon le service urbanisme municipal, l'ensemble de la façade, la charpente et les planchers devront être repris. Les fondations de la maison, elles aussi, ont travaillé. La somme de travaux, pour lui redonner vie et le rendre accessible, se serait avérée trop importante, selon la municipalité.

L'annonce a déjà suscité de l'intérêt. Deux personnes, « l'une de Vierzon, l'autre extérieure à la ville », se sont déjà fait connaître, selon le service urbanisme, mais n'ont pas donné suite pour l'heure. Un investisseur immobilier extérieur à la région s'est, également, manifesté. L'objectif de cet opérateur, coutumier des constructions anciennes et recherchant ce type de bien historique, serait de restaurer le bâtiment afin d'y créer des logements locatifs. Des visites sont d'ores et déjà prévues.

Quel qu'il soit, l'éventuel acquéreur devra s'attendre à supporter quelques contraintes. Un chantier dans un monument classé est soumis à une autorisation de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) et du service départemental de l'architecture et du patrimoine (Sdap). Les travaux doivent être effectués sous le contrôle technique de l'architecte des bâtiments de France. Certes, une tâche pour laquelle des aides financières existent également. Y aura-t-il des courageux pour franchir le pas et s'atteler à la réhabilitation du lieu ?

(*) L'élévation et la toiture de la maison sont protégées au titre des monuments historiques par arrêté du 26 décembre 1944.

Vincent Michel

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article