La violence de l’extrême gauche passée sous silence par les médias français. Préface Gérard Brazon

Publié le 15 Octobre 2014

Le masque ne cesse de tomber sur la réalité de l'extrême gauche si ce n'est de la gauche dans son ensemble.

Cette gauche qui est depuis le siècle dernier à l'origine de quasiment toutes les violences et particulièrement à l'origine des dictatures meurtrières en Europe.

Doit-on rappeler encore qui est Mussolini, créateur du fascisme et ancien directeur du journal l'Unité du Parti socialiste italien en 1919. Doit-on également rappeler que son plus grand admirateur fut Hitler qui lui envoya un télégramme dityrambique en 1923 de sa prison au ""Duce". Doit-on rappeler que le même a investi un parti d'extrême gauche d'où il développa le parti Nazi.

Qui était Lénine si ce n'est le grand patron du parti socialiste international de l'époque qui a abouti à Staline et Mao, etc. Cette engeance se développa partout dans le monde et y compris partout en Asie, en Amérique du Sud et centrale et en Afrique.

Environ 100 millions de morts... A quand le procès du communisme et de ses origines ?

Nos gauchistes nous font le coup du "fascisme" à toutes les sauces. Ils semblent ignorer leurs propres origines. "L'extrême droite" française n'a pas le sang de millions de personnes sur les mains.  

Gérard Brazon

*****************

Le salon beige

Des Sentinelles pacifiques attaquées par les LGBT : un prêtre à l'hôpital

Ce weekend en Italie un prêtre a été blessé alors que des centaines de veilleurs debout pro famille étaient insultés et attaqués violemment par des homosexualistes et des anarchistes contre-manifestants, dans 100 villes à travers l’Italie. Les organisateurs déclarèrent qu’environ 10000 personnes participèrent aux événements contre la dénaturation du mariage et l’agenda LGBT.

Dans la ville de Rovereto, alors que les veilleurs debout avaient obtenu un permis pour l’utilisation de la place, les anarchistes  les attaquèrent violemment et la police, prévenue de ce genre de menaces, ne se rendit pas sur les lieuxDeux personnes furent conduites à l’hôpital, le prêtre Fr. Matteo Graziola, et une jeune femme.

Les veilleurs debout, surnommés « ultra catholiques », sont de plus en plus exposés aux attaques et à la violence des anarchistes, qui lancent des bouteilles, sèment le chaos, « même avec des chiens », répandent des fumigènes, « miment des  scènes érotiques », et crient des blasphèmes en présence des enfants et de mères poussant leurs bébés dans leurs landaus.

A Bologne en plein chaos, la police au lieu de disperser les radicaux violents décida de faire partir les veilleurs ; c’est alors que les radicaux passèrent dans les rangs de la police qu’ils attaquèrent, pour s’en prendre ensuite aux veilleurs. Une autre démonstration « pacifique » contre les veilleurs montrait le conseiller municipal de Bologne, Kathy La Torre, des responsables de l’organisme Arcigay, et des drapeaux de la Refondation Communiste et Jeunesse Communiste.

A Turin et Aoste le même genre de scène se déroula, où les veilleurs se trouvèrent confrontés à des foules hurlant des insultes dans des mégaphones et tentant de franchir la barrière de contrôle.

En face, les veilleurs debout demeuraient impassibles, sans attaquer en retour. Quoiqu’en dise la presse italienne, les veilleurs debout sont une organisation non partisane, sans dénomination, issus de tous milieux sociaux, religions et âges, lisant silencieusement, espacés en rang, dans des places publiques. Les groupes se font appeler « méthode de résistance citoyenne » et soulignent que le but est la liberté d’expression et le droit pour les enfants d’être élevés dans une famille où il y a une maman et un papa.

On est en train de voir criminalisé toute expression d’objections morales ou sociologiques aux activités homosexuelles.  Il est temps que la police protège les démonstrateurs pacifiques pro mariage, de ceux qui semblent n’avoir aucun scrupule pour faire usage de violence, même envers les enfants. La police semble souvent trop souvent arriver trop tard et ne rien faire ; une plainte va être légalement portée contre elle à Rovereto auprès du ministre de l’intérieur.

Les agitateurs violents sont très souvent d’extrême gauche et soutenus majoritairement par les médias. Dans les années 70, lors des grandes manifestations communistes en Italie, lorsque les communistes attaquaient et que les ennemis du partis se défendaient, c’étaient ces derniers qui se faisaient arrêter et accuser de causer le chaos. On retrouve ici le même schéma.

Ce n’est pas tout. L’attaque ce weekend par les anarchistes, communistes et homosexualistes contre les veilleurs qui avaient obtenu un permis, ne semble pas être une coïncidence.

« Dans dix endroits différents il y a au même moment des violences sur la place ? bien sûr que ce n’est pas un accident. Ce sont des activistes professionnels. Ils le font intentionnellement, essayant de provoquer une réaction de notre partEt vous pouvez être certain que si l’un de nous réagit nous seront arrêtés. Ces groupes sont riches, clairement bien financés, ils jouissent d’un support solide du gouvernement et de l’Union Européenne.»

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

ESSYLU 20/10/2014 05:36


Il est parfaitement pertinent de rappeler sans cesse la manipulation socialiste propagée par les pseudos intellectuels  français et qui consiste à accuser "l'extrême droite" des errements
mortifères de l'idéologie marxiste

Pivoine 16/10/2014 18:45


Tout cela finira par des guerres civiles, dans les pays d'Europe de l'Ouest !

lombard 15/10/2014 17:46


bonjour 


il est évident que bruxelle soutient ces mouvements....