La vraie mort de Ben Laden: la version de Washington contredite

Publié le 30 Août 2012

Figaro-International

Le récit d'un ex-Marine, dont l'identité vient d'être révélée, revient sur les circonstances de la mort du chef d'al-Qaida. Son livre s'annonce comme un best-seller outre-Atlantique.

Il aura suffi d'une enquête éclair de 24 heures pour découvrir l'identité de l'auteur d'un livre sensation sur les circonstances de la mort d'Oussama Ben Laden. Pour la première fois, et sans être préalablement passé sous les fourches caudines de la censure militaire, un membre du raid présenté sous le pseudonyme de Mark Owen révèle les coulisses de l'opération héliportée menée à Abbottabad (Pakistan) le 2 mai 2011, dans un ouvrage intitulé No Easy Day (Pas un jour facile), à paraître le 4 septembre.

Selon la chaîne télévisée Fox News, il s'agirait de Matt Bissonnette, 36 ans, originaire d'Aniak, un hameau perdu de l'Alaska, ex-membre des forces spéciales de la marine (Navy Seal), décoré de cinq Bronze Stars ainsi que d'une Purple Heart pour ses états de service, et retourné depuis à la vie civile. Le département de la Défense a confirmé l'exactitude de ces informations, n'excluant pas de poursuivre en justice l'ancien soldat, pour divulgation de secrets relatifs à la sécurité nationale.

 

 

La nervosité de l'armée peut se comprendre. Le récit de Bissonnette, en passe de devenir best-seller numéro un outre-Atlantique avant même son apparition en librairie, avec 400.000 exemplaires déjà commandés, vient contredire la version officielle des faits publiée par la Maison-Blanche l'an passé. Oussama Ben Laden n'aurait ainsi pas été abattu tandis qu'il se jetait au sol pour empoigner une arme, mais de façon plus banale, en passant la tête par la porte de sa chambre à coucher.

Un Navy Seal grimpant l'escalier, suivi de Bissonnette lui-même, lui aurait aussitôt tiré deux balles dans la tête, avant que d'autres membres du commando ne criblent de projectiles son corps agité de spasmes. «Il n'avait même pas préparé sa défense, écrit Owen, alias Bissonnette. Il n'avait pas l'intention de se battre. Il demandait à ses disciples depuis des lustres de porter des vestes suicides ou de précipiter des avions contre des bâtiments, mais il n'a même pas saisi une arme.»

La Maison-Blanche embarrassée

Ces incohérences jettent une lumière embarrassante sur les tactiques employées lors de raids de nuit américains contre des islamistes, bien qu'elles ne constituent pas à proprement parler une réelle surprise. Malgré les ordres exprès, maintes fois rabâchés, de capturer Ben Laden «mort ou vif», les réflexes des hommes du Navy Seal Team Six auraient repris le dessus, ne laissant aucune chance au célèbre patron d'al-Qaida de s'en tirer vivant.

Dans son intention louable de conter ce qui s'est réellement passé cette nuit-là, Matt Bissonnette ne répond cependant pas à la seule question qui vaille: l'administration Obama avait-elle intérêt à voir disparaître Ben Laden, s'épargnant un procès à haute tension et une poussée d'américanophobie dans le monde arabe?

Qu'il ait été bêtement abattu, sans pouvoir se défendre les armes à la main comme dans tout bon western américain, ne vient finalement pas changer grand-chose au sort ultime de l'ex-ennemi public numéro un. Tout au plus le livre de Bissonnette recouvre-t-il d'un voile pourpre d'embarras l'administration Obama, coupable d'avoir voulu réécrire le scénario d'un script jugé un brin trop fade pour le chef de l'État, en pleine campagne de réélection présidentielle.

Le Figaro International

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Polux 01/09/2012 08:38


Même réflexion pour moi, La Gauloise !


Ce type méritait d'être tiré à vue, comme un malfaisant qu'il était !!!

LA GAULOISE 30/08/2012 16:26


Et alors?  combien d'innocents Ben laden a t il fait massacrer? On ne vas pas polemiquer pour savoir si oui ou non ce terrorite était armé ou pas : ce  serait un comble !