Laïcité : Hollande limite le projet à la petite enfance... N'importe quoi!

Publié le 29 Mars 2013

IL y aura bien un projet de loi pour mieux défendre la laïcité, mais un projet a minima. François Hollande en a défini les limites sur France 2. Il ne doit selon lui s'appliquer que quand «il y a contact avec les enfants, dans ce qu'on appelle le service public de la petite enfance, une crèche associative avec des financements publics». Dans ce cas et dans ce cas seulement, le président a admis qu'il devait «y avoir une certaine similitude par rapport à ce qui existe dans l'école», autrement dit la loi sur l'interdiction des signes religieux ostentatoires, approuvée en 2004 par une écrasante majorité des parlementaires.

Un consensus qui ne s'est pas reproduit lors de l'adoption de la loi sur l'interdiction de la burqa, en 2011, votée par la droite et le centre avec, tout de même, le renfort de vingt députés de gauche, dont Manuel Valls. Le même qui, devenu ministre de l'Intérieur, a déploré devant l'Assemblée que la Cour de cassation ait donné raison à la salariée voilée contre la direction de la crèche Baby Loup.

 

François Hollande lui a pardonné son infraction à la règle de séparation des pouvoirs, en affirmant qu'on a le droit de «regretter une décision de justice», mais il n'a pas voulu poser la question de la neutralité religieuse dans l'ensemble des entreprises privées. «Il ne s'agit pas de tout couvrir», a-t-il assuré, sinon, il y aurait alors un risque de «stigmatisation» de l'islam, selon le terme suggéré par David Pujadas. «Pour que personne ne se sente discriminé, ou lésé, ou atteint, je souhaite que nous puissions trouver un texte qui fasse consensus, a expliqué le président. Je demanderai donc au premier ministre (…) de réunir les groupes parlementaires pour qu'un texte puisse être voté.»

Principe de neutralité religieuse

François Hollande a voulu répondre aux 84% des Français qui souhaitent renforcer la laïcité en jouant l'«apaisement» dans son propre camp. Dès que Manuel Valls a jugé nécessaire de légiférer, le ministre de la Ville, François Lamy, a appelé à la «prudence». Parlant lui aussi de «stigmatisation», le représentant de l'aile gauche du PS Razzy Hammadi a prévenu qu'il ne voterait aucun texte sur le sujet, en lançant à l'adresse du ministre de l'Intérieur: ««On ne s'est pas débarrassé du sarkozysme par la porte pour le faire rentrer par la fenêtre!»

Hollande a aussi essayé de couper l'herbe sous le pied de l'UMP. Jean-François Copé, François Fillon, Christian Jacob et Éric Ciotti ont déposé jeudi un texte qui permettrait aux entreprises privées d'inscrire le principe de neutralité religieuse dans leur règlement intérieur. Une proposition dont Jean-Michel Baylet, le président du Parti radical de gauche, confie qu'il «pourrait la voter». «Ça m'a surpris de la part de Jacob, ajoute-t-il, mais il a une position qui peut me satisfaire.» Preuve que sur ces questions, le clivage transcende largement l'opposition gauche-droite.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Marie-claire Muller 29/03/2013 22:13


Oui LEN SAIGNANT C EST DRAMATIQUE POUR LE PEUPLE DE FRANCE, QUE DES ABRUTIS DE GAUCHE COMME DE DROITE, NIENT L EVIDENCE DE CE DANGER PLANETAIRE QUI AVANCE DOUCEMENT MAIS SÛREMENT !MÊME FILLON
PENSE QUE NOUS DEVONS AIDER LES MAHOMETANS A  S INTEGRER "COMME L ONT FAIT LES CATHOLIQUES "JE NE VOIS PAS CE QU IL VEUT DIRE? IL A DÛ FUMER!

L'EN SAIGNANT 29/03/2013 19:59


Seuls de PROFONDS IMBÉCILES IGNORANTS, peuvent penser et regretter que l'islam puisse être stigmatisé .... Commencez messieurs les responsables politiques PAR LA FERMER (CE QUI SERAIT LA SEULE
PREUVE D'INTELLIGENCE QUE VOUS POURRIEZ DONNER) lorsque vous abordez des problèmes dont vous ignorez tout .! Et à ce niveau .... C'EST DRAMATIQUE .!