Le camouflet des salafistes à l'Etat angélique Par Ivan Rioufol

Publié le 18 Septembre 2012

L'avis d'un grand commentateur de la Presse sur la manifestation des salafistes. Bien entendu, cela tombera dans un abîme, un gouffre de silence et de non-dits dans le monde des politiciens de droite comme de gauche.

Gérard Brazon

****

La réalité est la première force d’opposition au socialisme et à ses œillères. 

Démonstration ce week-end avec la manifestation de salafistes au cœur de Paris, à deux pas de l’Elysée et de l’ambassade des Etats-Unis. Ils n’étaient que deux cents mais leur audace et leur violence sont autant de camouflets au gouvernement, et singulièrement à l’angélisme du ministre de l’Intérieur. Manuels Valls, qui n’est jamais aussi prolixe que quand il s’agit de défendre l’islam, s’est dit "inquiet" de découvrir la présence de fondamentalistes auprès de jeunes des cités. Il y a de quoi rester perplexe devant cet aveu. Comme il est impossible qu’il puisse ignorer les phénomènes de réislamisation qui s’observent dans une  partie de la communauté musulmane, ne serait-ce qu’avec la prolifération du port du voile dans les banlieues, il faut en conclure que Valls feignait jusqu’alors de ne rien voir.

Mieux : il y a quelques jours encore, il reprenait son nouveau leitmotiv : "S’attaquer à une religion, c’est s’attaquer à la République", en donnant ainsi, par l’ambiguïté renouvelée de sa phrase, de l’eau au moulin des plus radicaux qui réclament l’instauration d’un délit de blasphème au profit de l’islam. Jeudi dernier,Libération parlait d’ailleurs de "vidéo blasphématoire" à propos de l’insignifiant navet contre Mahomet, qui a causé dans la rue arabe, chez les plus fanatiques, les débordements antioccidentaux parfois meurtriers.

La majorité des Français de confession musulmane  est en droit de s’estimer caricaturée par ces minorités et ces fauteurs de haine, comme elle le fut par le geste criminel de Mohamed Merah. Il serait d’ailleurs souhaitable qu’elle exprime plus ouvertement le rejet de cette idéologie qui dit parler au nom de l’islam littéral.

En tout cas, ce n’est pas rendre service aux démocrates musulmans que de sous-estimer ces mouvements islamo-fascistes qui prospèrent dans l’indifférence des belles âmes. Les Français sont en droit d’attendre du pouvoir la mise au ban de ces adeptes de l’islam radical et révolutionnaire, dont les ressorts antioccidentaux, anticapitalistes, antiaméricains, antisionistes trouvent des échos auprès de mouvements d’extrême gauche. 

Quand, dans son livre  (On a voté…et puis après ?,Editions du Cherche Midi), Olivier Besancenot invite à la reprise des luttes sociales en appelant à la constitution d’un "bloc anticrise et anti-austérité" qui accueillerait notamment  "les mouvements politiques des quartiers populaires" (lire : des cités), à quelles alliances pense-t-il ? Ce lundi matin, sur LCI, le militant du Nouveau Parti Anticapitaliste a choisi l’indignation plutôt que de répondre à ma question.

Plus que jamais la vigilance s’impose.

Je participerai aujourd'hui mardi, à "On refait le monde", sur RTL (19h15-20h)

 

Islam radical : prise de bec entre Besancenot et un éditorialiste au Figaro

Résumé : Lors d'un débat sur l'islam radical mardi sur LCI, un échange musclé a eu lieu entre

Ivan Rioufol, éditorialiste au Figaro et Olivier Besancenot.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

LMarie-claire Muller 18/09/2012 18:57


On voit que Besancenot na pas l'habitude que quelqu'un lui dit directement son fait ,il y a longtemps qu'il sévit et monte les banlieues contre nous c'est un idéologue malfaisant comme tous les
fanatiques gauchistes (il a essayé de mettre le feu aux poudres entre les deux tours des présidentielles contre Sarkosy en allant dans les banlieues "remonter " les cpf!!On devrait le f....au
mitard!