Le côté sombre de la gauche mis à jour. Par Guy Millière

Publié le 1 Février 2013

30 JANVIER 2013 par MILLIERE GUY 

Dans le contexte actuel, où la France s’enfonce dans le socialisme, il est salubre que certains livres remettent les idées en place.

Les socialistes sont fiers d’être porteurs d’un dogme qui prétend être vecteur de générosité, mais qui cultive le ressentiment et qui multiplie les pauvres. Ils sont fiers aussi de dire qu’ils sont de gauche : être de gauche en France, comme dans nombre de pays, est une forme de brevet de confort moral.Se dire de gauche, c’est, bien sûr, être du côté du beau, du bien, du progrès, de la vérité, etc.

Neuf journalistes sur dix en France se disent de gauche et pensent effectivement à gauche. Dans les professions artistiques, la proportion doit être à peu près la même. Rien d’étonnant à ce qu’un livre rappelant les faits soit passé sous silence, ou que son auteur se fasse traiter de « facho » dans le « Nou­vel Observateur », magazine qui considère que le « facho » est celui qui n’a pas voté pour François Hollande au deuxième tour de l’élection présidentielle, ce qui fait tout de même beaucoup de monde.

J’écris « facho », parce que c’est ainsi qu’ils écrivent : dire « fasciste » serait ridicule, et ils le savent, donc ils ne le font pas.

Et puis ils savent aussi que traiter de fascistes des défenseurs de la liberté n’aurait aucun sens.

Rien d’étonnant, dis-je, à ce qu’un livre rappelant les faits soit passé sous silence, et à ce que son auteur se fasse traiter de « facho ».

L’auteur est Jean Robin. C’est un homme courageux, qui fait vivre un site souvent re­marquable, Enquê­tes et débats. C’est un éditeur tout aussi courageux et un au­teur prolifique.

Son livre s’appelle « Le livre noir de la gauche » et doit être mis entre toutes les mains.

Jean Robin y rappelle que tous les totalitarismes sont issus de la gauche, pas seulement le léninisme, mais aussi le fascisme et le national-socialisme.

La gauche a aussi été imprégnée d’antisémitisme pendant des décennies.

La gauche a été vectrice du colonialisme, dont l’un des grands chantres fut Jules Ferry, cité plutôt en général pour évoquer l’école laïque.

La collaboration sous Vichy a été très largement à gauche, et c’est d’ailleurs la chambre élue au moment du Front populaire qui a voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, lors d’une débâcle qui a dû beaucoup au pacifisme et à l’insouciance des années précédentes.

La gauche a compté et compte dans ses rangs toute une lignée d’« intellectuels » abominables, de Karl Marx à Jean-Paul Sartre, passé de la collaboration au gauchisme sans faire de pause, de Louis Althusser, maître à penser de toute une génération de léninistes et assassin sur ses vieux jours, à Alain Badiou, Toni Negri ou Stéphane Hessel : chacun de ceux dont je viens de citer le nom bénéficie d’une rubrique édifiante dans le livre.

Jean Robin traite aussi des hommes et des femmes politiques de la gauche française : en une dizaine de pages, tout ce dont on doit se souvenir concernant François Mit­terrand se trouve rappelé, mais Georges Frêche ou Lionel Jospin, Ro­land Dumas ou Ségolène Royal, Martine Aubry ou Noël Mamère ne sont pas oubliés, pas davantage que l’actuel occupant de l’Élysée.

Le poids de la gauche dans l’Éducation nationale et les conséquences de ce poids font l’objet d’un chapitre lapidaire. Répondant dans l’introduction à la question qu’on pourrait lui poser : pourquoi ce livre, et pourquoi maintenant, Jean Robin répond en disant que ce livre est indispensable, très précisément maintenant. Parce que la gauche est au pouvoir et a quasiment tous les pouvoirs. Parce qu’elle prétend être ouverte, et tente d’asphy­xier ce qui n’est pas elle, quitte à recourir à l’insulte et à la diffamation.

Le livre, ajoute Jean Robin, ne prétend pas être une analyse complète de la gauche, mais souligner les immenses zones d’ombre qu’elle tient à garder cachées. Mission accomplie.

Acheter en ligne : http://www.les4verites-diffusion.fr/home/183-le-livre-noir-de-la-gauche.html

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

LA GAULOISE 02/02/2013 08:36


Avec le bel exempe de gouvernement que nous avons, comment peut on etre  " de gauche "?pour les journalistes, on sait tous pourquoi, n 'est ce pas?

aupied 02/02/2013 02:27


bonjour 


Quand j'entend parler la droite la guche , ils sont tous a mettre dans le même panier, et a la baille (pour ceux qui ne connaissent pas cette expression ça veut dire  a la mer ) , j'ai
entendue cette réflextion ¨moi je m'en fout pourvu que je touche ma retraite , mais cette personne en parlant comme ça ,oubli qu'il a des enfants et des petits enfants , ça veut dire quoi cette
réflextion a votre avis , ça veut dire tout simplement taper dans la poche des autres mais surtout pas dans ma mienne , je dois dire que cette personne est socialiste et ex fontionnaire 

segond 02/02/2013 02:17


Le socialisme,c'est l'art de créer des pauvres ,pour leur permettre de devenir à leur tour socialiste.


 

island girl 02/02/2013 00:35


Un journaliste qui veut trouver un emploi se doit d'etre de gauche ,il devient alors "journalope" ,et les journaux ne se vendent plus ...

mika 01/02/2013 19:56


 


Video : Jean Robin sur son livre et le clivage droite gauche en France


http://www.dailymotion.com/video/xsm5ob_jean-robin-parle-du-clivage-droite-gauche_news?start=8#.UQwO2h12Rgw


 


 

Claude Germain V 01/02/2013 19:42


Etre de gauche c'est mettre en pratique les preceptes de Pool-Pot , Staline , Lenine et Hitler .... Il ne peut en etre autrement  l'histoire le confirme et les socialistes français les
mettent en pratique en ce qui nous concerne .......


Donne moi ta montre , je te donnerais l'heure ......