Le couple Aubry-Brochen ne sortira pas grandi par sa chasse à la rumeur…- par Chantal Macaire

Publié le 10 Août 2011

Je peux concevoir que les rumeurs malveillantes qui courent sur soi puissent agacer, exaspérer, indigner, mais quand on s’apprête à briguer les plus hautes fonctions, ne doit-on pas faire preuve de sang-froid, de force psychologique ? La chasse aux blogueurs engagée par Martine Brochen me semble révélatrice d’une certaine faiblesse, d’une certaine fragilité. D’ailleurs on se souvient que la « dame de fer », comme certains la nomment pourtant, avait fondu en larmes lors de son échec au soir du second tour des élections et qu’elle a récemment pleuré devant les images de DSK menotté -« incontinence émotionnelle » dénoncée à la télévision par Emmanuel Pierrat, lequel la trouve d’ailleurs incompatible avec le poste de chef de l’Etat et de chef des armées.

A contrario, même si on n’apprécie ni l’homme ni sa politique, on se doit de reconnaître la résistance et la capacité d’ « encaisser » de Nicolas Sarkozy face non pas à des rumeurs plutôt confidentielles, mais à des accusations, des prises à partie, des calomnies, des sarcasmes, qui n’épargnent ni sa vie privée ni son physique. Combien de journalistes (dont celui qui a osé titrer, sans respect aucun pour la fonction de Président de la République française : « Nicolas Sarkozy est-il fou ? »), combien de blogueurs pourrait-il menacer de poursuites judiciaires pour diffamation, s’il réagissait comme la première dame du PS ! Il reste au-dessus de cela et il a mille fois raison de traiter par le mépris ce « torrent de boue » ou « de merde » (qui n’en est un que lorsqu’on s’en prend aux membres du PS, n’est-ce pas, Monsieur Valls ?)

Madame Brochen et son époux partent donc en guerre contre les rumeurs. Maladresse étonnante, selon moi ! D’abord, qui les connaissait, ces rumeurs, avant qu’elles ne soient ainsi rendues publiques ? Un nombre extrêmement réduit d’internautes. Désormais c’est la France entière qui sait qu’il court des bruits fâcheux sur la candidate aux primaires socialistes…

Ensuite, quelle personne sensée irait prêter foi à la prétendue homosexualité de la première dame du PS, à la prétendue tumeur au cerveau dont elle souffrirait : ces rumeurs extravagantes, d’un grotesque total, se seraient éteintes d’elles-mêmes, sans qu’il soit besoin de chercher noise aux c… qui les font naître et aux idiots qui les propagent.

Quant au prétendu alcoolisme de Madame Brochen, accompagné de prétendues cures de désintoxication, il me semble qu’il y a au moins deux décennies que les mauvaises langues le colportent : Madame Brochen s’appelait encore Aubry, son père Jacques Delors occupait encore des fonctions de premier plan, et je voyageais encore à l’époque puisque c’est dans un aéroport qu’on m’avait « confié » ce secret (qui m’avait laissée plus que sceptique, est-il besoin de le préciser…). Pourquoi réagir seulement maintenant ? Pourquoi n’avoir pas démenti fermement voilà 20 ans ? Il suffisait de produire un certificat médical pour clouer le bec aux calomniateurs…

Madame Brochen et son époux partent en guerre contre les rumeurs. Mauvaise foi surprenante ! Voilà « l’extrême droite » clouée au pilori . Sur quelles bases ? Sur quelles preuves ? Et d’ailleurs, où commence et où s’arrête cette « nauséabonde » droite extrême, puisque même Riposte laïque s’y trouve étiquetée !

Mieux encore, l’UMP est accusée, elle aussi, d’être à l’origine des bruits qui courent ! Pensez donc : on dit que le président aurait ironisé sur Martine et Jean-Louis, présentés comme « Martin et Martine ». Ce n’est sans doute pas très malin de la part du Président mais, pour le PS, il y a crime de lèse-Brochen ! En effet, dans le folklore de Cambrai, dont il est l’un des personnages, Martin est d’origine maure : ça laisserait donc supposer, de la part de Nicolas Sarkozy, une malignité perverse… Car il coule de source que ce même Nicolas Sarkozy, de par ses origines hongroises, sa naissance à Paris et ses fonctions de maire de Neuilly, est au fait des jaquemarts et des géants de Cambrai, et de toutes les traditions particulières au nord de la France (et que le reste de l’hexagone ignore, sauf à avoir comme moi de la famille qui habite là-bas) !

C’est curieux : le petit-fils de ma voisine s’appelle Martin, et je ne soupçonne pas ses parents d’avoir voulu lui donner un prénom en relation avec le Maghreb et de manifester ainsi un hypothétique attachement à l’islam ! Jean François Copé a raison de persifler : «On me dit que Martine Aubry lance une nouvelle idée… Ah bon? Va-t-elle nous éclairer sur la position du PS sur l’immigration, le numérique, l’éducation ? Non, elle lance une guerre à l’UMP sur un sujet: il paraît que l’UMP dit du mal de Martine Aubry».
Curieusement, les époux Brochen ne semblent pas imaginer la possibilité que des individus de gauche puissent figurer parmi les « coupables ».

Madame Brochen aurait pu simplement faire publier un communiqué dans les médias pour porter un démenti solennel aux bruits malveillants courant sur sa personne, sans en accuser les uns ou les autres. Cela aurait amplement suffi à les décrédibiliser aux yeux de ceux qui ont un minimum de bon sens et d’intelligence, c’est-à-dire -j’ose l’espérer- la majorité des électeurs !

Madame Brochen et son époux partent en guerre contre les rumeurs. Stratégie malhonnête ou, comme on dit, l’art de noyer le poisson ! Madame Brochen défend sa réputation et entend défendre celle de son mari. Très bien, c’est son droit, mais j’ai l’impression d’être prise pour une imbécile. En effet, il y a d’un côté des rumeurs stupides, basées sur… rien (libre à elle de les faire taire et d’occuper les médias avec cela plutôt qu’avec son programme présidentiel !), et de l’autre des faits…têtus, vérifiables, qui résistent : plutôt gonflé d’associer le tout, comme s’il s’agissait de la même chose !

Nul ne peut prêter foi, bien sûr, à l’hypothèse d’un Jean-Louis Brochen « musulman », « islamiste », « salafiste », tant c’est ridicule… Il paraît -je veux bien le croire- que cela aurait été dit sur certains sites qui ne s’encombrent pas plus de scrupules qu’ils ne recherchent la crédibilité auprès du lecteur. J’ai peine à croire que ce genre d’affirmation farfelue puisse faire trembler notre Martine nationale. Ce qui peut la faire trembler, par contre, c’est la dénonciation de liens avec l’islamisme, embarrassante à l’approche de la campagne présidentielle. Et là, on quitte le niveau de la rumeur pure !

En effet, il ne peut être contesté que son époux avocat a défendu des causes touchant de près à l’islamisme, puisque cela lui a valu l’appellation d’ « avocat des islamistes » dans le livre de Caroline Fourest, La Tentation obscurantiste. Je sais que la déontologie d’un avocat peut le pousser à ne refuser aucune cause… mais il n’empêche que c’est à la porte de Jean-Louis Brochen que sont venus sonner les lycéennes voilées, le rescapé du gang de Roubaix, l’association « Rencontre et dialogue » (ce qui n’est pas pour la journaliste précitée « un choix anodin », puisque son « activité principale est de diffuser la propagande de prédicateurs sexistes, homophobes et négationnistes proches des Frères musulmans. ») De quoi au moins, sans pour autant en tirer des conclusions hâtives, justifier de légitimes interrogations sur le conjoint d’une potentielle présidente de l’Etat français !

Par ailleurs, Martine Brochen ne peut nier -c’est elle-même qui le dit- ses relations amicales avec Amar Lasfar, l’imam de la mosquée de Lille-sud, qui appartient à l’UOIF, une organisation inspirée par les Frères musulmans. De quoi, cette fois, justifier de légitimes interrogations sur la candidate à la présidence elle-même ! Car le discours d’Amar Lasfar s’oppose à la Constitution qui veut que la France soit « une et indivisible », et à la laïcité. Voici deux citations, révélatrices, qui peuvent inquiéter celui qui est démocrate, soucieux du respect des lois, attaché à une France laïque et à l’unité nationale, et qui se reconnaît citoyen français avant que d’être chrétien, juif, athée ou musulman (c’est mon cas) : « Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté » (Homme et migrations n° 1218, mars-avril 1999 p.55) – « L’Assimilation suppose pour les populations islamiques se fondre à terme dans la population. Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique […] Il n’y aura pas de dérogation à cette règle » (conférence à l’Alliance régionale du Nord, 9 octobre 1997). Il y a aussi un prêche en arabe, disponible sur Dailymotion, dont le discours conquérant fait frémir -si la traduction est fidèle, bien sûr : «Pensez-vous que quelqu’un puisse venir à bout de l’islam dans ce pays ? Même s’ils vous expulsent, même s’ils nous expulsent, même s’ils vous expulsent, même si vous quittez ce pays, même si nous quittons ce pays, même s’ils vous achèvent, même s’ils nous achèvent, une chose est sûre : la graine a pris dans la terre ».

Je vois dans ces propos d’Amar Lasfar une lecture à la lettre du coran, peu compatible avec nos valeurs : apologie de la charia, primauté accordée à la loi d’Allah sur les lois républicaines -en ce qui concerne les musulmans, formant une communauté à part- et, si on lit entre les lignes, volonté d’étendre l’oumma et d’instaurer un califat : de quoi s’interroger ! Que dire aussi de cette présentation des « ils » -les français- définis comme des ennemis en guerre prêts à tuer les musulmans, avec cette reprise du verbe « achèvent » ? Je juge que ça frise l’incitation à la haine raciale, pour laquelle SOS-Racisme, le Mrap, la LDH sont dans d’autres cas intraitables…

Je pense que Madame Brochen devra, si elle est élue aux primaires socialistes, s’expliquer devant le peuple français, au cours de sa campagne présidentielle, sur ces liens qu’elle entretient avec un imam dont les propos sont à tout le moins antirépublicains.

Madame Brochen et son époux partent en guerre contre les rumeurs. « Selon que vous serez puissant ou misérable… »
Bilan (provisoire) de la chasse aux blogueurs : un homme est cité à comparaître le 12 septembre prochain au tribunal de grande instance de Paris. C’est un retraité de 71 ans, aux moyens modestes, mais qu’importe ! Il faut une victime à sacrifier … Certes, Francis Neri -c’est son nom- s’est montré bien léger de publier un article prétendant confirmer des rumeurs pourtant infondées, entre autres celle du prétendu alcoolisme de Madame Brochen, au moment même où celle-ci lançait menaces et anathèmes ! Mais ne suffisait-il pas à cette dernière de joindre Francis Neri, de lui intimer l’ordre de retirer son « torchon » et de lui imposer une mise au point claire et nette sur son blog ?

On sait, par Caroline Fourest, qu’en septembre 2010 Jean-Louis Brochen lui a « envoyé une lettre pour demander de corriger le passage du livre le concernant », ce qu’elle a refusé de faire -elle est grandement remontée dans mon estime depuis que je le sais !- « puisque les faits rapportés sont malheureusement exacts » a-t-elle dit. Or, que constate-t-on ? Pas de poursuites judiciaires contre celle qui est à l’origine de l’expression «avocat des islamistes », mais une plainte pour diffamation à l’encontre de l’obscur plumitif qui écrit que Jean-Louis Brochen est « un défenseur des provocateurs salafistes et communautaristes », ce qui, pour la profane que je suis, me semble revenir au même. Alors, deux poids, deux mesures ?

Je ne pense pas que Madame Brochen ressorte grandie de cette affaire, si elle va jusqu’au bout de la procédure contre Francis Neri et demande des dommages et intérêts énormes à quelqu’un qui n’a pas de gros revenus … S’attaquer à un inconnu lu au mieux par quelques centaines d’internautes, quand on ne dépose pas plainte contre une Caroline Fourest (et pour cause !), est-ce se faire une bonne publicité ?

Cela me semble plutôt contre-productif, mais peut-être est-ce au fond le but recherché par Martine Brochen, dont on ne sait pas si elle veut vraiment remporter les primaires et s’engager dans la course à l’Elysée…

Chantal Macaire

N.B. Vu les temps qui courent, je tiens à préciser que je respecte Monsieur et Madame Brochen en tant que personnes (même si je ne suis pas de leur bord politique), que je condamne ceux qui font naître et propagent des rumeurs pour les salir -un adversaire se combattant par des arguments, non par des calomnies ou des insultes.
Pour autant, j’ai voulu exprimer mes réflexions personnelles sur une affaire qu’ils ont rendue publique, exerçant ici la liberté d’opinion et la liberté d’expression qui sont les miennes.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 13/08/2011 13:38



Tartine  1ere dame à l'élysée ....c'est la france défigurée ! un peu de bon sens...



Marie-Claire Muller 11/08/2011 16:36



Peu lui importe d'être impopulaire auprés des français elle tient sa réserve de voix peu lui importe de ne pas agir comme une socialiste puisqu'elle ne l'est pas(vu ses revenus)elle est
multiculti,pro islam et va puiser son électorat là où elle a donné des priviléges.NOUS NE COMPTONS PLUS POUR LES SOCIALOS!!:VOIR LE PROJET TERRA NOVA


STRATÉGIE DU PS ENVERS LES AFRO-MAGHRÉBINS ...



Lundi 27 juin 2011 1 27 /06 /Juin /2011 07:47




L’immigration pour le PS : s’assurer des
millions d’électeurs potentiels en plus



Le laboratoire d’idées proche du PS « Terra Nova » a trouvé la solution pour faire gagner les prochaines
élections présidentielles au parti de Martine Aubry : tout miser sur les électeurs d’origine immigrée et notamment les afro-maghrébins.


Cette stratégie a été clairement expliquée dans un rapport « Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 »
.


 



 Grâce à ce rapport, on sait que pour le Parti Socialiste, la politique de la « porte ouverte » aux frontières, dont les élus socialistes font la
promotion, n’a qu’un véritable objectif : s’assurer des millions d’électeurs potentiels en plus.



Les auteurs du rapport de « Terra Nova », Bruno Jeanbart, Olivier Ferrand et Romain Prudent font ce constat implacable : la classe ouvrière, traditionnellement
sa base électorale, et le Parti Socialiste ont divorcé. En cause, un changement de valeurs au sein de la gauche française, aux antipodes désormais de celles des ouvriers. Car le « libéralisme
culturel » de la gauche politique que le rapport définit comme une « ouverture aux différences » et « une attitude favorable aux immigrés, à l’islam, à l’homosexualité, la solidarité
avec les plus démunis » ne correspond pas aux aspirations de la classe ouvrière. Et à défaut de pouvoir rabibocher la classe ouvrière et les socialistes, Terra Nova veut s’appuyer
électoralement sur cette « France de demain » : les diplômés, les femmes, les jeunes, les minorités et les quartiers populaires. Pour les élections présidentielles de 2012, les
descendants d’immigrés, notamment afro-maghrébins, seront donc le nouveau cœur de cible électoral du PS. Comme le note le rapport, « c’est un fait politique important : la France de la
diversité est aujourd’hui la composante la plus dynamique, tant électoralement que démographiquement, de la gauche en France. » Les chiffres sont d’ailleurs éloquents : dans les quartiers
populaires « le rapport de forces gauche-droite y est extrême, de l’ordre de 80-20 voire 90-10. » Et il est même plus massif pour « les Français d’origine africaine (tant
sub-saharienne que maghrébine) » et leurs descendants ! Pas question pour la droite de compter sur l’idée d’un engagement moindre de ces populations en politique puisque le taux de
participation des enfants d’immigrés est « ainsi identique à celui d’individus de souche dotés de caractéristiques sociodémographiques similaires ».


A la vue d’un tel constat, le Parti Socialiste n’a tout simplement pas intérêt de s’opposer à l’immigration légale ou illégale, puisque les immigrés
d’aujourd’hui feront les électeurs de demain. Non sans un certain cynisme, le rapport de Terra Nova note qu’« entre 500.000 et 750.000 nouveaux électeurs, naturalisés français entre 2007 et
2012, pourront participer au prochain scrutin présidentiel sans avoir pu participer au précédent. » A ce chiffre, il faut rajouter 1,3 million d’enfants immigrés en âge de voter et les
Français naturalisés nés à l’étranger (1.940.000), soit au total : pratiquement 4 millions (10% environ du corps électoral) d’électeurs potentiels pour le PS. Et ces nouveaux votants, qui ne sont
« plus issus majoritairement de pays européens et catholiques », mais de pays du Maghreb et d’Afrique, souvent musulmans sont « plus sensibles aux enjeux identitaires et aux
discriminations. »



Le Parti Socialiste, après avoir pourfendu l’identité nationale jugée ringarde voire même raciste, défend
désormais l’identité des autres.



Et c’est toute l’ambiguïté du Parti Socialiste, qui après avoir pourfendu l’identité nationale jugée ringarde voire même raciste, défend désormais
l’identité des autres. C’est Martine Aubry, maire de Lille et première secrétaire du Parti socialiste, qui a permis l’attribution de 2003 à 2009 de créneaux horaires accordés à des femmes
musulmanes dans les piscines lilloises. Devant le tollé soulevé, notamment à gauche, elle avait justifié cette décision par cette phrase devenue célèbre : « Faisons un petit détour (de nos
principes républicains) pour que ces femmes gagnent et acquièrent leur émancipation.» Dans cette surenchère communautaire, les élus socialistes ne sont jamais à courts d’arguments. Ainsi en
2010, la très puissante fédération nordiste du Parti Socialiste avait demandé que la langue arabe soit proposée comme première langue vivante dès le collège ! (voir vidéo
ci-dessous.)


Alors pour 2012, les élections présidentielles vaudront bien une messe surtout si elle se déroule à la mosquée pour le Parti Socialiste.


Xavier Lafronde pour Novopress France


 


 


 



rosalie 11/08/2011 16:15



Courbe de gauss ou pas, quand le candidat ou la candidate sera élu (e) avec 51% de voix des 30% qui se seront déplacés pour aller voter, cette personne gouvernera notre pays et sera en charge de
notre liberté. Et bien pourvu que ce ne soit pas Martine Brochen, je vous le dis!!!



Epicure 10/08/2011 19:41



Cela aurait amplement suffi à les décrédibiliser aux yeux de ceux qui ont un minimum de bon sens et d’intelligence,
c’est-à-dire -j’ose l’espérer- la majorité des électeurs !


Là vous poussez le bouchon "démocratique" un peu loin..! Non? Vous avez vu la Courbe de Gauss? Bon si 50,01% c'est la
Majorité...alors bon...soit....