"Le courage, c’est de continuer quand tout vous dit d’ arrêter". Charles-Emmanuel Guérin

Publié le 5 Avril 2013

Faut-il partir? Aux Patriotes, à ceux qui restent... Proposé par Henri!  

 

Par  Charles-Emmanuel Guérin.

Je suis découragé non pas dans ma volonté de servir mon pays ni de me battre, (oh non, oh que non), mais de réaliser qu’ il est impossible à ce jour de pouvoir rassembler et fédérer des forces pour stopper le déclin de notre France. De repousser traîtres et envahisseurs. J’ ai essayé d’ être efficace et de ne pas « noyer » les lecteurs et patriotes dans un flot de textes insipides, se ressemblant tous finalement. J’ ai fait appel à différents sites sur Internet pour toucher différents lecteurs. J’ ai cherché à fédérer. Je me suis aperçu que dans un univers, présenté comme  « résistant » ou de ré-information, il y a avait souvent des attitudes politiciennes, des « mots à éviter » et même « des lignes éditoriales » à respecter.

 

Eh bien qu’ ils partent et qu’ ils nous laissent, nous, les patriotes, réparer la maison.  Il y a des noms que l’ on oubliera et c’est tant mieux !  Je n’ invite personne à partir.  Moi je ne donnerai pas les clefs de ma maison.

 

Définitions Larousse

 

Patriotisme : Attachement sentimental à sa patrie se manifestant par la volonté de la défendre, de la promouvoir.

 

Fuir : Quitter rapidement un lieu pour échapper à une menace, à un danger réel ou supposé 

 

Abandonner : Laisser définitivement quelque chose à la discrétion de quelqu' un, en son pouvoir ; confier, céder

 

Histoire : Connaissance du passé de l' humanité et des sociétés humaines ; discipline qui étudie ce passé et cherche à le reconstituer :

 

Nation : Ensemble des êtres humains vivant dans un même territoire, ayant une communauté d' origine, d' histoire, de culture, de traditions, parfois de langue, et constituant une communauté politique.

 

Partir est trop facile. Bien sûr, pas dans les démarches, mais dans la solution. La nation se crée autour et grâce aux valeurs qu’ elle véhicule. Les gens, la population se retrouvent dans des origines communes ou assimilables, des valeurs communes (culture, culte), et en symbiose avec des traditions transmises de générations en générations.

 

Je reconnais volontiers que les valeurs sont rares et que celles visibles sont superficielles. Avoir des €uros, deux voitures, une grande télévision… ne penser qu’ à soi. Celles qui ont disparu : La solidarité, les traditions, le patriotisme. L’ égoïsme, l’ individualisme (je me répète ?) sont acceptés dans les mentalités et pas uniquement françaises. Partout en Europe et même aux USA.

 

Je vais aussi aux USA et j’ y constate les changements. La côte Est et la côte Ouest ne sont que des reflets, des copies de Paris et Cannes. J’ aime les USA mais pas jusqu’ à l’ aveuglement. C’ est au USA, dans le Kentucky que j’ ai rencontré dernièrement des patriotes. Des vrais, des purs et des durs. Je ne peux qu’ admirer cet acte de foi et ce dévouement à leur patrie. Dans mon propre pays et même parmi certains des mes amis (militaires ou policiers) je n’ y vois pas autant de ferveur. A ma grande déception.  N’ empêche, il y en a encore.

 

Le patriotisme ne s’ adopte pas comme on change de voiture. Il n’ est pas facile de s’ investir dans des valeurs nouvelles. C’ est déjà difficile dans une entreprise, alors dans un autre pays… Je vais volontairement utiliser un exemple choc mais pas disproportionné. Jean Moulin est-il parti ? Non ! Il a tenu son patriotisme jusqu’ au bout. C’ est la Gestapo (et des policiers français) qui est venue l’ arrêter. Certes nous ne pouvons pas demander à chaque français d’ être, tout comme Jean Moulin, des résistants, sacrifiant jusqu’ à leur vie. Il n’ y a plus assez de personnes concernées par leur pays malheureusement.

 

N’ empêche, sans aller jusque là, chaque Français peut néanmoins transmettre ses valeurs et traditions à ses proches et dans son entourage. Faites donc cet exercice simple et rapide d’ identifier autour de vous, parmi vos amis, vos proches, votre famille, qui est patriote, qui aime son pays, qui constate l’ état de délabrement de l’ esprit français ?  

L’ état et certains « intellectuels  n’ ont de cesse que d' être français, finalement, n’est pas en soi, une particularité historique, et qui soutiennent que notre pays ne possède pas un patrimoine culturel propre, construit par une histoire qui en a fait la nation française, mais un patrimoine multiculturel!

Menteurs! Bandes de menteurs et d'escrocs!

 

La France n’ a jamais été multiculturelle, c’est une ineptie, un mensonge incroyable. Chaque nouveau ministre de l’ éducation nationale déclare bien haut et fort que le niveau scolaire et de connaissance des élèves français est catastrophique alors que l’ on a pourtant un système scolaire excellent. Mais ce sont les mêmes, ces menteurs, qui font baisser le niveau de connaissance de ces élèves en enseignant des thèmes d’ histoire tronquée, voire inventée.

 

Mais bon sang, pourquoi les historiens ne déposent-ils pas plaintes contre eux ??? C’est pourtant facile de prouver que nous ne nous sommes JAMAIS volontairement mélangé avec des cultures d’outre méditerranée. Des Espagnols, des Germains, etc. oui, mais pas des Africains ni des Arabes. Menteurs d’ élus, menteurs d’intellectuels, menteurs d’ artistes engagés.

Les Français se sont battus contre ces envahisseurs pour ne pas se mélanger et conserver notre pays, notre identité et faire perdurer pour les générations qui ont suivi, la France et l’histoire de France. Honte à vous, femmes et hommes qui, avec des termes enrobés, une image agréable (artistes, chanteurs, « comiques », comédiens, tous engagés dans la destruction de notre pays. Je prie pour qu’un jour, vous soyez jugés et punis pour haute trahison et entente avec l’ennemi.

 

Mon Pays, la France… un été d’incorporation à l’armée, j’entendais ces ordres « vous êtes là pour servir votre pays, votre patrie ». L’on apprenait la Marseillaise, les chants patriotiques narrant l’ histoire d’un combat. Nos cours tactiques et stratégiques s’appuyaient sur des combats du passé (pourquoi telle bataille fut gagnée et telle fut perdue). J’y ai vu le jour de l’incorporation, un hippie, dont le souhait était de se faire réformer. Il avait la tignasse de Jimmy Hendrix et il fumait un joint. Je l’ ai retrouvé bien plus tard, dans un bar en Allemagne, bien propre et… militaire engagé. Le défilé du 14 Juillet qui nous avait demandé des semaines de préparation et le chant de la Marseillaise, chanté par des milliers de gars, l’ont métamorphosé. Cet esprit de corps lui a fait comprendre que nous étions ENSEMBLE et que chacun était la France. Mais ça, ce doit être très difficile à comprendre.

 

Certes, comme je l’ai dit plus haut, les valeurs ont disparu chez beaucoup de Français. Mais ce sont ceux qui veulent partir qui doivent le plus se battre.

 

Ils sont ceux qui doivent avoir le plus d’arguments car logiquement plus « sensibles » à la notion de Nation, puisqu’il la quitte par déception. Avy n’est pas parti. Je vais prendre cet autre exemple 2006, Israël, guerre des missiles. Zefat (Tzfat) au Nord d’Israël, pas loin de Tibériade et de Kiriat Shmona. Je devais rejoindre Metula. Impossible, Tsahal m’en empêchait (raison de sécurité. Protection du renseignement sur les positions des forces de Tsahal). Je cherchais de l’ eau et je m’ arrête dans cette ville haut-perchée de Zefat. Personne ! Tout le monde était parti. Tous sauf Avy.

 

En roulant, je découvre cette petite échoppe encore ouverte. Il faisait des fallafels et vendait de l’eau. Nous avons discuté. J’ étais content qu’ il y ait une « boutique » d’ouverte « en cette saison » et je n’ ai pas résisté à l’ envie de lui demander pourquoi il n’ était pas parti  Il m’ a répondu : j’ emm… le Hezbollah. Il avait voulu que l’ échoppe de sa mère reste ouverte. Il avait une bonne raison : « En restant je lutte contre eux. Je leur montre qu’ ils ne sont pas les plus forts !!! »

 

Je venais le voir régulièrement et il était fidèle à son poste. On refaisait le monde pendant la guerre. Il fallait régulièrement se mettre à l’abri dès les alertes retentissantes. Pas Avy. Je lui criais « Avy, Come with me » Il me répondait debout, sans même s’ allonger ou se baisser un peu (c’est un réflexe de rentrer la tête dans les épaules) «Nooo ». Il avait le poing en l’air, il avait peur mais refusait de se mettre à l’abri. Une fois je suis resté, mais moi je me suis allongé sur le trottoir. Une Katioucha a explosé en contre bas et une autre, un autre jour, à 60 mètres de sa boutique. Un éclat est venu s’ encastrer dans son mur. Pas une seule fois il ne s’ est mis à l’abri. Pas une seule fois!

 

Quelle leçon de patriotisme ! Je me sentais tout petit et je voyais mon pays et ses valeurs disparues,  tout petit aussi. N’ empêche, quelle leçon! Nous sommes devenus amis. Il ne faut pas quitter le navire. Il ne faut pas partir quand tout va mal. J’ ai ma petite phrase personnelle « le courage, c’ est de continuer quand tout vous dit d’arrêter ». C’ est tentant de partir quand il n’ y a personne pour nous représenter. En attendant, sans leader, il faut continuer de représenter la France. C’ est ce que je fais quand je voyage.

 

Je ne dénigre pas mon pays.

J’ ai un profond respect pour la police mais je hais ce qu’en font les policiers. Arrêter et matraquer des patriotes ou des manifestants pacifistes n’ est pas glorieux, mais repensons « qu’à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ».

 

Je crois en la justice mais je hais ce qu’en font les magistrats. Libérer des récidivistes,  des violeurs, des assassins pour un motif de procédure ou de réinsertion est tout simplement de l’assistance à personne... dangereuse !

 

J’ai un profond respect pour l’armée mais je suis écœuré des ordres donnés par les Officiers supérieurs. Apprendre que nos soldats (et frères) doivent patrouiller sans armes ou ne pas répliquer aux tirs ennemis dans un pays en guerre relève de la faute professionnelle aggravée. Qu’ un jour eux aussi, ou leur mémoire et leurs actes soient jugés.

 

Rassemblons-nous et faisons nous entendre.

Il faut commencer par parler autour de nous. C’est ce que je fais. Je sais que j’ennuie des gens, des amis ou les connaissances que je croise. Mais ils m’ entendent parler de la France et de nos traditions. De nos valeurs judéo chrétiennes.

 

J’ en ai assez d’entendre parler de pédophilie dans l’église alors que le plus grand nombre de dossiers de pédophilie dans une institution concerne l’ éducation nationale. Tout cela afin de casser ce qui reste de notre culture judéo chrétienne. Pour que la seule Laïcité soit notre façon de penser et que cette seule laïcité crée le vide culturel qui sera remplacé par des populations arabes ou africaines qui elles, ne lâchent RIEN de leur culture, de leur culte et de leur tradition.


Je suis écœuré et triste de voir ce gouvernement déformer la réalité de la voix du peuple. Cette négation faite aux yeux de tous, si énorme qu’elle est osée sans complexe ni vergogne. Peut-être 2 millions de manifestants à Paris contre le mariage gay ? Notre gouvernement ainsi que les médias les plus lus et regardés nous annoncent 300.000 ! Quel culot !


Athènes et Rome dans l’ Antiquité ont connu la décadence.

L’ effondrement s’ est accéléré en partie à cause d’une crise économique, de l’oisiveté, de l’égoïsme (avoir des moyens ou paraître en avoir) de l’ homosexualité qui a généré de facto une dénatalité. La répression policière n’ est pas loin. Celle-ci sera autrement plus violente que les gazages avec du  lacrymo’ sur les Champs Elysées.

 

Partir, fuir alors qu’il s ’agit de nos familles, de nos enfants, de nos parents, de nos sœurs et frères, de ceux qui restent ? Hors de question ! A quelques détails près, nous nous dirigeons droit vers cette décadence. Nous n’ avons pas de leader. AUCUN! Mais peut-être qu’il n’ y a pas Un leader, mais UNE leader ? Peut-être une femme, peut-être une Véronique Genest ?

 

C’ est mon Drapeau. Il flotte dans ma cour. C’ est déjà un acte de patriotisme.

 

Charles-Emmanuel GUERIN

 

Lié avec le texte: La strasbourgeoise un chant militaire.


 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

FRANHENJAC 06/04/2013 01:27


Merci Monsieur Guérin !

DURADUPIF 05/04/2013 21:20


Espérons...nous vaincrons ! Merci.

isabelle 05/04/2013 19:46


Merci et bravo Monsieur !

ESCLAFIT Pierre 05/04/2013 17:11


Pourquoi pas un Charles Emmanuel Guerin ? Nous suivrons ceux qui oseront dépasser la résistance de l'écran d'ordinateur, comme nous l'avons fait ce 24 mars Avenue de la Grande Armée et Avenue
Foch. 

Pivoine 05/04/2013 17:01


Je mettrais toutefois un bémol à ce texte : pas de Véronique Genest en tant que leader ! Cet étron libre, comme elle s'est si bien qualifiée elle-même, est fière d'avoir défilé contre le F.N. en
2002, et elle a dit que si c'était à refaire, elle n'hésiterait pas. C'est pourtant le seul parti patriote, avec le Mouvement pour la France, de Philippe de Villiers. Mais c'est vrai que pour
ces gens du spectacle, ce sont des fachos...

Blanc 05/04/2013 12:04


Bravo Charles-Emmanuel! Très beau texte suivi d'une belle chanson! Rien à ajouter, tout est dit!