Le CSA n'a pas aimé un débat organisé par Christophe Hondelatte sur l'Islam.

Publié le 18 Juillet 2013

Il paraît que le CSA n'a pas apprécié la liberté de ton de l'émission. Vous allez entendre un bien pensant Joseph Macé-Scaron qui nous explique pourquoi il ne faut pas s'inquiéter... 

 

Le CSA est "intervenu" auprès de la chaîne Numéro 23 pour un débat organisé par Christophe Hondelatte intitulé "L'islam est-il soluble dans la République ?"

 


 

"L'islam est-il soluble dans la République ?" C'est la question, un rien provoc', que Christophe Hondelatte a posé, le 17 février dernier, sur Numéro 23, une des nouvelles chaînes de la TNT. Dans le cadre de son émission intitulée "Hondelatte Dimanche", le journaliste a lancé ce débat suite à un édifiant sondage Ipsos, publié quelques jours plus tôt dans Le Monde, qui indiquait que 74 % des Français estimaient que l'islam est une religion "intolérante", incompatible avec les valeurs de la société française.

 

Longue diatribe de Robert Ménard

Pour débattre, l'ancien présentateur de "Faites entrer l'accusé" avait invité ce soir-là ses anciens polémistes de "On refait le monde" : la romancière Calixthe Beyala, le journaliste Joseph Macé-Scaron, l'ancien ministre Azouz Begag et l'éditorialiste Elisabeth Lévy. La discussion a débuté par une longue diatribe deRobert Ménard, le très controversé fondateur de Reporters Sans Frontières, qui entretient aujourd'hui des relations ambigües avec le Front National. Au milieu de son intervention, Robert Ménard a notamment déclaré : "Je trouve que l'islam n'est pas une religion sympathique", sans provoquer réellement de réaction en plateau. Ensuite, les intervenants se sont succédés pendant une vingtaine de minutes, et le ton est parfois monté.

 

Un débat qui n'a pas du tout plu au CSA. Dans une décision du 26 juin, publiée ce matin, les Sages sont "intervenus" auprès de la chaîne, estimant que celle-ci avait "manqué aux obligations déontologiques". Le CSA déplore que la chaîne, censée être dédiée à la diversité, n'a pas respecté sa mission de "cohésion sociale" et n'a pas défendu "les valeurs d'intégration et de lutte contre les discriminations".

Le conseil est sévère avec l'animateur. Il estime que le sujet controversé aurait nécessité d'être traité avec "vigilance, prudence et pondération".

 

"Censeur de la pensée unique"

Christophe Hondelatte a vivement réagi à cette décision. Sur son compte Twitter, il a estimé que le CSA était "le nouveau censeur de la pensée unique !". Il a également retweeté plusieurs messages de soutien, dont l'un estimait que le CSA interdisait désormais d'aborder une question provocatrice si elle est susceptible d'agacer quelque uns.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

FRANHENJAC 19/07/2013 20:55


@ L´Enseignant


Merci ! Je n´y avais pas pensé.

marie-plume 19/07/2013 20:25


Bravo à Robert Ménard, zut, trois fois zut au CSA, ,et plus encore, et courage et soutien à C. Hondelatte ! Si, en France , on n'a plus le droit de parler et d'exprimer son opinion en toute bonne
foi et intelligence, boycottons le CSA et descendons dans la rue pour manifester notre hostilité à cette censure de pacotille .

Yves IMBERT 19/07/2013 14:13


Le CSA s'oppose donc à la manifestation de la réalité -dont acte.

L'EN SAIGNANT 19/07/2013 10:51


Veuillez lire: " Conseil Supérieur des Anes "

FRANHENJAC 19/07/2013 01:55


La CSA ? Qu´est ce que c´est ?


@Banro64


Si cette organisation ne sert à rien, et en plus,  joue le rôle d´inquisiteur, alors d´accord, qu´elle soit dissoute !  Nous entendons tous les jours qu´il faut épargner, mais nous
découvrons tous les jours que des tas  d´organisations ne servent à rien et en plus foutent la merde, c´est là qu´il faut épargner !

Banro64 18/07/2013 21:32


Message à F. Hollande :


Vous voulez faire des économies, supprimez le CSA qui ne sert à rien et qui coute cher !