Le dessin animés au secours de l'homophobie? Demesure, démagogie quand tu nous tiens...

Publié le 7 Février 2010

Destiné à devenir un outil pédagogique dans les classes de CM1 et CM2, un court-métrage d'animation évoquant l'homosexualité est au cœur d'une polémique.
Le Baiser de la lune  raconte une histoire d'amour entre un poisson-chat et un poisson-lune. Accompagné de matériel éducatif, il  vise à donner une vision moins stéréotypée des relations amoureuses, explique son réalisateur. Sébastien Watel souhaite ainsi sensibiliser les élèves contre l'homophobie, qui survient plutôt au moment de l’adolescence.
           Mais avant même la fin du tournage, Christine Boutin, présidente du parti chrétien-démocrate, demande à Luc Chatel d'en interdire la diffusion dans les écoles, au nom du respect de la neutralité de l'Éducation nationale
             Le Collectif pour l'enfant, une association qui milite contre l'homoparentalité, dénonce  une intrusion dans l'intimité de jeunes enfants. Et les auteurs d'une pétition en ligne réclamant la fin des incitations homosexuelles dans les écoles primaires affirment avoir recueilli 15.000 signatures.

Interrogé dans Ouest-France, Jean-Charles Huchet, l'inspecteur d'académie d'Ille-et-Vilaine, se montre prudent et précise que la décision de diffuser le film dans les écoles n'a pas encore été prise : Il touchera de jeunes enfants. Il faut prendre énormément de précautions.

Pour ma part, je trouve inquiétant cette façon de faire passer des messages quelque peu prosélytes. Les enfants ont environ une dizaine d’années et sont fort peu concernés par le sexe à priori et encore moins, par l’amour homosexuel. De plus, c’est un âge très sensible de construction de la personnalité. Je ne vois pas en quoi la lutte contre l’homophobie doit passer par le mental d’enfants de 10 ans.
           L’homophobie est stupide mais l’enfant est sacré. Beaucoup de français sont déjà étonnés si ce n’est choqués de voir, aux heures de grandes écoutes, de profondes embrassades entre personnes du même sexe. De le dire peut paraître ringard pour les pseudos modernes mais je ne vois pas au nom de quel principe, la majorité des téléspectateurs et les enfants devraient subir ce genre d’images. Cela dit, ils peuvent changer de chaîne ou écrire aux responsables des programmes.
           Il n'en reste pas moins que l’enfant doit être considéré de façon plus particulière à l’école et qu’au moins, il y ait un respect de l’éducation donnée par les parents. Particulièrement dans cette période ou justement, les parents sont de moins en moins présent ou assurent de moins en moins leur rôle éducatifs.

Le film, tourné à Rennes, a reçu le soutien financier de nombreux partenaires de la région Bretagne. Personne nous dit quels sont ces partenaires mais l’on sait qui est la Région. Il s'inscrit à leurs yeux dans une politique de lutte contre les discriminations. Les électeurs diront prochainement s’ils acceptent que leurs impôts soient utilisés à la promotion de film au message aussi particulier. 
           Lutter contre l'homophobie est une bonne chose se servir de l'homophobie comme vecteur politique en est une autre et l'enfant à mon sens devrait être préservé. 
           Au delà, il me semble qu'il va falloir accompagné cette lutte par un nouvel apprentissage de la langue verte. En effet, certains se souviennent encore de la mésaventure, survenue au dessinateur de l'ex Matin de Paris, pour avoir titré On perd les pédales ! Prévenir ceux qui, en ce moment, commentent de la même manière irréfléchie les malheurs de Toyota qui a des soucis avec sa pédale d'accélérateur. Tout comme les automobilistes de l’hexagone qui se traitent encore allégrement d’enc... et de pédés. Incorrigibles français?
          Reste à voir si l’entrée en application des lois renforcées contre l’homophobie va faire refleurir dans le langage des conducteurs français des injures aussi délicieusement surannées que sodomite, inverti, faquin, cuistre, clampin, fesse-mathieu, paltoquet, bélître, gougnafier, maroufle, Jean-foutre cher à de Gaulle ou même butor de pied plat ridicule. Et celles sur le sexisme, au lieu de dire  grosse pute, il y avait gourgandine, catin, mijaurée, pierreuse, voire ogresse.
Gérard Brazon

Sources : AFP, le Figaro, 20minutes.fr, Métro, TF1.fr, rue89, l'Express.fr, leMonde.fr, Ouest-France

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Thouvenin 07/02/2010 18:46


Depuis des années, une insidieuse pression des associations antihomophobes, sous prétexte de lutter contre les discriminations, utilise toutes les occasions de prêcher de la bienveillance en faveur
de tout ce qui concerne l'homosexualité.

C'est à tel point que maintenant, un film français sur deux expose avec complaisance des scènes où l'homosexualité a toujours le beau rôle, comme étant un phénomène courant, non marginal, plutôt
sympathique, accepté par tous, et valorisé systèmatiquement par des "héros" dans le rôle des "gentils".

Nous sommes aujourd'hui envahis de tous les côtés par une propagande tellement omniprésente que les simples hétéros, comme vous, comme moi, ont
presque l'impression d'être une minorité qui devrait avoir honte de ne pas être homo ! Oui, on en est là. Et là est le danger.

Ce militantisme pro-homo ne connaît plus de limites et s'attaque maintenant aux enfants. Il s'agit-là d'actes criminels, je pèse mes mots. Car, par le biais d'une prétendue discrimination, on va
éveiller chez des enfants (plus ou moins dix ans) des curiosités malsaines qui n'existent pas forcément à cet âge. Il s'agit purement et simplement d'un viol des consciences d'enfants.
Il faut tout faire pour interdire ce film qui, s'il se veut bien entendu pédagogique, fera plus de mal que de bien. On peut tout craindre de la façon dont il sera présenté à la façon dont se
conduisent les plus enragés des homos dans la fameuse "gay pride" qui est une bien triste manifestation de mauvais goût.

Je me fiche éperdûment des moeurs individuelles de messieurs les homos à qui je reconnais le droit absolu de pratiquer la sexualité qui leur plaît. Je leur dénie le droit à la propagande auprès des
mineurs et de plus, sous le couvert de l'Education Nationale.


Claude Hein 07/02/2010 18:43



Le Socialos communistes sont tellement débiles qu'ils me font PEUR


Je suis effrayé par ce retour très propable. Hélas en ce qui me concerne Nicolas
Sarkozy est en grand partie reponsable du prochain raz de marée (je le dis alors que j'ai voté pour lui, ...... pour barrer la route aux attardés rouges......... Je suis bien
convaincu qu'il compte beaucoup sur ce type de vote pour les prochaines élections... / on dit "entre le mal et le pire").


Tout ces manipulations me dégoûtent .


J'en ai assez d'avoir à choisir entre le mal et le pire .


Je vais vous dire ce que je pense :


Si les choses restent ainsi L'Islam remportera la partie [par la démographie . Je
ne crois pas que la communauté pourrait me contredire 


 


La République, de par sa nature, ne sera pas capable de faire face à cette contagion 


 


Cordialement



Gérard Brazon 07/02/2010 16:54


Tout à fait d'accord. Je reste étonné au moment des Noëls ou les jouets sont classifiés féminin et masculin c'est à dire soit le fer à repasser pour les filles et le camion pour les garçons. Il y a
en effet du boulot au lieu de s'occuper de leurs orientations sexuelles.
Bien à vous.


Tud 07/02/2010 13:54


La mentalité sexuel se construit à tout âge, plus on est jeune plus c' est inconscient alors limite "propagantoire" pour cet âge.
Je pense qu' on ferait mieux de changer les stéréotypes de la maman qui fait la vaisselle, le papa qui bricole, la maman câlin, le papa autoritaire,.....
De penser plus à la situation d' un gaucher dans une école républicaine qui ne possède que des outils de droitiers.
Bref, il y a du boulot pour ceux qui ne savent pas quoi faire ou penser.