Le Figaro, les infos et le Front National.

Publié le 15 Décembre 2011

Opération "Mains Propres" par Marine Le Pen

Quand on a trouvé un thème porteur, on ne le lâche plus. Marine Le Pen a réclamé mercredi une «grande opération mains propres» contre le PS dans le Nord-Pas-de-Calais, «du type de celle organisée en Italie» au début des années 1990. La candidate du Front national à l'Élysée réagissait aux accusations portées contre son ancien adversaire politique local, Gérard Dalongeville, ex-maire socialiste d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), ville de 27.000 habitants au cœur de l'ex-bassin minier. Mis en examen pour détournement de fonds publics, faux en écriture et favoritisme, et écroué, Dalongeville aurait affirmé voici quelques jours au juge d'instruction que la puissante fédération PS du département bénéficiait de longue date d'un système de financement occulte.

C'est dire que Marine Le Pen était à la fête, mercredi. «Le Nord-Pas-de-Calais, mercredi terre de labeur, est devenue une terre de corruption, d'argent sale et de pots de vin», a-t-elle accusé lors d'une conférence de presse à Lille. La présidente du FN a brandi devant les caméras des photocopies de courriers manuscrits que Dalongeville aurait, selon elle, adressés au juge d'instruction depuis sa cellule, et qui portent de graves accusations contre des personnalités socialistes et des entreprises de la région. Résolue à pousser son avantage, Marine Le Pen s'est fait une joie de rappeler que François Hollande, alors premier secrétaire du PS, «s'était déplacé à Hénin-Beaumont aux municipales de 2008 pour apporter son soutien à Dalongeville». Or, «il ne pouvait pas ne pas savoir ce qui se passait» à l'hôtel de ville, a renchéri la leader d'extrême droite, qui a demandé à Hollande de«s'expliquer», en faisant valoir que «sa responsabilité politique et morale» était engagée. Marine Le Pen réclame aussi que le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, présidé par le socialiste Daniel Percheron, se constitue partie civile.

« La seule candidate de la mer »

Ce nouveau développement de l'affaire politico-financière qui nourrit la chronique régionale depuis deux ans ne peut que servir le leader du FN dans la perspective de la présidentielle et, surtout, des législatives qui suivront. Depuis 2007, Marine Le Pen s'est implantée électoralement dans le Nord-Pas-de-Calais. Lors de la municipale organisée en 2009 à Hénin-Beaumont après la révocation de Gérard Dalongeville, la liste FN conduite par Steeve Briois et Marine Le Pen avait obtenu 47,62%. Briois et Le Pen, tous deux conseillers municipaux, avaient fait de la dénonciation du «système mafieux» de Dalongeville leur cheval de bataille. Et, aux cantonales de 2011, le FN a obtenu 22,96% au premier tour dans ce bastion de gauche qu'est le Pas-de-Calais.

À l'aube, Marine Le Pen s'était rendue à Boulogne-sur-Mer, premier port de pêche français. Avec un message: «Je suis la seule candidate de la mer. Les autres sont des terriens.»

***************

Louis Aliot doit rencontrer à Jérusalem et à Tel-Aviv plusieurs personnalités publiques de l'État hébreu.

Voilà un voyage qui fait jaser. Louis Aliot, vice-président du Front national et conjoint de Marine Le Pen, se trouve en Israël depuis dimanche et jusqu'à ce soir. Son déplacement dans l'État hébreu, qui avait été tenu secret, a été révélé lundi par JSSNews, un site d'opinion israélien en langue française. «Je me suis rendu en Israël pour rencontrer en privé des députés israéliens de différents partis afin de nouer un dialogue avec eux», a déclaré lundi Louis Aliot au Figaro.

C'est la première fois qu'un dirigeant du FN entreprend de rencontrer à Jérusalem et à Tel-Aviv des personnalités publiques de l'État hébreu. Louis Aliot a par ailleurs affirmé que, lors de la présidentielle et des législatives de 2012, son parti obtiendra «beaucoup de voix dans la communauté juive en France et parmi les Franco-Israéliens».

Cette visite aux allures de ballon-sonde relance l'hypothèse - maintes fois évoquée - d'un voyage de Marine Le Pen en Israël pendant la campagne présidentielle. Mais le vice-président du FN reste très circonspect. «Si Marine Le Pen se rend en Israël, ça ne sera pas avant l'élection présidentielle, a indiqué Louis Aliot. C'est trop court pour être organisé d'ici là. L'agenda de la candidate est déjà très chargé.»

Une prudence partagée par l'intéressée. Sur RMC, Marine Le Pen s'est bornée lundi à indiquer qu'«un certain nombre de Français» qui habitent en Israël souhaitaient rencontrer Louis Aliot et «avaient des gens à lui présenter».Ils voudraient «mieux connaître le programme de la candidate Marine Le Pen».

Louis Aliot est accompagné de Michel Thooris, syndicaliste policier, ancien proche de Philippe de Villiers, et candidat FN aux législatives dans la circonscription des Français de l'étranger qui comprend Israël.

Le déplacement du numéro deux du FN en Israël intervient peu après la rencontre publique entre Marine Le Pen et l'ambassadeur de l'État hébreu à l'ONU, Ron Prosor, le 3 novembre à New York. Le ministère des Affaires étrangères d'Israël avait ensuite évoqué «un malentendu». Quoi qu'il en soit, la présidente du FN nourrit de longue date le désir de se rapprocher d'Israël dans le cadre de la stratégie de «dédiabolisation» qu'elle poursuit.

************

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

francis Claude 15/12/2011 11:25


Excellent, c'est une situation que j'avais prévue il y a environ un an sur ce blog...Marine et leqs Israéliens sont trop intelligeants pour ne pas trouver un terrain d'entente...et si nous avons
le bonheur quelle prenne le pouvoir nos compatriotes juifs serons la pour relancé l'économie on peux compter sur eux!!!et Israél peut toujours faire un grand partenaire commercial avec la FRANCE
la notre, la vraie!!!!!!!!!!!!