Le forcing des imigrationnistes sur les Préfectures.

Publié le 20 Juillet 2011

Un exemple de forcing des immigrationnites qui font subir aux Préfets et aux dirigeants un matraquage permanent. Un discours bien huilé que vous devez connaître également. Le même discours lénifiant et larmoyant que l'on entend dans toutes les radios et télévisions de France et de Navarre. Le même discours en boucle. Et l'on sait ce que cela produit dans les banlieues de France. Les dégâts financiers que cela occasionnent dans les finances publiques.

Gérard Brazon

du blog "droit-de-l'hommiste" 

 http://www.educationsansfrontieres.org/article37076.html?id_rubrique=43

 Urgent : faxez, mailez pour la libération de Mme Kiadatou CISSE !!!Toujours en rétention ! On continue !

 

Pour sa libération écrivez au préfet des Hauts de Seine qui l'a placé en rétention :

Préfet : Pierre-André PEYVEL
fax du préfet : 01 47 25 21 21

Mail : pierre-andre.peyvel@hauts-de-seine.gouv.fr

Directeur du cabinet : David CLAVIERE david.claviere@hauts-de-seine.gouv.fr

Mail secrétaire général : Didier Montchamp absent jusqu'au 1er août. En son absence, s'adresser à Stéphane BREDINstephane.bredin@hauts-de-seine.gouv.fr

 

Monsieur le préfet,

Je me permets d'attirer votre attention sur la situation dramatique de Mme Kadiatou CISSE  né le 25/08/79 à Sogolon (Mali) ressortissante malienne actuellement au centre de rétention administrative de Cité. Mme CISSE supposée enceinte de deux mois a été arrêtée dans le 92 le 06/07/11 et placé en rétention le même jour sur la base d'une Obligation de Quitter le Territoire Français du préfet de l'Essonne en date du 10/12/10. 

Mme CISSE est entrée en France en 2004 avec un visa de long séjour "étudiant" et a continué ses étude en réalisation audiovisuelle avec le rêve d'exercer un jour sa passion. 

En France, elle a rencontré M. CISSOKO en situation régulière avec lequel elle a eu un petit garçon, Barry Djibril né le 23/02/2007 à Courcouronnes mais le couple ne vit pas ensemble.

En raison de sa grossesse, Mme CISSE s'est vue forcer de mettre un terme à ses études. Son titre de séjour lui est retiré quelque temps après.

Faute de titre de séjour, de travail pour subvenir aux besoins de son enfant, Mme CISSE sombre dans la précarité et se retrouve à la rue avec son enfant sous les bras. Cette fragilité sociale lui vaudra le placement de son fils à l'Aide Sociale à l'Enfance. 

En dépit des difficultés qu'elle rencontre, Mme CISSE entretient des liens réguliers, forts avec Barry et met tout en œuvre pour reconstruire la cellule familiale.

Fille d'une diplomate, ses souvenirs du Mali sont quasi-inexistants car elle a quitté ce pays depuis son jeune âge (2 ans) et sillonné l'Afrique avec sa maman, scolarisée dans plusieurs pays différents : CEP au Bénin, BEPC au Burkina Faso, Bac au Sénégal. Ses frères et sœurs vivent tous hors du Mali : 2 sœurs en Allemagne (dont une a été décorée par la ville d'Evry), une autre sœur au Ghana et un frère lieutenant au Bénin.

Son père est décédé et sa mère vit au Sénégal. Les liens avec son pays d'origine sont distendus et une expulsion ne pourrait être que préjudiciable à l'équilibre psychologique de cette jeune femme et de son enfant.

Pour ces raisons, je vous demande, Monsieur le préfet, de renoncer à la reconduite à la frontière de Mme CISSE et de procéder instamment à sa libération.

 

Recevez, Monsieur le Préfet, l’expression de mes sentiments citoyens les plus respectueux.

Du même site tout aussi larmoyant.

Il y aurait bien une solution pour que ces pauvres gens dorment bien au chaud mas cela va encore mal traduit par la bien pensance! 

A la Courneuve, les Ivoiriens sans-abris sont « déterminés à aller jusqu’au bout »

 
Un an après leur expulsion de la cité des 4000, plusieurs dizaines de familles ivoiriennes réclament un droit au logement, avec le soutien des riverains mais sans celui de la mairie ni de la préfecture.
source : Libération
«On est prêt à accepter tout ce qu’on nous demande pour dormir au chaud. Dormir au chaud, c’est tellement bon, tellement doux!» Sans-abri depuis trois mois, Diarrassouba Diouhadjé sourit en prononçant ces mots. Âgé de 33 ans, ce diplômé en télécommunications est, dit-il, «si grand» qu’il doit «se plier en trois» pour dormir dans sa tente verte, un habitat de fortune payé 45 euros de ses propres deniers. Depuis trois mois, ce sont des dizaines de Quechua colorées qui campent le long de la place de la Fraternité, au pied de la cité des 4000 à la Courneuve (Seine Saint-Denis). «On s’est promené dans le quartier pour récupérer des matelas. Les associations ont apporté beaucoup: des couettes, des tentes, des couvertures pour tout le monde.
(...)
cliquer ici pour lire la suite

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis CLAUDE 21/07/2011 07:57



oui , et la seule solution c'est d'embarquer tout ce beau monde et de les foutres dans le premier avion pour ou vous voudrez ... mais pas chez nous je suis sur que si nous ne réagissons pas ous
avons une invasion de barbares qui va déferlé sur notre pays et nous bouffer nous et notre civilisation et justement grace a cette trop grande civilisation de bobos gogos gochos



riziere 20/07/2011 13:28



Rocard disait " La France ne peut pas acceuillir toute la misère du monde" Bien que n'étant pas de son bord je lui donnait entièrement raison. Nous ne pouvons socialement supporter cette invasion
avec ses cohortes de malfaisance délinquance, islamisation, incivilité, mépris de nos lois et de nos traditions. Alors il faut changer tout ça. Stop à l'immigration.stop aux clandestins.



Marie-Claire Muller 20/07/2011 13:26



Donc le forcing tourne en plein régime!!ON EST OBLIGE DE LES ACCEPTER!!!les filiéres de clandestins nous fourguent(la marchandise) aprés avoir empoché le pognon,ensuite les assocs de gauche
prennent le relai,les immigrés connaissent la chanson et font appel aubon coeur des habitants et font comme dans l'histoire du chameau et de la tente:"pour se protéger de la tempête de sable, le
chameau introduit sa tête dans la tente(notre bonne mére la France) ensuite c'est tout le corps qui s'installe et une fois dans la place....Oui le systéme et le discours sont bien huilés et nous,
on trinque!!!!!