Le frère de Goering, commandant de la Luftwaffe, un Juste ?

Publié le 17 Mars 2013

 

Albert Goering utilisait ses liens familiaux pour aider les justes

Le frère du criminel de guerre qui a fondé la Gestapo pourrait être honoré pour avoir sauvé des Juifs pendant la Shoah.

Des recherches de Yad Vashem montrent que Albert Goering, le businessman frère de l’officiel nazi Hermann Goering a sauvé des centaines de Juifs et opposants politiques pendant la seconde guerre mondiale.

Albert-Goering.pngDes rapports de la Gestapo, des enregistrements d’interrogatoires de l’armée américaine et des témoignages de survivants indiquent que le jeune Goering risquait sa vie pour sauver des victimes du régime nazi en obtenant des permis de sortie aux Juifs et en transférant  ses actifs hors d’Allemagne.

La preuve collectée par le département des Justes parmi les Nations de Yad Vashem révèle que Albert Goering a également utilisé ses liens familiaux pour aider à faire sortir des camps de concentration des prisonniers Juifs et pour empêcher la Gestapo d’enquêter sur ses activités.

Apres la guerre, Albert Goering a passé deux années en prison alors que les autorités des Alliés s’occupaient de son histoire. Son frère plus âgé, qui dirigeait la force aérienne allemande pendant la guerre et était le deuxième nazi le plus haut placé, a tenté à Nuremberg, de se suicider en 1946, la nuit précédant le jour où il devait être pendu.

Il a été rapporté que le jeune Goering, accablé par le nom et l’héritage tristement célèbres de sa famille, est tombé dans la dépression et dans l’alcool après la guerre. Il est mort en 1966.

Son dossier Yad Vashem n’a pas encore été complété. Si une commission lui décerne la récompense de Justes parmi les Nations, il joindrait Oskar Schindler et environ 500 autres Allemands qui ont reçu cette distinction.

Reproduction autorisée avec la mention © Meteor Magazine et un lien actif vers l’article.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article