Le frère du chef d'Al Qaïda appelle à se venger de "l'agression française au Mali"

Publié le 24 Janvier 2013

Publiée le 22 janv. 2013

 


L' Egyptien Mohammed Al Zawahiri, dénonce l'intervention de la France au Mali et rend l'armée algérienne responsable du dénouement sanglant de la prise d'otages à In Amenas.
Al Zawahiri est le leader du Jihad salafiste en Egypte, un mouvement "non violent" assure-t-il.

Mais il est aussi le frère d'Ayman al-Zawahiri, le lieutenant et médecin d'Oussama ben Laden jusqu'à sa mort en mai 2011.

Depuis, c'est Ayman al Zawahiri qui dirige Al Qaeda et il est devenu l'homme le plus recherché au monde : les Etats-Unis ont mis sa tête à prix : 19 millions d'euros.

Mohammed al-Zawahiri a passé 14 ans en prison pour terrorisme. Des accusations qu'il a toujours niées. Il a recouvré la liberté en 2011. Il nie faire partie d'Al Qaeda, mais il se dit "idéologiquement" proche de la nébuleuse terroriste.

Euronews : " D'après ce vous dites, je comprends que si la France continue ses opérations militaires au Mali, la réponse des jihadistes sera la condamnation et la dénonciation. Il n'y a pas un message fort que vous souhaitez adresser au gouvernement français ? "

Mohammed al-Zawahiri : " Non, en tant que musulmans, nous devons tous, et pas seulement les jihadistes, faire tout ce que nous pouvons verbalement ou physiquement. C'est une agression. Quelqu'un m'attaquerait, pénétrerait chez moi et tuerait femmes et enfants et moi, je resterais sans rien faire ? Ce n'est pas acceptable. La France a ouvert le feu, a déclenché la guerre et si cela continue, les premiers qui brûleront seront les peuples occidentaux."

Euronews : " Mais, Cheikh al-Zawahiri, quelle faute ont commise ces étrangers qui travaillaient sur un site gazier et qui ne participent pas aux opérations militaires au Mali ? Ce sont simplement des travailleurs et des techniciens..."


Mohammed al-Zawahiri : " Mais qui a commencé cette guerre ? Qui a commencé à agresser l'autre ? Qui est derrière cette tuerie ? C'est le pays qui a envoyé des avions et des soldats au Mali. Deuxièmement, les preneurs d'otages ne les ont pas tués, ils voulaient les échanger mais les dirigeants du pays n'ont pas voulu et ont préféré bombarder le site, commettre ce crime haineux. Encore une fois, qui les a tués ? Pas les preneurs d'otages bien sûr, mais bien les forces algériennes sur les instructions de l'Occident."

Vendredi dernier, quelques centaines de militants salfistes égyptiens ont manifesté devant l'ambassade de France au Caire pour dire leur opposition à la guerre au Mali. Des slogans hostiles au président François Hollande ont été scandés, des drapeaux noirs représentant Al Qaida étaient visibles. Mohammed al-Zawahiri faisait partie des manifestants.
Ce lundi, le président égyptien Mohamed Morsi s'est déclaré hostile à l'intervention française au Mali. Elle risque selon lui d' "aggraver les tensions en Afrique" et de "couper le nord arabe du reste du continent".

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article