Le Front National est-il de gauche finalement ? Par Cincinnatus

Publié le 22 Octobre 2013

L'UMP ne sait pas où elle est. Certains en interne se croient gaullistes, d'autres le sont et se trompent lourdement de parti politique et d'autres se disent centristes, c'est à dire dans le marais, l'attente, le discours ou les marécages.

Pour moi, c'est une machine à laver les têtes et vider les esprits.

Après débat sur ce que sont les partis politiques aujourd'hui, voici ce que pense Cincinnatus, un Robespierriste, qui affirme que le Front National est le seul parti véritablement de gauche. Etonnant ?

Ce qui ferait du Bonapartiste convaincu, d'un Gaulliste de juin 40 et de 1958 que je suis, un militant de la gauche... sauce Robespierre ! 

Gérard Brazon

Robespierre, un caillou dans la chaussure   Par Cincinnatus pour Puteaux-Libre

Depuis quelque temps, le Front National réfute systématiquement le qualificatif d’« Extrême droite », autrement dit « fasciste », utilisé à son endroit pour le discréditer sans avoir l’air de verser dans l’outrance. Cette réfutation est une bonne chose puisque le Front d’aujourd’hui n’est en rien d’extrême droite. Mais force est de constater qu’au-delà de cette réfutation, les porte-parole du Front peinent à situer leur parti sur l’échelle politique, ce qui ruine leurs efforts. Il est temps que le Front comprenne qu’il est actuellement le parti politique le plus à gauche (au sens historique du terme) et le revendique. Je vais développer ci-après les raisons de cette affirmation et l’intérêt de cette conduite.

 

Pour commencer, il faut déjà s’entendre sur ce qu’est la gauche au sens historique, donc sur ses valeurs. La notion même de gauche est née durant la Grande Révolution et fut incarnée au plus haut point par Robespierre dont la gauche s’est revendiquée jusqu’à Jean Jaurès. Le leitmotive de la Gauche était, est et sera toujours l’Égalité, c’est-à-dire l’égalité des citoyens en devoirs et en droits, principe fondamental de l’ordre social. Pour une raison simple : la société n’existe que si des individus adhèrent à un être collectif et se lient les uns aux autres par des devoirs afin de se garantir mutuellement des droits. Or il n’y a pas de devoir sans réciprocité, sans égalité, et comme les droits des uns sont le fruit des devoirs que les autres ont envers eux, l’égalité en devoirs génère par définition les mêmes droits pour tous.

 

Sans entrer plus avant dans un débat sur l’Égalité, il est évident que ce principe suppose une société, une nation (des frontières), du patriotisme, la souveraineté du peuple, la démocratie (au vrai sens du terme), souveraineté nationale, le respect de la souveraineté des peuples étrangers et, partant, la non-ingérence. Toutes ces notions sont consubstantielles à l’Égalité et figurent dans la Constitution montagnarde (jacobine) de 1793, elle-même inspirée par la Déclaration des droits de Robespierre et son discours sur la constitution à donner à la France.

 

Quatre remarques s’imposent : 1) Ces notions (nation, patriotisme, démocratie, non-ingérence) définissent une ligne politique, la ligne dite « de gauche » au sens historique, 2) Cette ligne est indubitablement celle du Front National actuel, 3) Aucun parti politique autre que le Front National n’est et ne peut prétendre être sur cette ligne, 4) Le Front National est actuellement le parti le plus à gauche, le seul qui puisse se dire réellement de gauche.

 

Ce constat se vérifie sur tous les sujets, aussi bien en politique intérieure qu’extérieure. Le discours du Front est un copier-coller du discours jacobin. Sa ferveur à défendre seul contre tous la nation, à invoquer le patriotisme, à réclamer des référendums, à s’opposer aux entreprises guerrières rappelle celle de Robespierre (c’est lui qui avait obtenu de la Constituante que la Constitution de 1791 stipule que la France renonçait aux guerres de conquête et qui, par la suite, c’était opposé aux Girondins qui voulaient provoquer la guerre). Bref, si le Front National a été d’extrême droite, il est certain qu’il ne l’est plus aujourd’hui parce qu’il est tout simplement de gauche.

 

Quel coup de théâtre si le Front National osait se déclarer de gauche ! Comme on peut le voir, il est très facile de démontrer cette vérité et de soutenir cette déclaration. Inversement, il est tout aussi simple de démontrer que les partis dits « de gauche » (PS, FG) sont individualistes et capitalistes, forment le parti de l’Étranger, trahissent la patrie et n’ont de gauche que le nom, que ce sont donc des imposteurs. Pire ! non contents d’usurper le titre « de gauche », ils taxent d’extrême droite le FN qui seul le mérite, et trompent ainsi doublement le peuple français.

 

Cette déclaration aura de multiples avantages.

Elle permettra enfin au Front, à ses adhérents, militants et électeurs de se situer clairement dans le champ politique et d’être plus en phase avec eux-mêmes. Quelques éléments seront sans doute choqués et hostiles à l’adoption de cette étiquette, mais elle ne surprendra pas l’immense majorité qui viennent pour la plupart de la gauche et sentent d’instinct que seul le FN l’incarne désormais, elle les contentera, elle les soulagera d’un poids énorme, car ils ne supportent pas d’être accusés à tort d’être d’extrême droite. Cette mise au point facilitera du reste le ralliement de beaucoup de Français jusque-là effrayés par cette accusation. Sous ce rapport, il y a bien plus à gagner qu’à perdre.

 

Elle permettra également au Front de sortir des cordes et de prendre l’initiative. Le Front National est depuis trop longtemps en position d’accusé, obligé de se défendre. Il est temps que ses accusateurs, notamment la gaucherie, en rabattent et subissent les assauts du Front. Il s’agit du reste pour le Front d’aller au bout de la logique de son expression « UMPS ». Cette expression sous-entend qu’UMP et PS sont au fond du même bord. Mais lequel ? L’UMP est-elle de gauche ou le PS est-il de droite ? Comme il va de soi que ni le PS ni l’UMP ne sont de gauche au sens historique, ces deux partis sont donc de droite. Ceci explique pourquoi tous deux mènent la même politique, pourquoi tous deux sont hostiles au FN qui est fondamentalement de gauche, et pourquoi aucune alliance n’est possible avec l’UMP qui, dans les faits, trahit autant la patrie que le PS.

 

Le PS est devenu un parti de droite. Voilà l’accusation que doit lancer le Front National et à laquelle le PS doit être confronté, et contre laquelle il ne pourra se défendre puisqu’il a renié l’histoire et les valeurs de la vraie gauche. Cette accusation sous-entend par ailleurs que les socialistes sont des imposteurs qui n’en imposent qu’à coup de baratin. Cette première accusation doit être complétée par celle d’être le parti de l’Étranger, de l’anti-France, ce dont le PS ne pourra pas davantage se défendre. En même temps que le Front se revendique de gauche, arguments à l’appui, il doit porter inlassablement ces deux accusations contre le PS pour lui arracher son masque et ouvrir les yeux des Français.

 

Il est urgent pour la France que le Front National adopte cette stratégie. Dans l’état actuel des choses, les scores électoraux du Front s’améliorent. Mais la France a besoin de plus que des améliorations ; elle a besoin d’une victoire rapide et écrasante. Or jamais la majorité des Français ne votera pour un parti d’extrême droite, que celui-ci se revendique comme tel ou qu’il soit qualifié ainsi par ses adversaires. Rien ne justifie que le Front National accepte plus longtemps d’endosser cette étiquette infamante, alors qu’il est désormais, objectivement, le seul parti de gauche. Le salut de la patrie commande au Front National d’être honnête avec lui-même et sans ménagement envers les traîtres.

 

Cincinnatus

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Pivoine 23/10/2013 14:08


Personnellement, je ne me suis jamais qualifiée comme quelqu'une de droite, ou de gauche.


La gauche n'a pas le monopole du coeur, comme disait Giscard, et la droite ne devrait pas avoir le monopole de la sécurité, etc...


Un parti politique digne de ce nom se doit de faire des propositions qui prennent en compte le bien-être des citoyens, et ce dans tous les domaines. Il devrait être, tout simplement, le
parti de la France.

ESSYLU 23/10/2013 06:31


Le problème c'est qu'être de gauche est devenu synonyme de traitrise et d'incompétence


Que le FN continue dans la voie de Sarko pour se  rapprocher de de gauche et il va perdre la moitié de ses électeurs, dont moi-même

Oeildevraicon 22/10/2013 21:14


Personnellement je vote FN car je suis profondément nationnaliste, très attaché à ma patrie.


En ce qui concerne la position du FN sur l'échiquier politique, je suis dans l'expectative.


Par contre je suis certain d'une chose: C'est actuellement le seul parti qui défend la France et les français.


En sera t-il de meme une fois aux affaires? Telle est la question!

Epicure 22/10/2013 18:08


Avant de lire ce texte qui est d'évidence, je dirai simplement que le clivage gauche droite n'a plus aucun sens, s'il en a jamais eu????? et qu'il est oimpossible de gérer une Nation  en se
plaçant sur un échiquyier dont toutes les pièces ne savent RIEN faire QU'UNE SEULE CHOSE ... En conséquence le débat est parfairtelment vain.


Détruire une financiarisation folle n'est ni de gauche ni de droite mais de bon sens et libérer l'entreprise aussi. c'est pour cette seconde visée que la première devrait être destinée.... 


La carence mentale ne doit pas déterminer notre pensée libre.