Le Gard: ce département a placé le FN au premier plan. Préface Gérard Brazon

Publié le 26 Avril 2012

Les explications données dans cette article valent ce que valent les pensées "bien pensantes"! Il faut les regarder, les prendre et les jeter! Elles ne prennent jamais en compte les véritables raisons qui font que la France se tourne vers Marine Le Pen!

Les électeurs ne sont pas des sans grades, des moins que rien, des abrutis mais ont une haute conscience de la patrie, de ses valeurs, de la Liberté, de l'Egalité, de la Fraternité, de la Laïcité et de ses us et coutumes. Ils n'ont vraiment pas envie d'entendre le matin le muezin au lieu des cloches des églises,  ni de retrouver à la place du marché habituel rempli d'étales de veaux, de saucisses et de cochonnailles, des souks et des odeurs d'épices qui ne rappellent en rien les senteurs du Sud de la France! Comme le général de Gaulle, ils n'ont rien contre, mais à petites doses.

Ils n'ont pas envie de se retrouver avec des femmes voilées, des semi-humains en droit islamique, interdite de vie sociale. Il refuse l'obligation d'accepter des moeurs, pour lesquelles ils ont de l'aversion. Lorsque des citoyens sentent que l'on modifie fortement leur environnement, ils se cabrent. Si en plus, ils ont le sentiment voire la certitude que certains ont plus de retour de la solidarité nationale que d'autres,(loi DALO, AME, APSA, ATA, par exemple) ils le font savoir.

Mais celà, les biens pensants de droite comme de gauche considèrent que c'est du racisme! Le général de Gaulle était donc un raciste! Tout gaulliste sincère est donc raciste et donc, tout français attaché à sa culture judéo-chrétienne, à l'histoire millénaire de son pays, à son passé fabuleux, ses luttes de libération, ses combats pour l'égalité des femmes par rapport aux hommes, et j'en passe, sont des racistes. Oui il y a quelque chose de pourri dans la tête de ces bien pensants!

Gérard Brazon

*******

Midi Libre

Résister semble un mot gardois, cévenol, camisard. Il est gravé depuis trois siècles sur un mur de prison de femmes, dans la tour de Constance à Aigues-Mortes. “Résistance” fut un mot choisi par Marine Le Pen pour commenter la démarche des électeurs qui ont choisi son bulletin dimanche.

Les Gardois furent les premiers d’entre eux. Les seuls à placer le Front national en tête d’un département français, avec 25,5 % des suffrages ; un quart des exprimés. Qui sont ces Gardois dont les ancêtres ont résisté aux dragons du roi pour leur liberté de culte ?

1 - Forte croissance démographique

Ils sont un peu plus de 700 000, après avoir gagné 13 % de population en dix ans ; presque le double de la croissance démographique française. Ces Gardois se comptent par dizaines de milliers dans chaque canton au sud, avec des populations qui ont capté jusqu’à un tiers de nouveaux venus.

Ils sont seulement quelques milliers dans les hauts cantons : légèrement plus qu’il y a dix ans, parfois un peu moins, comme au Vigan ou à La Grand-Combe. Il n’y a pas plus d’étrangers qu’ailleurs : 5,3 % dans le Gard et 5,8 % en France.

2 - Chômage plus élevé que dans l’Hexagone

Cette France en réduction associe les contrastes des cités, garrigues, montagnes et mer. Leurs points communs : la beauté de chaque paysage, le soleil et le chômage.

Avec 57 897 demandeurs d’emploi en février dernier (12,7 % des actifs), le Gard est dans la moyenne régionale (13,1 %), mais beaucoup plus élevé qu’en France (9,4 %). Les populations les plus pauvres paraissent en revanche plus touchées.

L’Insee place “l’intensité de pauvreté” du Gard au plus haut des départements français, juste derrière Paris. 9,8 % de la population gardoise est couverte par le RSA, contre 6,2 % en France.

3 - L’emploi industriel a presque disparu

Pour ceux qui travaillent, le salaire est en moyenne de 10 % inférieur à la moyenne française. 52 % paient un impôt sur le revenu (c’est aussi la moyenne régionale), contre 59 % en France. Outre ses bons vins, le Gard rhodanien fournit 5 000 emplois industriels sur le site de Marcoule. Le réacteur Phénix est démantelé après 36 ans d’exploitation. La vallée réagit maintenant aux humeurs politiques autour du nucléaire.

Le bassin minier du Nord d’Alès a disparu depuis vingt ans. Cette région a gardé un pôle industriel ; chimique à Salindres, mécanique et métallurgique à Alès, avec des entreprises de plusieurs centaines d’emplois. Mais à Alès, les plus gros pourvoyeurs d’emplois restent l’hôpital et la mairie.

4 - Du rouge au bleu Marine

Ces Cévennes minières gardent un socle électoral communiste. Elles fournissent aux collectivités des maires et conseillers généraux PCF. Un peu comme l’Aveyron alimente l’église catholique en prêtres. Mais dimanche, ces Cévennes rouges ont fait se côtoyer Mélenchon et Le Pen. Le bleu Marine a su aussi gagner dix communes de la péninsule viganaise, qui a pourtant bien tourné la page d’une production textile florissante.

Nîmes, ses 141 000 habitants et ses deux garnisons, centralise de multiples services, commerces et PME. Mais pas de gros employeurs autres que la santé et la fonction publique. Comme Bagnols et Alès, ses électeurs ont placé Le Pen en troisième ou deuxième position.

5 - Saint-Gilles s’était donné un maire FN

Le plus large vote Front national se trouve donc au sud. Son économie est agricole et touristique, avec quelques exceptions comme Royal-Canin, Perrier, Les Salins, Deulep, la pêche au Grau-du-Roi...

Ce Sud connaît une démographie galopante et subit un marché de l’emploi fuyant et saisonnier. Au sud de cette petite France : Saint-Gilles. Elle avait donné à l’Hexagone le premier maire FN d’une ville de plus de 10 000 habitants. Son contrat fut écourté de mars 89 à juin 92. Depuis octobre 2010, des divisions à droite et une élection anticipée ont propulsé à sa tête un maire socialiste. Et dimanche, 35,4 % des voix ont rappelé le poids électoral de Le Pen.

LA CAMARGUE FRONTISTE

 

Cette terre de tradition camarguaise est aussi frontiste. L’installation de Gilbert Collard il y a dix ans à Gallician (commune de Vauvert), n’y est pour rien. D’ailleurs, lui-même n’était pas Lepéniste à l’époque. Il faut chercher autre part l’origine d’une forte implantation du Front national en Camargue.

Sans trop savoir quel lien est fait avec l’extrême droite, on invoque le culte d’une nation camarguaise favorisant un repli sur soi, ses valeurs, ses coutumes, son peuple. Une thèse parmi d’autres. Une suggestion pour quelques votes affichés et revendiqués, justifiant des cas isolés, mais pas le vote de masse. Elle n’explique pas non plus le vote frontiste de villages cévenols, de la Vaunage ou de l’Uzège, qui ne sont pas allés chercher leur bulletin sous les sabots d’un cheval blanc.

 

DÉLINQUANCE

 

Associer crimes et châtiments électoraux est une analyse comme une autre. Ce thème est récurrent dans l’explication de vote. En début d’année, la cour d’appel de Nîmes a donné une tendance par la voix de l’avocat général doyen. À Nîmes, il évoque « une délinquance avec des taux très élevés, des agressions très graves y compris des attaques à domicile ». 61 000 procédures sont traitées dans l’année par le parquet de Nîmes.

À Alès, il parle d’une « criminalité violente et d’une économie souterraine avérée et d’un grand banditisme local ». 11 683 procédures y sont traitées. Régulièrement, les magistrats pointent un sous-dimensionnement des effectifs par rapport à l’activité. Peu après, le préfet du Gard a fait un bilan plus encourageant. La délinquance de proximité a baissé « de près de 6 % en un an », dit-il. Vols à main armée, de véhicules, cambriolages ont diminué de 32 % en dix ans dans le Gard. Que dit l’Insee ? L’institut donne les derniers chiffres pour 2009.

Il y a eu 742 crimes et délits pour 100 000 habitants dans le Gard, contre 660 en moyenne française. Et 4 064 vols (pour 100 000 habitants), contre 2 908 en France. Le Gard est donc mal placé. Quant aux sanctions pénales, il nous est difficile d’en juger. Un fait est à signaler : les avocats gardois sortent de plusieurs semaines de grève pour contester la sévérité des décisions de la cour d’Appel. Autre réalité : le 1er janvier 2010, le tribunal d’instance du Vigan a fermé ses portes, envoyant les justiciables (prévenus, victimes ou simples usagers) à trois heures de route vers les tribunaux d’Alès ou Nîmes, selon la nature du dossier.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 02/05/2012 02:19


C'est dans le sud qu'il y a le plus de problèmes ,le vote pour Marine apparait donc logique...malgré la désinformation de la mafia médiatique tout le pays se réveille ,les journaux retournent aux
invendus ,les journalopes iront pointer au chomage ,pour ma part j'ai voté Sarkozy en 2007,Marine au 1 er tour et j'adhère au FN ,cependant je revoterai Sarkozy au 2eme tour ,car le vote
blanc est la porte ouverte aux intolérants de gauche . 

Marie-claire Muller 26/04/2012 14:39


Oui Michéle c'est une superbe région appartenant à notre superbe Pays!!!! mais à voir ce qu'en font  ceux qui nous colonisent il est  grand tempsde réagir, puisque rien n'est fait pour
protéger les citoyens. Marine est la seule en qui subsiste encore l'amour du Pays,la seule qui n'a pas abdiqué devant le politiquement correcte et le laxisme clientéliste ambiant!


LE PEUPLE JUGERA ET DEMANDERA DES COMPTES A TOUS CES VENDUS QUI LAISSE LE PAYS S ENFONCER!!!!


"Vous avez voulu acheter la paix au prix du déshonneur vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre"(Winston Churchill)


Quant à ces torchons(ces merdias) qui nous servent de la désinformation et qui occultent volontairement l'état catastrophique du Pays je leur souhaite de faire faillite.

Rigal Michele 26/04/2012 12:59


Analyse de M L légérement stéréotipée dommage


quant au score de Marine Le Pen il ne pouvait en etre autrement. L ennui de suporter toutes ces incivilités a longueur de journée les gardois et gardoises l ont fait savoir publiquement et il est
inutile d essayer de les faire changer d avis. Les deux prétendants au trone elyséen n ont aucunes chances les gardois sont testards quant à moi je suis fiere d appartenir à cette région et je ne
suis pas la seule