Le Grand orient préfère-t-il Adolf Hitler au cardinal Vingt-Trois?

Publié le 15 Novembre 2012

NOVEMBRE 2012 par VINI GANIMARA Riposte Catholique

 

Le communiqué du Grand Orient (dit par antiphrase ou par dérision de France ) condamnant les propos du cardinal Vingt-Trois contre la dénaturation du mariage a déjà fait couler beaucoup d’encre et de salive. Mais il vaut la peine d’y revenir de plus près. Nous verrons ainsi à quel point les présupposés philosophiques de la franc-maçonnerie sont étrangers à la civilisation chrétienne, bien sûr, mais même à la civilisation tout court.

Voilà ce que déclare la « première obédience maçonnique » (si vous ne me croyez pas, ce communiqué est actuellement en ligne ici - mais peut-être n’y restera-t-il pas: on peut imaginer que les auteurs, rouges de confusion, se rendant compte de l’énormité du propos, le retirent prudemment!…):

La définition des droits de la personne ne dépend que de la volonté collective des hommes.

Le Grand Orient de France condamne fermement les propos de l’Église Catholique au sujet du projet de loi sur l’ouverture du mariage civil à tous les couples qui sera présenté au Conseil des Ministres mercredi prochain.
Ainsi, l’évocation par le Cardinal André Vingt-Trois de  » mutations profondes de notre législation qui pourraient transformer radicalement les modalités des relations fondatrices de notre société  » témoigne de positions arriérées voire obscurantistes en décalage complet avec les nécessaires évolutions sociales et politiques de notre temps.

Ce projet de loi vise à assurer une reconnaissance républicaine du libre choix matrimonial des individus qui le souhaitent, au nom de l’égalité des droits.

Au nom de la Laïcité, le Grand Orient de France rappelle que les Églises doivent se restreindre à la seule sphère spirituelle, et ne pas interférer, par des imprécations stigmatisantes et des amalgames violents et haineux, avec les légitimes débats publics et démocratiques qui président à l’évolution et au progrès des droits civils.

Je vois mal comment les propos du cardinal cités par le GODF pourraient témoigner de positions arriérées. Si nos interlocuteurs maçonniques ont appris à lire la même langue que nous, ils remarqueront que les propos cités ne sont qu’un constat et non une thèse. Ils peuvent, bien sûr, contester que le prétendu « mariage » homosexuel modifie radicalement les relations fondatrices de notre société (je leur souhaite bon courage!), mais ils ne peuvent rien en déduire sur les « positions arriérées, voire obscurantistes » du cardinal. Car, enfin, il ne manque pas de partisans de cette dénaturation du mariage qui partagent le constat avec l’archevêque de Paris – pour se féliciter, eux, que l’on en finisse avec le patriarcat ou Dieu sait quoi encore. On peut partager un constat et en déduire des conséquences politiques rigoureusement opposées.

Mais, là n’est pas le plus important.

Ce qui me semble gravissime, c’est l’assertion finale:

Je note que la laïcité est majusculaire au GODF et rien que cela suffirait à m’inquiéter! Mais, surtout, il est faux qu’au nom de la laïcité (en bon français, on dit « laïcisme », mais, décidément, on a des difficultés avec la langue de Molière rue Cadet!), les Eglises soient tenues de se  restreindre à la seule sphère spirituelle.

Le voudraient-elles, d’ailleurs, qu’elles ne le pourraient pas, car – cela a peut-être échappé aux bons « frères » en tablier de cochon! – les fidèles sont aussi des citoyens: si la morale que nous apprenons dans nos familles et nos Eglises nous interdit de rester inertes devant l’abrogation par décret de la famille naturelle, nous aurons un comportement politique spécifique. On peut éventuellement le déplorer, mais on ne peut rien y faire. Ou, plus exactement, on ne peut y faire qu’une chose: priver du droit de vote les catholiques. Comme me le faisait remarquer mon excellent confrère Daniel Hamiche, au nom de la « non discrimination », il faudrait, par conséquent, priver aussi du droit de vote les musulmans, les juifs, les protestants, les bouddhistes, et tous les fidèles d’une quelconque religion.

Plutôt que de publier ce communiqué incohérent, le Grand Orient aurait pu écrire plus simplement:

Au nom de la Laïcité, seuls les Français initiés au GODF ont le droit de vote.

Ce qui évidemment simplifierait les « légitimes débats publics et démocratiques »! Au passage, vous avez remarqué qu’ils ont le front de parler de « légitime débat »? Personnellement, étant complètement « arriéré, voire obscurantiste », je ne crois pas qu’il soit légitime de demander au parlement de changer un homme en femme.

Mais il faut être singulièrement gonflé pour oser parler de débat, alors que, précisément, la seule réponse que nous ayons obtenue, c’est: circulez, y a rien à voir. Les Français ont voté pour Hollande, ils auront le programme de Hollande. Même si les électeurs de Hollande (je veux dire, les vrais, ceux du premier tour) étaient moins de 25% du corps électoral.

Même si cette promesse de campagne n’a que fort peu motivé le vote Hollande (alors qu’une partie non négligeable du vote Sarkozy, on l’oublie trop, a été motivé par le refus de cette mesure). Et même si, d’ailleurs, il est parfaitement évident que le programme de Hollande n’est quasiment pas entré en ligne de compte dans le vote Hollande: les Français voulaient virer Sarkozy; ils auraient voté pour une autruche pour obtenir ce résultat (pardon pour les autruches, je n’ai rien contre elles, c’est le premier nom d’animal qui m’est venu à l’esprit…). Bref, il faut la mauvaise foi (si j’ose dire, camarades rationalistes!) d’un frère la gratouille pour oser parler de débat dans cette affaire.

Quant aux amalgames violents et haineux, alors, là, ça déclenche un gigantesque éclat de rire: parler de mutations de société, c’est un amalgame? C’est violent? Mais ces gens ne savent donc ni lire, ni écrire?

Mais je m’égare: revenons à nos moutons. Le GODF en est donc resté à la conception de la « laïcité » de 1793: vous êtes catholique, allez zou, au rasoir national!

Au moins, ça a la tranquille sérénité de la constance! Mais, alors, ne venez pas nous parler d’évolution de la société. Nous, figurez-vous, nous vivons au XXIe siècle, pas à la fin du XVIIIe!

Chers amis lecteurs, je ris pour éviter de pleurer, mais, quand je redeviens sérieux, je lis dans ce communiqué des propos clairement totalitaires:

1) Le GODF refuse aux catholiques le droit de parler, au nom de leur foi, dans l’espace public. Pour le dire simplement, il nous force à choisir entre nos libertés religieuses et son laïcisme. Le choix est vite fait!

2) Le GODF prétend nous offrir comme base de discussion, comme principe quasi religieux, l’idée que « la définition des droits de la personne ne dépend que de la volonté collective des hommes » (je précise que la phrase est en gras sur le site maçonnique et que cette insistance n’est donc pas due aux élucubrations de votre serviteur).

Eh bien, voilà très exactement le principe commun au GODF, à Joseph Staline, à Adolf Hitler, à Maximilien de Robespierre, à Pol Pot et à quelques autres.

Cela a peut-être échappé au Grand Orient, mais le IIIe Reich était un Etat de droit, dans lequel, comme dans l’Etat rêvé par les maçons, les droits de la personne ne dépendaient que de la volonté collective des hommes. Faible garantie en vérité! Demandez aux Juifs, demandez aux koulaks, aux Vendéens, aux Arméniens, ou aux enfants à naître, tous exterminés légalement, dans le plus strict respect des droits de l’homme - le seul hic, mais il est de taille, c’est que la volonté collective des hommes a malencontreusement décrété que ces personnes n’étaient plus des hommes.

Le Grand Orient de France a, par ce communiqué, au moins un mérite: il situe l’enjeu du combat dans lequel nous sommes à son exact niveau: soit nous suivons le cardinal Vingt-Trois, nous considérons que la dignité de la personne humaine nous échappe, et nous maintenons la civilisation; soit nous suivons le GODF, nous considérons que le droit est sujet à toutes les manipulations, et nous glissons (mais, hélas, nous y sommes en plein et depuis fort longtemps!) dans la barbarie totalitaire. Là aussi, notre choix est vite fait!

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Claude Germain V 15/11/2012 16:13


Et pourtant depuis quelques temps ou temps certains, combien de "Mises en 'sommeil " suivis de " Morts évidentes" appliquées par un certain nombre de membres ,freres et soeurs de ces dites "
vénérables loges " en complète déliquescences  , dont un nombre toujours plus grandissants de membres passent le " pont " de la conscience claire pour se diriger vers des "milieux " plus
spirituels et plus droits ...



Le monde maçonnique part irrémédiablement  vers le gouffre de la décrépitude morale ... malheur aux puristes en recherches de lumière qui tentent et bientôt tenteront de survivre dans ce
cloaque d'égos puants et diaboliques . La recherche du pouvoir et la glorification des affaires ne sont que la pestilence d'un système qui craque ... Jakin et Boaz se fissurent
...


NOS CATHEDRALES ,chefs d'œuvres du Compagnonnage mystique et spirituel ,emblèmes de notre civilisation Judéo-chrétienne sont souillées au pied tel Saint Denis ,la gloire
de la France , par les "voyous djeunes" avec la complicité de loges et d'Obédience impies ...   ..................et TOUT le monde politique UMP.S.


Salomon , toi le divin pacifique ,retiens ta colère ,contre les impies qui se disent de ton nom et qui le souillent ... honte a ces parjures !!!!!!!


LA MACONNERIE VRAIE ET PURE EST ENTIEREMENT A NETTOYER VOIRE A RECONSTITUER , AU MIEUX A RE-CREER …


J'ai dit...

Claude Germain V 15/11/2012 15:32



marco 15/11/2012 14:50


je répondrais au grand orient de France qu'il n'est pas lui non plus habiliter a s'immiscer dans les affaires de religion.

J.F. B 15/11/2012 14:24






Merci M. Claude Germain V. Edifiant  la "marche" du G.O.D.F, qui lui aussi devrait faire son aggionamento avant de jeter des pierres dans le jardin du catholicisme et refuse d'en
jeter dans celui de l'islam ô combien signifiquement plus gravement dangereux pour Notre Démocratie, Notre République, Notre Laïcité, Nos Libertés formelles, Notre Liberté absolue de conscience.
J'ai dit... Ci-joint l'article qui ma été publié sur R.L


 



Si vous voulez vraiment défendre la laïcité, n’attendez rien du GODF !


Posted on 3 septembre 2012 by
Jean-Robert Bernard
- Article du nº 267


En effet dans ce très bon numéro 266 de Riposte Laïque, deux articles (Hubert Sage et Kamel Dahamat) interpellent le G.O.D.F. Surprenant peut-être par les temps tristes et dangereux qui
courent, de demander à une obédience maçonnique en l’occurrence le G.O.D.F, à la fois de nous protéger des  » islamo-fascistes »et de lutter contre  » le totalitarisme » de
l’Eglise catholique. Rien que ça.


C’est beaucoup demander à cette Obédience, en extériorité, alors qu’elle a plutôt des difficultés en intériorité. Très préoccupée, qu’elle est, par sa chasse à sa chasteté virtuelle du
politiquement correct, et de travailler discrètement à l’émancipation de ses « adhérents » sur les deux hémisphères. Et puis n’est-elle pas, elle aussi, dans l’intemporel, comme les
trois anciennes et n’a pas le temps ainsi de s’occuper de qui appartient à César ? Pourtant n’est-elle pas celle qui se réclame d’être la seule à avoir « les pieds dans l’argile » ?


En conséquence à mon avis,  au prochain Convent il ne se passera pas grand chose, sinon le renouvellement des élites nationales, qui se garderont d’inscrire des onomatopées du style « à
bas la calotte » après vive La République à l’issue des « réunions » obligatoires.


En effet le G.O ne s’ouvrira pas aux femmes et il n’entreprendra aucune action contre les dangers potentiels contre la loi du 9 décembre 1905 que portent les religions monothéistes et notamment,
et encore moins,  sur la plus récente des trois qui, elle, affiche haut et clair son dédain sur la démocratie, sur le respect des autres, sur le respect de la Femme, sur  le respect des
Valeurs républicaines et notamment sur le respect des Lois Humaines civilisatrices qui le permettent.


Seul l’ancien sérénissime Grand Maître, dans son blog, a élevé le ton sur les dangers que faisaient courir à notre République les Religions, dites  grandes, et notamment la cadette.


Donc silence radio et comptes rendus éventuels, à postériori, des grandes réflexions, sur la marche irréfragable de l’Humanité.


Peut-être que les responsables actuels de notre Pays pourraient lui demander de « faire un travail » sur :


- le mariage (pardon, »l’union ») des homosexuels,


- le vote des étrangers à nos élections démocratiques dites locales.


Sait-on jamais ?


Le G.O.D.F continuera, comme sous les Monarchies, comme sous Napoléon, (Laïcité en moins) comme sous les Cinq Républiques, comme sous De Gaulle, comme sous Giscard, comme sous Mitterrand, comme
sous Chirac, Sarkozy et Hollande à discourir inlassablement sur la Laïcité (Commission permanente) et à ne rien faire publiquement quand celle-ci est gravement menacée.


Merci Messieurs pour vos articles sur la défense de nos valeurs de La République. 


Jean-Robert BERNARD


 

Claude Germain V 15/11/2012 11:49


Suite ... document "Roparz la bete immonde " ,pratiquement le document le plus complet sur la collaboration Socialo-Communiste asservie aux systeme Nazie ..


LA HONTE !!!! et depuis la Declarations des Pseudos droits de l'homme totalitaristes et du citoyen esclave de 1789 ,   Rien strictement rien n'a changé en France ,meme
en pire en 2012 ...


 


1944. Soumission, deuxième acte
Adresse au général de Gaulle. 18 octobre 1944
"Le Conseil de l'Ordre maçonnique de France, réuni pour réveiller ses loges, adresse au général Charles de Gaulle, président du gouvernement provisoire de la République française, l'expression de
sa profonde admiration pour son attitude courageuse et son action persévérante qui, au milieu des pires difficultés, ont permis à la France de recouvrer son idéal de liberté et ranimé en elle le
sens de l'honneur, sa foi démocratique et sa confiance en la grandeur de sa destinée.
Les adeptes de la Franc-Maçonnerie française le remercient vivement ainsi que son gouvernement, d'avoir abrogé les lois du pouvoir illégal de Vichy et de leur permettre ainsi de travailler dans
le calme de leurs temples au perfectionnement moral et matériel des hommes, sous l'inspiration de leur belle devise qui est celle de la République : Liberté, Egalité, fraternité.
Partisans de l'union de tous les bons Français qui n'ont pactisé ni avec l'ennemi de l'extérieur, ni avec les traîtres de l'intérieur, les Francs-Maçons français dignes de ce nom, confiants en
lui, aideront de toutes leurs forces le gouvernement qu'il préside à rénover toutes les activités spirituelles, politiques et économiques de la France, pour élever les coeurs, redresser les
moeurs, rétablir la prospérité du pays, donner au travail la place qui doit lui appartenir dans une société vraiment solidaire, assurer à tous les Français des deux sexes de tous les âges, par
leur participation selon leurs forces et leurs talents, à la production commune et au développement de l'économie sociale, une vie de libre dignité à l'abri du besoin, et préparer toutes mesures
et toutes ententes pour rapprocher les peuples et assurer la paix du monde..."   
Réveiller ses loges : autant dire qu'elle n'étaient pas résistantes

Le pouvoir de Vichy est devenu illégal quand il a été abattu. C'est ce qui s'appelle de l'opportunisme

Les "bons Français" contre les "traîtres" : là encore, soumission aux critères des gouvernants. Vive l'épuration quand on se met du bon côté !     

Comme Pétain, de Gaulle ne répondit rien. Il n'envoya même pas un accusé de réception. Mais les quatre grandes obédiences maçonniques furent largement indemnisées, au titre des dommages de
guerre.

Claude Germain V 15/11/2012 11:34


EH oui selon les circonstances il a préféré Adolphe .Si vous en voulez d'autres ..... a votre service ...... parce qu'apres il y a eu le retournement de veste .Alors le G.O ferait mieux
,avant d'attaquer le clergé français qui d'ailleurs ne vaut pas mieux puisqu'il est dhimmisé , ferait mieux de baisser la tete ,se faire petit ...... tout petit ....J'ai dit ... 


 


1940 : Soumission du Grand-Orient
Le Grand-Orient n'est pas vraiment un phare de la résistance à l'oppression.
Voici la lettre d'Arthur Groussier, président du Conseil de l'Ordre, au maréchal Pétain. 7 août 1940.
 
A M. le Maréchal Pétain, chef de l'Etat français

Monsieur le Maréchal,
Devant les malheurs de la patrie, tous les Français doivent consentir les plus grands sacrifices ; mais en est-il de plus douloureux que celui de détruire l'oeuvre à laquelle on a donné le
meilleur de sa pensée et de son coeur ? Si pénible que celà nous soit, nous croyons accomplir notre devoir présent en nous soumettant à la décision du gouvernement français concernant la
Franc-Maçonnerie du Grand-Orient de France, tout en vous présentant, en raison des mensonges répandus sur cet Ordre philosophique, une déclaration aussi solennelle que respectueuse.
Dans l'impossibilité absolue de réunir l'Assemblée ou le Conseil qui détiennent les pouvoirs statutaires en cette matière, mais nous appuyant sur la confiance qui nous a maintes fois été accordée
et prenant l'entière responsabilité de notre charge, nous déclarons que le Grand-Orient de France cesse son fonctionnement et que toutes les Loges qui en relèvent doivent immédiatement renoncer à
poursuivre leurs travaux, si elles ne l'ont déjà fait.
Sans doute, comme toutes les institutions humaines, la Franc-Maçonnerie française a eu ses faiblesses, mais durant ses deux siècles d'existence, elle compte à son actif de belles pages d'histoire
depuis les encyclopédistes jusqu'au maréchal Joffre, vainqueur de la Marne. Elle a brillé par sa grandeur morale, elle ne peut rougir ni de son idéal ni de ses principes. Elle succombe victime
d'erreurs à son endroit et de mensonges, car dans son essence elle a le respect de la pensée libre, des convictions et des croyances sincères. Elle a toujours honoré le travail. Son but suprême
est l'amélioration morale et matérielle des hommes dont elle voudrait poursuivre l'union par la fraternité. Elle a conscience, dans les événements douloureux que la France vient de traverser, de
n'avoir failli ni à sa tradition, ni au devoir national. A de nombreuses reprises, elle a fait appel aux bons offices du président Roosevelt dans le but de maintenir la paix entre les peuples et
c'est le coeur saignant qu'elle a vu se déchaîner l'effroyable conflit.
Combien d'hommes politiques et autres a-t-on prétendu être Francs-maçons qui ne l'ont jamais été. Et comme l'on se trompe facilement en affirmant que le Grand-Orient de France, dans les vingt
dernières années, a été le maître du pouvoir ou son serviteur.
Il n'a jamais non plus subi une direction étrangère, notamment celle de la Grande-Loge d'Angleterre avec laquelle il n'a aucun rapport, ni officiel ni officieux depuis 1877. En sens contraire, il
n'a jamais cherché à influencer aucune puissance maçonnique d'autre pays, qui ont toujours eu le haut souci de leur indépendance nationale.
Si, actuellement, nous ne pouvons donner personnellement la preuve de nos affirmations, puisque nos archives ont été saisies au siège et à nos domiciles par les autorités d'occupation, il doit
exister en France non occupée une documentation qui peut sans conteste en démontrer la véracité.
On insinue que nous sommes aux ordres de la finance internationale. Les signataires de cette lettre qui figurent parmi les plus hauts dignitaires de l'Ordre maçonnique sont restés de situation
modeste ; la simplicité et la dignité de leur vie, faciles à contrôler, leur permettent de dédaigner une si déshonorable imputation.
La Banque de France est le seul établissement bancaire, avec les chèques postaux, où le Grand-Orient de France possède un compte courant. Des titres, au reste bien modestes, sont des titres
français : rentes sur l'Etat et Bons de la Défense nationale.
Enfin, le principal grief qui est fait, c'est d'être une société secrète, ce qui est encore inexact au sens légal du mot. Le 3 janvier 1913, le Grand-Orient de France devenait une association
déclarée, ayant personnalité civile en déposant ses statuts et en renouvelant tous les ans, à la préfecture, le dépôt des noms de ses trente-trois administrateurs. Il suffit du reste de consulter
l'annuaire universel Didot-Bottin-Tome Paris pour trouver aux "Professions" à la rubrique "Franc-Maçonnerie" toutes les indications du Grand-Orient de France avec les noms et professions des
membres du Bureau.
Le Grand-Orient de France comptait parmi les forces spirituelles qui composaient notre nation. Sa fermeture suffira t'elle à apaiser certaines haines ? Puisse-t-elle au moins aider au
rapprochement de tous les Français qui, avec des tempéraments différents, ont l'intention de travailler loyalement au redressement moral et à la prospérité de la France.

Nous vous prions, Monsieur le Maréchal, de vouloir bien agréer l'assurance de notre profond respect..."   

Langage pétainiste dès le départ : "malheurs de la patrie", "sacrifices".


Soumission totale, c'est-à-dire absence complète de résistance, et promesse de faire régner la soumission.


A aucun moment, il n'est question de défendre la République, qui est pourtant la référence des Francs-maçons. Le mot "République" n'est jamais cité.


L'Angleterre a déclaré la guerre à l'Allemagne, et de Gaulle s'y est réfugié...


Pour complaire aux clichés de l'époque, on s'éloigne au maximum de l'image du Juif, financier cosmopolite. Le Franc-Maçon se veut franchouillard.

S'adresser au chef de l'Etat pour lui demander de consulter le Bottin : l'argument-choc...

Adhésion aux mots d'ordre pétainistes de la révolution nationale et de l'ordre moral.

... notre profond respect...     

         Lors du Convent du Grand-Orient de 1945, Arthur Groussier revendique pleinement la paternité du texte. Il a tout fait pour qu'on ne poursuive pas les
Francs-maçons. Il remarque que, pendant toute la durée de la guerre, aucun Franc-Maçon ne lui a adressé de reproche pour cette lettre. Les frères moralistes ne sont pas non plus des modèles
de la résistance à l'oppression.
Il rajoute :
 
"Mon sentiment était que pesait sur moi la responsabilité du sort des Maçons. Il ne fallait pas qu'un acte de moi pût servir à faire traiter les Maçons, puisqu'on en avait la liste, comme on a
traité les Juifs. Les Maçons qui ont été poursuivis et maltraités l'ont été comme résistants, et non pas comme Maçons."     

Les protégés d'Otto Abetz et de Pierre Laval
Les Allemands s'intéressaient au début de la guerre aux Francs-maçons, qu'ils soupçonnaient d'être à la solde des Juifs et de l'Angleterre.
 
"Les Allemands étaient partis de cette idée que les maçonneries française et anglaise étaient liées contre eux. Ils en revinrent, et nous auraient laissés relativement tranquilles, si ce préjugé
n'eut été ressuscité par le service de Vichy, nous tenant responsables de la guerre"
Témoignage de Michel Dumesnil de Gramont, président du Conseil fédéral de la Grande Loge de France.
Cité par D. Rossignol -voir sources- p 96     

        Otto Abetz, ambassadeur d'Allemagne à Paris, avaient depuis plusieurs années de fortes amitiés maçonniques en France. Certains auteurs affirment même qu'il
était Franc-Maçon. Quoiqu'il en soit, les Allemands interrogèrent les dignitaires mais ne les emprisonnèrent pas. Ils finirent par se désintéresser des affaires maçonniques.
        La prétendue persécution fut le fait des Français. Dans le contexte de guerre, elle fut bénigne. Le gouvernement de Pétain entama une propagande
anti-maçonnique. Il fit p