Le Grand remplacement Par Sègolène de LARQUIER. Préface Gérard Brazon

Publié le 6 Novembre 2014

Attention à ne pas donner des outils et des arguments à une socia-lie qui ne rêve que de ça. Des débats sans fin dans la sphère des patriotes. L'heure est à l'union et il sera bien temps de se chamailler par la suite sur la façon de faire. Ce qu'il faut c'est éviter l'islamisation de notre pays et Marine Le Pen n'a jamais dit le contraire.

Gérard Brazon

Le Point.fr

Hommage.Renaud CamusJanv2012-Marine Le PenDivers 2107

Renaud Camus, Marine Le Pen, Bruno Gollnisch

"Le concept de grand remplacement suppose un plan établi. Je ne participe pas de cette vision complotiste." Cette sentence de Marine Le Pen dans l'interview qu'elle a accordée au Journal du dimancheest loin d'être anodine. En s'exprimant ainsi, la patronne du FNaffiche son refus de se radicaliser davantage sur les questions de l'islamisme et de l'immigration, comme l'y poussent certains de ses électeurs d'extrême droite plutôt exaltés proches des identitaires. 

Une façon d'essayer de gagner en respectabilité et de rassurer ceux parmi les électeurs issus de la gauche qui pourraient basculer vers le FN. "Marine Le Pen ne veut pas ajouter de l'huile sur le feu en cette période trouble. L'objectif n'est pas de diviser davantage les Français mais de les rassembler", explique un proche de l'ex-candidate à l'Élysée. Voire ! En réalité, la réponse de Marine Le Pen est en trompe-l'oeil : pour le FN, le "grand remplacement" a commencé en France... Et ses lieutenants dédaignent les précautions oratoires.

"Inversion des flux migratoires"

Le "grand remplacement" ? Il s'agit de la disparition en France du peuple blanc, européen et de tradition catholique au profit de populations noires, arabes et musulmanes, une théorie élaborée par le penseur d'extrême droite Renaud Camus. "Pire que la guerre de Cent Ans, cette crise (le grand remplacement) est la plus terrible que notre peuple ait eu à affronter", répète Camus en accusant pêle-mêle les juges, les journalistes, les hommes politiques d'appartenir au camp des "remplacistes". Âgé de 68 ans, cet ex-militant homosexuel membre du PS s'est exprimé en faveur du FN en 2012. 

Certes, Marine Le Pen est loin d'être sous l'emprise de Camus. Pour la dernière présidentielle, la patronne frontiste plaidait pour une réduction de l'immigration légale à 10 000 entrées par an, tandis que l'écrivain exhorte à l'inversion des flux migratoires avant que "ne s'achève la colonisation de peuplement de notre pays". Si Marine Le Pen refuse de faire sienne cette expression du "grand remplacement", c'est parce qu'elle ne souhaite pas laisser entendre que le FN serait adepte de la théorie du complot et qu'il pourrait partager une conception racialiste du monde. Elle préfère se concentrer sur la dénonciation du phénomène de "l'immigration massive".

Divergences

Au sein du FN, on juge que "le grand remplacement est un phénomène démographique" bien réel. À commencer par le président d'honneur et fondateur du parti Jean-Marie Le Pen. Âgé de 86 ans, le vieux chef, qui carbure au Coca-Cola - il ne supporte plus l'alcool et n'aime pas l'eau -, ne manque jamais de faire partager le risque que "l'immigration massive" et le "changement de population" font courir à la France. Même son de cloche chez de nombreux élus frontistes. 

"Certes, il n'y a pas de plan établi, mais le phénomène du grand remplacement existe. Et, contrairement à ce que pense Marine Le Pen, ce terme n'est pas malheureux. C'est le résultat que nous constatons chaque jour de nos yeux", explique au Point.fr le député européen Bruno Gollnisch. Quant à Nicolas Bay, il propose d'inverser les flux migratoires "en mettant fin au renouvellement automatique des titres de séjour, en s'appuyant sur la binationalité ou la naturalisation récente de certains criminels pour les déchoir de la nationalité française, en supprimant les incitations à l'immigration" (interview accordée au journal Présent en octobre). Un dirigeant frontiste décrypte : "Le grand remplacement offre deux lectures possibles : 1/ une théorie factuelle, celle du changement de population ; 2/ un complot : certaines forces agissent de façon délibérée pour mettre en oeuvre ce changement de population. Nous retenons la première."

La pression des identitaires

Dans les milieux d'extrême droite, Camus est une figure de référence. La sentence de Marine Le Pen contre "la vision complotiste" du "grand remplacement" a donc agacé, en particulier au sein de la mouvance identitaire. "Un FN qui renoncerait aux questions identitaires, ce serait Pamela Anderson sans seins", s'agace sur Twitter l'influent blogueur FdeSouche. "Le grand remplacement n'est ni un concept ni un complot : c'est un constat" a renchéri Philippe Vardon, patron de Nissa Rebela. Au sein de cette mouvance, nombreux sont ceux qui craignent que le FN de Marine Le Pen ne "perde son âme" à cause de calculs politiques. 

Depuis plusieurs semaines, une vague de courriers déferle au QG de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour se plaindre d'une ligne frontiste trop molle sur l'immigration et l'islamisme. Et un cadre frontiste de crier au complot : "Des militants radicaux emmenés par le blogueur FdeSouche et les identitaires font pression sur nous pour radicaliser le parti." À force de multiplier les clins d'oeil à la gauche et à l'extrême gauche, Marine Le Pen finit par mécontenter sur sa droite.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

ESSYLU 07/11/2014 19:46


Il ne s'agit pas de donner des arguments à l'UMPS il s'agit de regarder la réalité en face et de laisser s'exprimer les opinions sauf à considérer que le FN c'est l'UMP bis


L'islam n'est certes pas le seul problème à traiter (quoiqu'avec une immigration à 90% musulmane et dont le côut est de 84 milliards par an, le poids de ce thème est majeur) mais il n'est pas
pour autant à regarder avec la bêtise d'un ROCHEDY surtout quand il déclare que si les anti-Islam veulent créer un parti ils n'ont qu'à le faire en oubliant qu'alors l'effectif du FN tiendrait
dans une cabine téléphonique


 


 


 

lombard 07/11/2014 16:27


BONJOUR 


marine joue a un jeu dangereux et perdra bon nombres de voix en 2017 si elle n'eclaircit pas sa pensée  !! elle est en train de se tirer une balle dans le pied...et il ne restera plus que la
guerre civile.....

L'EN SAIGNANT 06/11/2014 18:24


Marine le Pen doit être claire sur le contenu politico-religieux de l'Islam dont aucun Français de Souche ne peut vouloir .! Et il serait dommage qu'elle se réfugie comme certains qui ont peur
d'affronter le fond du problème en se réfugiant derrière un prétendu et totalement virtuel Islam-Tolérant (et pourquoi pas démoctatique .?) Peut-il y avoir un NAZISME RÉPUBLICAIN .? et bien NON
.! Aussi en est-il de même de l'ISLAM ENTITÉ POLICO-RELIGEUSE TOTALITAIRE TOUT d'UN BLOC; À REJETER de MÊME .!

Pivoine 06/11/2014 18:10


Si elle continue sur cette lancée, Marine Le Pen est assurée de perdre en 2017 !!!