Le halalgoogle est né… Par Gérard Brazon

Publié le 29 Juillet 2013

Gérard Brazon Par Gérard Brazon pour Riposte-Laïque

Même Mahomet ne l’aurait imaginé et pour cause ! Qu’en pensent nos adorateurs du « vivre ensemble »? La volonté des islamistes de couper leur société de la nôtre, de nos cultures, de l’Occident, de Europe, de notre société française, républicaine et laïque est patente. Ainsi donc, il y aura des populations entières qui se verront interdites d’accès à des sites, des forums, des magasins, des blogs… déclarés haram (illicites d’un point de vue religieux).

Quel est le Manuel Valls qui ne pourrait pas être choqué par cette volonté de séparation des français en fonction de leurs croyances?

Quelle est la Christiane Taubira qui ne se sentirait pas offensée qu’elle soit supprimée des moteurs de recherche parce que non voilée, trop masculine, trop autoritaire, bref trop mec de pouvoir alors que la femme doit-être soumise à son mari et « trouver le paradis sous ses pieds« .

L’islamisation de nos sociétés est bien réelle et c’est la lâcheté de nos dirigeants qui l’encourage. Si ce n’est pire car être lâche fait partie de la condition humaine, mais n’est-ce pas aussi de la cupidité ? La traîtrise est la pire des choses…

En attendant nous voyons sous nos yeux les tentacules d’une société totalitaire qui s’avance sous le masque de la religion. Ils s’avancent vers vous  en habits de bergers. Mais sous les habits, ce sont des loups féroces disait saint Mathieu

*****

 Il est enfin là! Le Google musulman !

  La version bêta de Halalgoogling sortie le 7 juillet. Le nec plus ultra de la censure Google pour les  croyants coraniques. Surfer en sécurité avec le moins  d’influence du monde des infidèles impurs. La tâche pour tous les utilisateurs musulmans est : Trouver le Haram et le signaler à la Schariafilter peut être encore plus efficace. Après le  Facebook halal, appelé salamworld.com et le MFB – Muslim – Islamic -Facebook,  vient donc désormais le moteur de recherche haram google : Halalgoogling. Il se décrit ainsi : Notre vision est d’être le seul moteur de recherche numéro un dans la communauté musulmane. Tout le monde a le droit de profiter des possibilités offertes par l’Internet pour profiter,  apprendre ou travailler. Les fruits de réalisations scientifiques, références diverses pour récupérer des informations techniques aux échanges dans divers produits ou offrir des services, etc…. Toutefois, nous devons respecter le droit à nos opinions, nos mœurs et les intérêts de nos frères et sœurs du monde entier. Nous sommes ici pour s’assurer que le contenu ne viole pas les principes de la religion islamique.

Halalgoogling utilise un système de filtre spécial, les sites Web Haram (interdit) exclu le  contenu des résultats de recherche tels que la pornographie, la nudité, gay, lesbienne, bisexuel, le jeu, le contenu anti-islamique, et tout ce qui est haram selon la loi islamique ne peut  pas être affiché. Les utilisateurs sont même priés de signaler les contenus qui sont interdits par la Charia, de sorte que ceux-ci peuvent ensuite être bloqués immédiatement. Par exemple si quelqu’un  recherche   »sex toy », l’utilisateur reçoit le message  : »Aucun résultat trouvé ou vous avez cherché du contenu Haram (interdit) » .

Vous avez dit vivre ensemble ?

Gérard Brazon  (Puteaux-Libre)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

henri 29/07/2013 21:25


Plus de détails :


http://www.saphirnews.com/Ces-moteurs-de-recherche-qui-misent-sur-le-halal-pour-defier-Google_a17272.html


"



I’m Halal fermé




Les internautes pourront-ils vraiment profiter de ces services dans la durée ? En 2011, I’mHalal.com, un moteur de recherche halal du même type que Halalgoogling fermait ses
portes. 

Lancé en septembre 2009, « I’m Halal a du fermer ses services de recherche par manque de fonds », peut-on lire sur leur site
toujours accessible. Pourtant, l’aventure avait bien démarré. Quelques mois après son lancement, le moteur de recherche avait déjà attiré 10 millions de visiteurs uniques et recueilli près
de 70 millions de requêtes. Mais son créateur Reza Sardeha, un Koweïtien basé à Amsterdam, déplore ne pas avoir été soutenu par les investisseurs du Moyen-Orient qu'il avait
solicité.