Le Hezbollah sur le déclin? par Daniel Pipes

Publié le 26 Décembre 2011

Version originale anglaise: Hezbollah on the Decline?

Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Au cours de ses 30 ans d'histoire, le Hezbollah a pris de plus en plus d'ampleur, allant d'un simple groupe terroriste à une force politique majeure à l'intérieur du Liban. Mais maintenant, avec des sanctions économiques commençant à avoir un effet en Iran et le gouvernement de Syrie luttant pour continuer d'exister, le Hezbollah a affronté une période difficile qui pourrait être le signe avant coureur d'un effondrement.

Georges Malbrunot décrit les problèmes de l'organisation dans " Le Hezbollah affaibli par la révolte syrienne " dans Le Figaro (et disponible sans frais ici ). Il attire l'attention sur les problèmes suivants:

Saleh Ezzedine, financier du Hezbollah, surnommé le Bernard Madoff libanais.

  • Le régime iranien a réduit son soutien annuel au Hezbollah d'environ 25 pour cent, [estimé désormais] à 350 millions de dollars américains.
  • Si le régime Assad tombait, le Hezbollah perdrait son principal mécène.
  • L'organisation doit soutenir Bachar el-Assad, mais comme un observateur des Nations Unies le souligne, on ne sait pas pourquoi, au nom de la résistance, elle soutient les chiites à Bahreïn, mais pas le peuple syrien.
  • La reconstruction qui a suivi la guerre avec Israël en 2006 a apporté la corruption à l'organisation ; ceci est symbolisé [par le scandale de] l'un de ses financiers, Saleh Ezzedine qui dilapida 1,6 milliard de dollars [provenant d'économies de sympathisants]selon le système frauduleux de la combine à la Ponzi « chaîne de Ponzi ».
  • Parce que du fait des sanctions américaines contre le Hezbollah, les riches familles chiites de la diaspora ont, depuis, beaucoup diminué leur soutien.
  • Les problèmes de trésorerie ont incité le Hezbollah à fermer les yeux sur [le trafic] de familles chiites de la Bekaa produisant des drogues illicites, à condition qu'ils fournissent des renseignements au Hezbollah et en échange du versement d'une partie du revenu [une obole au parti.]
  • Son chef, Hassan Nasrallah, a donné des instructions à un groupe d'épouses de cadres du Hezbollah «Arrêtez de profiter de l'argent du parti pour jouer les bourgeoises. ».
  • Nasrallah a découvert, après l'assassinat de son proche allié, Imad Mougnieh que Mougnieh l'avait en fait trahi en mettant en place sa propre structure au sein du Hezbollah.
  • La CIA a infiltré le Hezbollah.

Commentaire: le Hezbollah jouit toujours d'une position de force au Liban, mais la campagne américaine contre Téhéran, Damas, et [le hezbollah] lui-même semble lentement porter ses fruits.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article