Le jeune Martin est-il moins important que des "jeunes" voyous.

Publié le 12 Avril 2010

             Un jour banal, comme tous ces jours qui sont des jours de bonheur que l’on ignore. Une balade avec son amie, tout va bien, ils sont heureux, l’avenir à du sens, demain est certain. Ils descendent d’un tramway. Elle ignorait que son ami avait rendez-vous avec l’enfer. Lui, il s’appelle Martin et il a 23 ans.

           Une quinzaine de jeunes, comme s’évertue à les appeler la bien pensance, n’aiment pas cette image de bonheur tranquille. Les futures bourreaux ont entre 15 et 20 ans. Ils vont s'acharner sur Martin! Il va hurler de douleur et de peur sous les yeux en larmes de son ami qui elle aussi hurle de frayeur. Ses cris alarme le voisinage. Martin est ensanglanté, et malgré deux coups de couteau pour l'achever il se traîne jusqu'au restaurant voisin.

       Aujourd’hui, on ignore les prénoms de ceux qui  l’ont battu à mort. Certains me diront que cela n’a pas d’importance ! Cela ne ramènera pas la bonne santé à Martin c’est certain et cela permettra aussi de ne pas trop se poser les bonnes questions comme celles-ci.

Pourquoi Martin ?

Pourquoi cette violence ?

Pourquoi cet acharnement ?

Pourquoi vouloir sa mort ?

Pour une cigarette ?

Je ne le crois pas.

 

Et si c’était parce ce qu’il s’appelait Martin ?

Parce qu’il était tranquille et heureux ?

Parce qu’il était la représentation de ce que ces jeunes haïssent le plus ?

Et ce n'était que le résultat d’un discours, d’une ambiance, d’un laissé faire?

D'un type de discours qui excuse tout, y compris l’inexcusable, comme les coups gratuits et la volonté de donner la mort un peu comme le disait Houria Bouteldja.

          

             A ce jour, les actualités nous informent de la garde à vue de deux  jeunes issus des quartier sensibles autres dénominations similaires aux quartiers défavorisés et autres quartiers difficiles qui recoupent toujours les même endroits qui sont les quartiers hors la loi, hors république.

          Bientôt on nous apprendra que ce sont probablement des jeunes défavorisés et en situation difficile bien connu des services de police. Des jeunes livrés à eux-mêmes, victimes de la déscolarisation pour les uns et du chômage pour ne pas oublier cette excuse suprême. En clair, victime de la société qui n’a pas su tenir compte de leur misère affective, sociétale, etc. Fin du couplet.

         Ces fameux  jeunes  que personne dans les médias n’ose nommer, de peur de l’ostracisme d’une partie de l’opinion, sont-ils si défavorisés ?

          Sur ce blog, je dis souvent mon agacement, pour le moins, de cette façon de dire et de positionner les gens en fonction de leur situation. Bien des citoyens français ont vécu dans les HLM depuis les années 70 et le plus souvent, ces HLM étaient une aubaine. Ils étaient mêmes enviés car ils avaient l'eau, la baignoire, le vide ordures à l'étage, etc. Bref, un luxe pour beaucoup.

         Pourquoi ce qui était vrai il y a 35 ans ne le serait plus aujourd’hui ? Parce que les ascenseurs ne marchent pas ou mal ? Parce que les boîtes aux lettres sont cassées, parce que les Halls d’immeubles sont squattés, parce que les caves sont dangereuses, et j’en passe ! Mais est-ce de la faute des office HLM ? Des villes, des Départements ? Est-ce que ce sont les Maire, les Président de Départements avec la horde de conseillers municipaux et généraux qui détruisent les immeubles et pourrissent les quartiers ? Bien sûr que non. Alors qui ? Tout le monde le sait ! Mais on préfère dire que c'est la société y compris les responsables de ces HLM.

 

            En 2007, il y avait un candidat aux Présidentielles qui nous a dit qu’il fallait rétablir la sécurité, qu’il allait passer le Karcher, en réponse à une habitante qui l’interpelait sur la dégradation d’un quartier. Un candidat qui semblait vouloir prendre le taureau par les cornes. Il y avait aussi cette gauche angéliste, cette gauche pacifiste qui n’ose jamais. Cette gauche qui confond Liberté et Sécurité, qui confond Liberté et Responsabilité, qui privilégie les  Droits aux Devoirs . Cette gauche qui s’écoute, se bat la coulpe et se confond en excuses permanentes.

En 2007, les français avait élu un homme qui devait leur apporter la dignité et la sécurité y compris et surtout dans les cités. Ou en sommes-nous ? Martin avait 20 ans. Le plus jeune de ses tortionnaires en avait 12 ans. Quel gâchis.

Mais pourquoi? Tout simplement parce que le courage politique n’est pas là ! Parce que des hommes politiques n’osent pas dire qu’un chat et un chat. Parce que des associations droits-de-l’hommistes s’insurgent et dénoncent.  Parce qu’une intelligentsia médiatique et artistique  n’a pas conscience que le jeu qu’elle jouent finira par se retourner. Que ce jour n’est plus très loin et qui fera que nous aurons le regret de ne pas avoir dénoncer le politiquement correct de la bien pensance.  

 Je suis pour la création de centres de rééducation pour ces voyous. Des centres qui permettront d’isoler ces délinquants afin de les confronter, de gré ou de force, à d’autres réalités. Ces jeunes ne sont pas des chiens ou des loups mais des chacals, voire des hyènes  qui doivent être confrontés à autres choses qu’à des gentils éducateurs. Des expériences sont réalisées avec succès aux Etats-Unis pour des récidivistes condamnés à une peine égale ou supérieur à 2 ans de prison.  En échange de leur accord, ils ne font qu’un an mais dans un centre de remise à niveau éducative. Mais même aujourd’hui, c’est à peine prononçable pour nos bien pensants. C’est politiquement incorrect de le dire.

Ce que les angélistes, ces nouveaux pacifistes de la gauche appellent des abus de langage ne sont pas, loin de là, la volonté de stigmatiser les uns par rapport aux autres mais simplement la volonté de parler vrai afin de mieux dénoncer les véritables auteurs de ce gâchis. Combien faudra-t’il encore de Martin avant que tout cela n’explose un jour. Combien de temps alors que des policiers vous disent que les armes sont déjà dans les cités et qu’aujourd’hui, il serait difficile de venir à bout d’une émeute armée.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Sacco 12/04/2010 19:15



"Ce blog est une bulle d'oxygène pour mon sentiment de citoyen baffoué,a force de voir ces actes quotidiennement,merci"


Oui merci Monsieur Brazon enfin un UMP qui ne mache pas ses mots. Rejignez le Front National de Jean Marie Le pen, venez rejoindre les vrais français et non pas les blingbling de l'Elysée.


Vive la France éternelle de Jeanne D'Arc !



El borak 12/04/2010 19:10



Ce qui pourrait etre marrant ,c'est que ces "JEUNES" savent ce qu'ils font et la gravité de leurs actes et de leur haine, mais ils s'en foutent pas mal, se marrent de la façon dont ceux de gauche
leurs trouvent des excuses, ils pensent que les Français sont des "tarlouzes",PS j'habite un hlm dans une cité, avec arret de metro fortement coloré (le pied !).


Plus ont les excuseras,chomage,ghetto etc...,plus ils pousseront le bouchon loin.


Leurs parents,arrière parents leurs inculquent des idées rétrogrades à coup de guerre d'Algerie,les blancs sont des méchants,et puis le film indigène,la France nous as trahie,j'en passe et des
meilleurs.


Alors ils cassent des arrets de metro,brulent des voitures,et maintenant saignent le méchant blancs,jusqu'ou excusrons nous l'inexcusable,jusqu'au point de non retour ?


Ce blog est une bulle d'oxygène pour mon sentiment de citoyen baffoué,a force de voir ces actes quotidiennement,merci


 



crystal78 12/04/2010 18:49



30ans ferme, pour l'exemple!!! et à chaque fois que de telles violences sont commises... ça pourrait être dissuasif



Duchnock 12/04/2010 18:17



Juqu'à quand va t'on pouvoir supporter ?