Le journal de Christophe D., policier à la BAC de Seine-Saint-Denis.

Publié le 12 Décembre 2011

Source Le Figaro

À l'heure où l'institution policière semble secouée par les scandales à répétition, prise en tenaille entre les affaires de corruption, à Lille comme à Lyon, et la violence de la rue, Le Figaro Magazine a souhaité rendre compte de la réalité des policiers de terrain. Car si la corruption fait tomber les têtes, la violence, elle, ne fait pas de quartier aux hommes en bleu. À Vitrolles, un policier est mort, blessé par balle à la tête à la suite d'une attaque à main armée. À Marseille, comme ailleurs dans les grandes villes de France, les policiers sont en première ligne face à la loi des gangs. Braquages, règlements de comptes et autres guerres fratricides. Pour comprendre cette réalité qui semble parfois sortie de la fiction, Christophe, brigadier-chef engagé au sein de la BAC départementale du 93 depuis sept ans, nous a ouvert les portes de son quotidien. Celui de la BAC. Trois lettres. Une unité: la Brigade anticriminalité. Une mission: la chasse au flagrant délit. Créée en Seine-Saint-Denis le 1er octobre 1971 par Claude Durand, policier et ancien résistant, la Brigade anticriminalité avait pour mission d'offrir une réponse adaptée à une délinquance croissante à la fin des Trente Glorieuses. Quarante ans plus tard, rien n'a changé. Ils sont aujourd'hui près de 3600 policiers en France - dont 80 en Seine-Saint-Denis - chargés, comme Christophe, de traquer la criminalité et les délinquants en tout genre.

 

Intervention dans un squat à Aubervilliers. Flash-Ball en joue, Christophe D. est là pour assister ses collègues qui viennent d'investir les lieux. (Jean-Pierre Rey)
Intervention dans un squat à Aubervilliers. Flash-Ball en joue, Christophe D. est là pour assister ses collègues qui viennent d'investir les lieux. (Jean-Pierre Rey)

 

Le brigadier-chef Christophe sait que lui et ses collègues sont souvent qualifiés de cow-boys, de chasseurs de flag' ou de têtes brûlées... Et pourtant, il a accepté d'être suivi pas à pas, et durant cinq mois, par le photographe Jean-Pierre Rey. Ce récit extraordinaire est une immersion totale dans le quotidien d'un policier ordinaire. Christophe a accepté de se livrer, de tout nous dire sur sa vie de flic, d'homme, de mari et de père. Il nous a confié ses doutes, ses colères et ses peurs parfois. Salaire, manque de moyens, dangers, le policier pose un regard critique sur son travail. Mais il évoque aussi un métier qu'il vit d'abord comme une passion, parle de son sens du devoir, de son engagement au service de la population, et de ses victoires - certes fragiles - quand l'ordre a été rétabli. Pour des raisons de sécurité, Christophe n'a pas souhaité que son nom de famille apparaisse dans ce témoignage.

La Seine-Saint-Denis, c'est de la bombe!» Ce n'est pas moi, mais Joey Starr, le fameux rappeur du groupe NTM, qui le dit dans l'une de ses chansons. Pour le policier affecté à la brigade anticriminalité du 93 que je suis, c'est en effet de la bombe et ça peut sauter à tout moment. La Seine-Saint-Denis, c'est le département le plus criminogène de France et l'atmosphère y est explosive. Le 93, c'est le très vaste théâtre de nos opérations. Mais ici, le décor n'est pas fait de carton-pâte. La réalité est aussi dure que le bitume des cités que j'arpente sans relâche et souvent aussi grise et triste que le béton de ces barres d'immeubles que l'on finit par connaître par cœur à force de les fouiller. Et puis, il y a l'âpreté de ce quotidien aussi oppressant et écœurant que ces effluves des cages d'escaliers où se mêlent les odeurs de cannabis, d'herbe, de cigarette, d'urine, et où les crachats qui jonchent les halls collent aux semelles, comme le désespoir et la misère se sont agglutinés dans ces murs... pour longtemps, semble-t-il.

 

Interpellation de trafiquants de drogue présumés à Aubervilliers, en soutien à la brigade des stupéfiants de la sûreté départementale. Les policiers les suivaient depuis des mois. (Jean-Pierre Rey)
Interpellation de trafiquants de drogue présumés à Aubervilliers, en soutien à la brigade des stupéfiants de la sûreté départementale. Les policiers les suivaient depuis des mois. (Jean-Pierre Rey)

 

Notre routine n'est pas gaie, mais surtout, elle n'a rien de banal. Notre train-train quotidien, c'est d'abord de l'imprévu. Tout, absolument tout, peut arriver à n'importe quel moment: braquage, règlement de comptes, vol à l'arraché, trafic de drogue, agressions en tout genre. L'inattendu fait partie de nos habitudes. Comme ce soir. Je me prépare à rentrer à la maison après une journée de boulot. Notre supérieur nous annonce un changement de programme: l'équipe est maintenue en place jusqu'à nouvel ordre. Les consignes viennent d'en haut et nous devons attendre de nouvelles instructions. Aucune autre information ne filtre. Le secret est gardé jalousement pour éviter les fuites. C'est certainement une très grosse opération. Ça sent le stup ! Alors, avec les copains de la BAC départementale, on prépare notre matériel: gilets pare-balles, armes à feu, matraques. On se doit d'être prêt pour cette opération dont on ignore tout. Quand on fait ce métier, il faut s'adapter à toutes les situations et à l'imprévu. J'appelle ma femme pour lui dire que je ne serai sûrement pas à la maison ce soir, ni même peut-être demain. Elle est habituée à ce genre de «surprises», ma petite femme. Mais surtout, elle sait. Elle est aussi policier. Alors, elle s'inquiète et me couvre de recommandations. «Fais attention à toi. Mets bien ton gilet...» (pare-balles, bien sûr.) Elle a évidemment bien moins peur d'un rhume que d'une balle perdue.

Mardi 6 septembre. Il est 20 h. On attend. Des heures durant.

Chacun s'occupe comme il le peut. Entre deux cafés, on discute de tout et de rien. Et puis, à minuit, ça bouge. Une réunion est organisée avec toutes les équipes mobilisées. Les policiers des stups sont présents. Le plan est précis, détaillé et très bien pensé. Ceux de la sûreté publique ont travaillé des mois durant sur cette affaire: enquêtes, planques, surveillances, écoutes, vérifications des informations. Je retiens avec attention les explications, les positions à tenir... Pas question pour moi de commettre la moindre erreur au risque de faire capoter l'opération et de ruiner tous les efforts de mes collègues. Les officiers nous détaillent le plan d'action. Le mot est lâché: c'est un go-fast en flag. Je le pressentais. Un go-fast, c'est un procédé prisé par les gros dealers et qui consiste à acheminer des cargaisons de drogues à bord de très grosses cylindrées. La méthode employée par les trafiquants est toujours la même. Le convoi est composé de deux voitures roulant à très vive allure. La première reste en tête et sert d'ouvreuse. Il s'agit en fait de repérer tout contrôle ou barrage de policiers. Le deuxième véhicule est chargé, lui, de transporter la marchandise. Ces convois remplis à bloc peuvent faire transiter à travers les frontières des centaines de kilos de substances illicites en quelques heures seulement. Mais pas cette fois. On sera là.

Il est 3h du matin. C'est le moment d'y aller.

 

Menottes aux poignets, un membre d'un gang de dealers est placé en garde à vue. La BAC a saisi 60 kg de drogue. (Jean-Pierre Rey)
Menottes aux poignets, un membre d'un gang de dealers est placé en garde à vue. La BAC a saisi 60 kg de drogue. (Jean-Pierre Rey)

 

Pas de place pour la fatigue, le stress ou le doute. Un seul objectif: la mission. Chacun sait ce qu'il doit faire. Le dispositif mis en place autour de cette cité d'Aubervilliers est impressionnant. Plusieurs véhicules dont trois fourgons d'interpellation. J'ai de la chance, je suis placé aux premières loges en me retrouvant dans le fourgon de tête. Mais j'ai aussi une grosse pression sur les épaules. Tout va très vite. Le trafiquant arrive, chargé de sacs volumineux et je le plaque au sol sans même lui laisser le temps de mettre un pied dans l'immeuble. C'est pour vivre des moments comme ceux-là que je me suis engagé dans la police. Maîtriser, menotter un trafiquant de drogue en plein flagrant délit.

L'individu est plaqué au sol, il a sur le dos un sac rempli de drogue. Je lis dans ses yeux le désarroi et la stupeur. Son regard semble me dire: «Waouh! Mec, je t'attendais partout, à tout moment. Mais certainement pas là.» Mener à bien une telle mission relève du défi. Car, à ce niveau-là du business, les gens à la tête de ces réseaux sont très organisés. Ils ne font rien au hasard. Méfiants et excessivement prudents, ils s'appuient sur un système de protection et de surveillance très élaboré autour de la cité. Leurs hommes font des rondes en voiture ou à moto, des guetteurs à pied donnent l'alerte au moindre mouvement suspect. Tout un stratagème qu'il nous faut déjouer avant d'arriver jusqu'à eux. L'interception de ce go-fast à Aubervilliers, c'est l'une de mes plus grandes fiertés. Une belle affaire menée de concert avec plusieurs services. Nous avons fait, en quelques minutes, plusieurs arrestations, saisi 40 kilos d'herbe, 10 kilos de résine de cannabis, de l'argent liquide et une arme à feu.

Mercredi 7 septembre. Très mauvaise journée pour ce réseau, qui a perdu en quelques minutes près de 400.000 euros et quelques années de liberté. Mais j'ai précisément choisi ce métier pour mettre des «vilains» hors d'état de nuire. Cette opération m'a valu quelques cernes. Entre les interpellations, les perquisitions, et les rapports, j'ai travaillé 24 heures sans m'arrêter. Mes collègues également. Ce soir, je suis ravi. J'aurai une belle histoire de méchants jetés derrière les barreaux à raconter à mes enfants.

Vendredi 9 septembre. La journée commence plutôt bien.

 

Un voleur venait d'arracher le collier en or d'une passante qui rentrait chez elle à Aubervilliers. (Jean-Pierre Rey)
Un voleur venait d'arracher le collier en or d'une passante qui rentrait chez elle à Aubervilliers. (Jean-Pierre Rey)

 

On se retrouve avant la prise de service avec les collègues autour de la machine à café. On se refait le film de l'opération go-fast à Aubervilliers. On se délecte des détails et on raconte pour ceux qui n'étaient pas là. On échange nos impressions. Heureusement que nous avons parfois de belles affaires comme celle-là, qui remontent le moral de l'équipe et compensent nombre de journées faites parfois de frustrations. Notre quotidien, c'est surtout un concentré de haine. En Seine-Saint-Denis, les violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique ont augmenté de 10 % en une année. Le message est clair: nous ne sommes pas les bienvenus dans les cités. Mais ce n'est pas bien grave. À la BAC, on est sans complexe et on s'impose. On va absolument partout. La particularité de nos services, c'est le refus de ces zones dites de non-droit. C'est un concept que nous avons banni. J'ai commencé ma carrière en 1995, à l'école de police de Reims. Les autorités de l'époque considéraient certains quartiers difficiles comme impraticables pour les policiers.

 

Envoyée sur place en urgence, la BAC l'a rapidement identifié puis interpellé. (Jean-Pierre Rey)
Envoyée sur place en urgence, la BAC l'a rapidement identifié puis interpellé. (Jean-Pierre Rey)

 

Nos supérieurs nous interdisaient formellement d'y aller pour ne pas provoquer et engendrer plus de problèmes. Je n'ai jamais pu accepter cette logique. Battre en retraite face à la délinquance, c'était difficile à digérer pour le jeune policier en devenir que j'étais à l'époque. C'est une aberration pour notre métier et un choix contre-productif. À Reims, la violence s'est depuis propagée au-delà des quartiers populaires pour arriver jusque dans le centre-ville. Après l'école de police, j'ai été affecté au commissariat de Stains. C'était mon tout premier poste. Je me changeais dans des Algeco. C'est là que j'ai appris à travailler avec pas grand-chose. On avait de vieilles machines à écrire et pas assez de rubans. Mais on se débrouillait. On allait en faucher à droite, à gauche. J'étais motivé par l'idée que j'aidais la veuve et l'orphelin avec des bouts de ficelle. Et puis j'ai été plongé dans le grand bain tout de suite, le commissariat se trouvant à quelques centaines de mètres d'une cité à problèmes. Après une année à Stains, j'ai intégré la CDI (Compagnie départementale d'intervention) 93. L'équipe, le travail, l'ambiance, tout était parfait. J'ai adoré ces cinq années avant de devenir, pendant quelques mois, chauffeur dans les ministères. Mais conduire et accompagner des ministres, ce n'est pas de l'anti-crime. Ce n'est pas la raison pour laquelle je me suis engagé dans ce métier. On m'a donc affecté au commissariat d'Aulnay-sous-Bois en 2005 pour intégrer la BAC quelque temps plus tard. Là, j'ai peaufiné mon savoir et ma technique d'intervention pour devenir un vrai «BAC-man». La BAC, c'est de la vraie police ! Les principes y sont simples et clairs. Il y a des voleurs, des bandits, des dealers. On les repère, on leur saute dessus, on les arrête et on les met entre les mains de la justice.

Lundi 19 septembre. Refuser l'instauration des zones de non-droit, c'est imposer sa présence dans les quartiers les plus chauds.

Aller partout, c'est aussi s'exposer à tous les dangers. Jean-Pierre, le photographe du Figaro Magazine qui me suit comme mon ombre depuis des semaines, en a fait aujourd'hui l'amère expérience. Nous avons été appelés aux Francs-Moisins, une cité de Saint-Denis particulièrement sensible. Je n'aime pas cet endroit. C'est un véritable panier de crabes et les actes de violence y sont particulièrement fréquents et extrêmes. L'appel au secours est douteux, comme souvent. La spécialité du coin, c'est le guet-apens. Et aujourd'hui, mon instinct ne me dit rien de bon. Mais nous avons une mission et nous devons répondre à tous les appels. À peine arrivés sur les lieux, les jeunes se déchaînent. Une pluie de pavés énormes s'abat sur nous. En quelques secondes, une vingtaine d'individus, capuche sur la tête, parviennent à nous encercler. À ce moment, la maîtrise de ces sentiments de panique et de peur, qui ne demandent qu'à s'emparer de nous, est essentielle. Il faut absolument garder la tête froide pour se sortir de ce genre de situation et, surtout, savoir courir. Un bon policier doit savoir ravaler sa fierté et son orgueil et s'enfuir quand cela s'avère nécessaire. Parce qu'un bon policier, c'est d'abord un policier vivant. Nous avons détalé aussi vite que possible. Bien sûr, on s'en tire avec quelques bleus, et notre amour-propre est un peu bousculé. Mais je suis soulagé de voir les coéquipiers arriver très vite pour nous extirper de ce mauvais pas. Dans ces moments, chaque seconde dure une éternité. Jean-Pierre, le photographe, vient de vivre un peu de notre réalité. Il est blême, essoufflé (moi aussi) et il confirme: la peur, on ne la ressent qu'après. C'est le deuxième effet d'une célèbre marque de bonbons. Elle vous revient en pleine figure comme un boomerang... et c'est douloureux. J'appelle ma femme pour entendre sa voix.

Mercredi 28 septembre. Avant de prendre mon service, comme toujours, je vérifie le contenu de ma sacoche

 

Extraction d'un dealer dans la cité des Beaudottes à Sevran. La tension est palpable. N'importe qui peut prendre les hommes de la BAC pour cible. (Jean-Pierre Rey)
Extraction d'un dealer dans la cité des Beaudottes à Sevran. La tension est palpable. N'importe qui peut prendre les hommes de la BAC pour cible. (Jean-Pierre Rey)

 

personnelle qui reste sur moi en permanence, dans la voiture. J'y mets l'essentiel pour ma journée. Un vrai kit de survie: trousse de secours, compresses, gouttes pour les yeux (absolument nécessaires quand on reçoit des gaz lacrymogènes), sans oublier ma matraque télescopique et une petite lampe de poche très puissante. C'est le minimum vital et je ne m'en sépare jamais. Pour bien faire ce job, nous devons nous tenir prêts. La BAC départementale de Seine-Saint-Denis a procédé l'an dernier à près de 2200 interpellations. Nous n'avons pas beaucoup de moments de répit. Prendre son service, c'est à chaque fois partir en guerre. Si notre mission est policière, nos instincts et nos réflexes sont quasi militaires. Arriver dans une cité c'est, pour nous, s'introduire en territoire hostile. L'ennemi guette et attend le moindre faux pas pour nous descendre. Dans le 93, c'est parfois une véritable guérilla urbaine. On fait la guerre à un ennemi caché. Au milieu, il y a des civils, une population qui essaie tant bien que mal de mener une vie normale. Nous devons gérer et évoluer avec ces deux extrêmes. Les voyous n'ont plus aucune notion de l'autorité policière. Ils nous perçoivent plutôt comme un gang rival. Nous sommes le «gang police» à qui il faut faire la guerre. Dans tous les cas, nous sommes l'ennemi à abattre. Je n'exagère rien. Je suis aussi militaire depuis 2001, capitaine de réserve au sein des forces spéciales. Mon expérience et ma formation au sein de l'armée me servent énormément sur le terrain des banlieues: savoir progresser en milieu hostile, sécuriser un périmètre à plusieurs, ne jamais laisser un des nôtres seul, ne jamais longer le mur des immeubles car le danger vient souvent d'en haut, des toits qui servent de points stratégiques aux délinquants. Ils se postent là pour nous lancer toutes sortes de projectiles. Ils sont très organisés. L'objectif premier, pour eux, c'est de protéger leur territoire et de préserver leurs points de deal. Un seul de ces points peut rapporter de 10.000 à 15.000 euros par jour. Des enjeux financiers colossaux pour ces dealers. Ils ne lésinent pas sur les moyens. Nous avons aujourd'hui en face de nous des jeunes entraînés. Ils vont à l'étranger, notamment dans les pays du Maghreb, pour apprendre à fabriquer des cocktails Molotov, organiser des guets-apens, «préparer des toits» en entreposant toutes sortes de projectiles (briques, pavés, parpaings, boules de pétanque) à des endroits stratégiques sur les hauteurs des immeubles. Tout cela ne s'improvise pas. Ils l'apprennent, l'appliquent et ce, dans un but précis. Ils sont lourdement armés. C'est devenu très facile d'acheter un Uzi, une kalachnikov, ou un 9 mm automatique. Certaines cités se sont spécialisées uniquement dans le trafic d'armes. Ils n'ont plus besoin d'aller bien loin pour s'équiper. Tout est à portée de main. En comparaison, nos équipements font parfois pâle figure. Le Kevlar de mon gilet pare-balles usé ne résisterait sûrement pas à une rafale de kalach. De toute façon, il n'est pas conçu pour ça. Eux sont prêts à tout pour continuer leurs petites affaires, parce que casser du flic, c'est nous empêcher de casser leur business.

Samedi 8 octobre. Le samedi est un jour comme les autres pour nous ! Le crime ne connaît pas de répit.

 

Pantin. Un voleur de sacs à l'arraché vient d'être mis hors circuit. Direction le commissariat. (Jean-Pierre Rey)
Pantin. Un voleur de sacs à l'arraché vient d'être mis hors circuit. Direction le commissariat. (Jean-Pierre Rey)

 

Notre très vieille Ford Mondeo est prête. Elle affiche déjà plus de 100.000 kilomètres au compteur et a été rafistolée plusieurs fois. Mais nous n'avons pas vraiment le choix. Nos véhicules sont fatigués, les moyens financiers manquent pour les remplacer. Nous sommes déjà tombés en panne de voiture au beau milieu d'une opération dans une cité. Et ça, pour attraper des vilains... ce n'est pas terrible. Mais aujourd'hui, tout va bien, on nous a mis à disposition des véhicules neufs. L'équipe se met en route, les sacs sont dans le coffre, le matériel d'intervention à disposition, et les radios commencent à crépiter. La journée commence par un petit tour de nos secteurs préférés, Sevran, Bondy, Bobigny... Les points de deal y sont nombreux. En arrivant, nous sommes évidemment repérés. Il y a les «choufs» (les guetteurs), toujours à leurs postes, qui communiquent notre arrivée à leurs copains vendeurs en criant: «Pue! pue!» En langage dealer, cela veut dire: «Prenez garde ! La police arrive !»

Payés entre 40 et 80 euros par jour et parfois un kebab en plus, ces gamins (souvent mineurs) n'ont aucun mal à gagner l'équivalent de mon salaire en un mois. Evidemment, à ce tarif-là, ils font du zèle. Les points de deal sont très organisés. Les «nourrices» sont souvent des habitants des immeubles chargés (ou forcés) de cacher la drogue chez eux et de la laisser à disposition des vendeurs qui, ainsi, ne se font jamais prendre avec de grosses quantités de stupéfiants sur eux. Les «portiers» ont pour mission de bloquer les passages pour gêner au maximum les interventions policières et permettre aux vendeurs de s'échapper. Le patron, lui, n'est jamais bien loin. Il est très souvent installé à la terrasse d'un café et surveille ses petites affaires à distance, quand il n'est pas occupé à trouver des solutions pour blanchir ses capitaux. Un business illégal et qui, à mon sens, doit le rester. Je suis absolument contre l'idée de la dépénalisation du cannabis ou de l'herbe. La légalisation de ces substances ne ferait qu'aggraver les problèmes dans les cités. Les jeunes iraient chercher de l'argent par d'autres moyens : braquages, vols avec violence, saucissonnages à domicile. Paradoxalement, le trafic de stupéfiants canalise un peu certaines cités. Les gros dealers «tiennent» les jeunes et les exhortent à rester tranquilles pour ne pas attirer la police et, ainsi, «bosser tranquillement». Tout ce petit monde compose avec la drogue. Certes, ce commerce permet à certaines familles vivant en situation de grande pauvreté de sortir la tête de l'eau. Elles n'ont pas vraiment d'autres choix que le trafic. Mais cela n'excuse rien, c'est illégal et puni par la loi. Pour le moment c'est calme. Rien à signaler dans nos quartiers préférés. Il est presque 13 heures. Pause déjeuner. Comme souvent, on se réchauffe une petite gamelle en vitesse. Pas le temps de s'arrêter plus de vingt minutes. La rue ne nous laisse guère de répit. Un appel radio nous informe qu'un «vol violence» vient de se dérouler à Stains. Je prends ma radio: «TN93 de BAC12, nous nous rendons sur place!» A peine arrivés sur les lieux, on tombe sur la victime, elle vient de se faire arracher son énorme collier en or et nous désigne au loin l'un des auteurs. Il n'a même pas pris la peine de se sauver. C'est en nous voyant foncer sur lui qu'il prend la fuite. Direction la cité du Clos Saint-Lazare ! Pas de chance pour lui, je connais le secteur comme ma poche ! Avec mes coéquipiers, on l'a très vite rattrapé. On charge notre individu direction le commissariat de Stains. On a attrapé le malfrat, la victime a retrouvé ses effets : voilà encore une belle affaire.

Lundi 17 octobre.Je viens de prendre conscience que cela fait près de sept ans que je travaille à la BAC.

 

Cité du Gros-Saule, à Aulnay-sous-Bois. La BAC et les policiers ont saisi 20 kg de drogue, 20.000 € en liquide et des armes. (Jean-Pierre Rey)
Cité du Gros-Saule, à Aulnay-sous-Bois. La BAC et les policiers ont saisi 20 kg de drogue, 20.000 € en liquide et des armes. (Jean-Pierre Rey)

 

Comme le temps file ! Sept années à courir, à attraper des vilains, à esquiver les coups, à digérer les insultes et à supporter cette haine contagieuse qui suinte et se répand partout. Et me tente parfois. Mais je me refuse à basculer. Pour faire ce boulot proprement, la règle première, c'est de garder la tête froide. C'est difficile. De plus en plus difficile. Ces dix dernières années, la violence a explosé dans les quartiers, elle a aussi changé de visage. Elle se fait chaque fois plus juvénile. Nos agresseurs n'ont aujourd'hui pas plus de 13 ans, et ce sont bien eux les pires. Ils se montrent d'une férocité inouïe. Mais surtout, dans ces quartiers populaires, la population a évolué. Les jeunes d'origine maghrébine, qui tenaient le marché du deal, ont été peu à peu évincés par les Africains. Cette immigration est bien plus récente. La polygamie fait des dégâts considérables. Les enfants vivent entassés dans de petits appartements. Ils préfèrent traîner dehors et se retrouvent vite à la merci des délinquants. Ils sont bien plus pauvres et ont le sentiment de n'avoir rien à perdre, d'autant que la plupart d'entre eux viennent de pays en guerre où la violence est extrême et fait figure de règle. Sur le terrain, face à ces populations qui règlent leurs comptes à coups de machette ou avec les poings, nous nous retrouvons souvent pris en étau. Récemment, l'un de mes collègues a été mordu par une femme africaine. Son index a été sectionné et ne tenait plus que par la peau.

Mercredi 19 octobre. Toute cette violence, cette haine, cette misère humaine, c'est pesant parfois.

 

Avec Sylvie, sa femme, brigadier-chef au Blanc-Mesnil, Christophe D. vient de résoudre une affaire de vol. (Jean-Pierre Rey)
Avec Sylvie, sa femme, brigadier-chef au Blanc-Mesnil, Christophe D. vient de résoudre une affaire de vol. (Jean-Pierre Rey)

 

Il n'y a pas de rempart pour nous préserver. En fait, le rempart, c'est nous. On se prend ça en pleine figure et sans filtre. Alors, parfois, c'est plus difficile. Il faut se remotiver, se vider la tête comme ce matin. J'ai décidé de me lever de bonne heure pour aller courir. Dix petits kilomètres pour garder la forme, mais surtout pour évacuer le stress et la tension. Nos pires ennemis. Si on les laisse s'installer, ils peuvent vous ronger de l'intérieur. Beaucoup de mes collègues y ont laissé la vie. Ah, ce fameux malaise de la police ! On s'isole, s'enferme dans le silence et la solitude et, ensuite, la nouvelle tombe. On apprend qu'un collègue s'est pendu, un autre s'est tiré une balle dans la tête... Et ce n'est jamais la faute de personne. Je suis lucide quant à la difficulté de notre mission. Derrière le policier, il y a un être humain avec ses failles et ses fragilités. Alors, je prends les devants. La meilleure façon de me préserver, c'est l'esprit de groupe et la communication. Il faut parler avec les autres, évacuer ses frustrations d'une manière ou d'une autre. Pour moi, c'est le sport. Etre bien dans son corps, c'est être bien dans sa tête. La famille, c'est aussi un pilier essentiel. Je profite de chaque moment avec les enfants, avec Sylvie, ma femme. Je les couvre de bisous, de câlins. Je fais le plein de tendresse avant d'attaquer une grosse journée de boulot. Et c'est comme ça que je tiens mais, surtout, que je suis heureux.

Jeudi 27 octobre. La date d'aujourd'hui marque un triste anniversaire.

Le début des émeutes de l'automne 2005. À l'époque, je venais d'intégrer la BAC et c'est pour moi une des pires périodes de ma carrière de policier. On allait « au feu » tous les jours sans savoir si on reviendrait en vie ou entier à la fin de la journée. Ce qui m'a surtout profondément marqué, c'est qu'à ce moment-là on a vraiment ressenti une haine pure vis-à-vis des policiers. Non seulement on l'a ressentie, mais on l'a sentie dans notre chair. Nombre de mes collègues ont été blessés. Je suis passé souvent à deux doigts de la mort. J'ai vu des boules de pétanque, des casseroles, des plaques d'égout jetées depuis les toits me frôler de quelques centimètres. Mes chaussures ont littéralement fondu, brûlées par l'acide des nombreux cocktails Molotov balancés par ces « pauvres jeunes désœuvrés ». Je me souviens avoir dû évacuer en urgence un de nos collègues, un solide gaillard de 1,90 mètre en état de choc, complètement tétanisé et terrassé par la peur. Une énorme plaque d'égout en fonte venait de passer à un cheveu de son crâne... Il ne s'en est pas remis. Impossible aussi d'ôter de mes souvenirs la vision de ce jeune policier brûlé au visage sous mes yeux. Les jeunes postés au dernier étage d'un immeuble lui avaient jeté de l'essence enflammée en pleine figure. J'étais juste derrière, j'ai eu plus de chance que lui. Ces images me hantent encore.

Lundi 28 novembre. L'ambiance est pesante à la base de Bobigny.

Si je pense aujourd'hui très fort à Damien et à Jérôme, mes deux amis de la BAC morts en service il y a quelques années, c'est parce que la nouvelle est tombée tôt ce matin. Un policier de la BAC de Marseille est entre la vie et la mort, atteint d'une balle en pleine tête. Les cambrioleurs qu'il pourchassait n'ont pas hésité à tirer sur lui avec des armes de guerre. Un des nôtres va certainement mourir. Et pourquoi ? Juste pour quelques tranches de saumon et du foie gras... C'est ce qui a été retrouvé dans le véhicule. Ils avaient braqué un supermarché. Ce policier a mon âge, il a une femme, des enfants. Comme moi. Cela aurait pu m'arriver, ça pourra m'arriver peut-être. Mais pour ma femme et mes enfants, dans ce cas, j'ai tout prévu. J'ai une bonne assurance qui prend en charge mes funérailles, et mon enterrement est déjà payé. Mais la vie ne s'arrête pas à ça ! Demain, je serai à nouveau dans la rue, avec mon équipage, à courir après la délinquance. On fera peut-être une affaire ! On arrêtera un dealer, ou un jeune qui aura brisé la vitre d'une voiture pour prendre le sac à main d'une femme imprudente, qui l'avait laissé bien en vue sur le siège passager. Elle nous dira discrètement : «Merci, heureusement que vous êtes là!» Ces mots, ce sont eux qui vous aident à continuer ce métier: savoir qu'on va arrêter un voyou, qu'on va rassurer une victime !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 15/12/2011 03:05


Le 93 c'est pire que la guyane et ce n'est pas peu dire...les rats ont la vie dure et connaissent pas les lois ..;il faut dératiser massivement mais avec l'aide de l'armée et surtout pas en
faisant confiance aux juges...

DUMARDECAFE 13/12/2011 14:29


Quel mérite, devant une société dégénéréscente que d'aucuns depuis un trentenaire ont laissé  se dégrader avec la venue incessante de chances pour la France. Le salut viendra en grande
partie de ces hommes et femmes courageux qui se font insultés et agressés de manière courante. Ils font respecter, autant que faire ce peut, les lois de La République. Tiendront-t'ils la
distance, car notre mal est grave et profond. Il faudra que les "nouveaux" juges viennent à leur rescousse. Car ce métier des plus dangereux qu'il soit ne pourra indéfiniment exposer ses citoyens
qui s'y engagent au risque vital à chaque intervention. Merci mesdames et messieurs des forces de l'ordre.

jpb 13/12/2011 10:13


excuser moi,mais une chose me fait marrer PRESUME INNOCENT ,ils sont pris en flag ,et ils sont présumé innocent ,extradition illico avec interdiction de remettre les pieds en France sous peine de
mort .

LA GAULOISE 13/12/2011 09:48


GRAND MERCI A TOUS NOS COURAGEUX POLICIERS. JE DIS BIEN  " COURAGEUX " CAR IL EN FAUT DU COURAGE POUR ETRE POLICIER DANS NOTRE PAUVRE PAYS.

francis Claude 13/12/2011 06:54


ce genre de flics et de gendarmes nous en avons des milliers dans nos unités de sécurité mais nous avons des politiques qui font en sorte de les diviser de les sanctiooé au besoin les muté voir
sus pendre car la consigne des politiques c'est surtout "pas de vague"....il faut de toutes façons en finassant dans tous les domaines tennir encore moins de 5 mois car si on n'est pas réelu on
passera la patate chaude bouillante a la guerriére ou leeeeee neu neu suivant

Loly 12/12/2011 18:11


Ils sont courageux, d'autant plus qu'on ne leur donne pas les moyens de "nettoyer la vermine,( comme annoncé dans un certain programme).Mais sommes- nous dupes de ce qui se prépare, nous savons
tous pour visionner, lire, que le  fameux projet de mondialisation s'étale comme un monstre tentaculaire et qu'il avance tranquillement, mais sûrement, mais devons-nous rester à attendre
l'inexorable.


Une belle leçon...à méditer!


http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/claudie-la-mamie-rebelle-de-saint-ouen-6870699.html

Epicure 12/12/2011 17:43


Le "glviot" convient à la terre battue et la campagne et n'est pas un effet de la misère mais de l'archaïque anéducatif.


En Espagne en 1957, dans les tavernes au sol jonché de sciure et aux outres de vin Tinto il y avait alors une ardoise où était écrit:


Interdit de blasphémer et de cracher.


Voilà, les choses ont changé.....


On peut souhaiter cela aux musulmans du 93 dans un délai "Suffisant"?


Mais qu'on ne nous ramène pas sans cesse la Misère ciomme excuse inusable.