Le journal "Le Monde" s'affirme clairement de "gauche" et anti Front National...

Publié le 8 Avril 2014

Le terme « fasciste » est-il une injure ou une caractérisation politique ? Maître Wallerand de Saint-Just, l'avocat de Marine Le Pen, laquelle s'était fait porter pâle, et Raquel Garrido, défenseur de Jean-Luc Mélenchon, bien présent, lui, dans la salle d'audience, se sont penchés pendant plus de deux heures sur cette question, jeudi 6 mars, sous l'œil des magistrats de la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

Vous pourrez constater que les experts sont libres et tout à fait indépendants et ne subissent aucune pression idéologique. Les affirmations sont donc équilibrées et ils font abstraction de leur engagement politique à gauche.

Juge et partie? Mais non voyons, nous sommes en France.

Gérard Brazon

Par "Le Monde" 

Un mois après le procès des « faux tracts » devant le tribunal de Béthune (Pas-de-Calais), le leader du Parti de gauche affrontait pour la deuxième fois la présidente du FN devant la justice, en qualité de prévenu cette fois-ci. Il lui est reproché d'avoir, le 5 mars 2011, alors qu'un journaliste d'iTélé lui demandait de commenter un sondage plaçant pour la première fois Marine Le Pen en tête du premier tour de la présidentielle à venir, répondu :

« Non, tout ça, c'est une guignolisation de la politique qui est absolument invraisemblable. Pourquoi voulez-vous que le peuple français soit le seul peuple qui ait envie d'avoir un fasciste à sa tête ? Donc tout ça est une espèce de fabrication par les instituts de sondage […], nous sommes en train d'en parler alors que c'est aussi stupide que si on annonçait que le Père Noël est en tête. »

Fraîchement élue à la tête du FN, Marine Le Pen, qui amorce alors sa stratégie de dédiabolisation du parti, décide de porter plainte avec constitution de partie civile pour « injure publique » contre l'auteur de ces mots et la chaîne qui les a diffusés. Une stratégie qui la conduira plus récemment à menacer de poursuites quiconque apposerait l'étiquette « extrême droite » sur son parti, menace qui n'a, jusqu'ici, jamais été suivie d'effet.

UNE « CARACTÉRISATION POLITIQUE »

Qualifier Marine Le Pen de « fasciste » est-il injurieux ? Les deux parties ont adopté des stratégies diamétralement opposées pour trancher la question. Le conseiller de Marine Le Pen a placé l'essentiel de ses arguments sur le terrain du droit et la caractérisation de l'injure, tandis que M. Mélenchon et son avocate ont projeté leur analyse sur le débat politique et la nature profonde du FN. (On notera la qualification de nature profonde sans que l'on sache ce que c'est tout en lui donnant un éclairage négatif. Technique de manipulation des lecteurs. Ndlr Gérard Brazon)

Pour Wallerand de Saint-Just, qui avait posé sur son pupitre Le Fascisme en action, de l'historien américain Robert Paxton, « Il est illégal de se revendiquer du fascisme ou du nazisme ». « L'imputation péjorative d'une opinion illicite et universellement réprouvée à ma cliente constitue donc une injure », a estimé l'avocat. Un délit défini, en droit, comme « toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait ». 

M. Mélenchon a eu beau jeu de rappeler que Marine Le Pen parlait elle-même de « fascisme doré des marchés financiers » et de « fascisme vert »à propos de l'islamisme. Il fut un temps, a-t-il rappelé, où « de Gaulle était traité de fasciste, ce qu'il n'était pourtant pas. Ce n'est certes pas un compliment, mais c'est une opinion » qui a sa place dans le débat public. Le FN se distinguant selon lui par la « négation des conflits de classes » au profit de « communautés mythiques comme la nationalité ou la religion », et la posture « ni droite, ni gauche », il revêt à ses yeux les marqueurs « typiques » du fascisme. Une « caractérisation politique » qui, si elle venait à être interdite, « interdirait tout travail scientifique sur ce thème », a-t-il mis en garde. (Donc ni droite, ni gauche mais patriote c'est du fascisme pour Mélenchon)

UNE « FILIATION » FASCISTE

La défense de M. Mélenchon avait justement pris soin de convoquer deux « experts » de la vie politique en qualité de témoin : un professeur d'histoire contemporaine, Jean Vigreux, (Engagé politiquement au sein du Nouveau Parti socialisteauteur de travaux sur l'invective en politique, et le journaliste Michel Soudais, rédacteur en chef adjoint de Politis.(se réclame de la gauche antilibérale et écologiste) (En clair des experts dignes et parfaitement indépendants.Ndlr Gérard Brazon)

A la barre, ce dernier a évoqué ses souvenirs du congrès de Tours de janvier 2011, au cours duquel elle fut portée à la tête du FN. A la tribune, a-t-il rappelé, avait pris place Alexandre Gabriac, qui sera exclu du comité central en avril – soit un mois après les propos tenus par M. Mélenchon – en réponse à la révélation par la presse de photos le montrant bras tendu devant un drapeau à croix gammée. Dans le public, a-t-il raconté, résonnait le slogan « La France aux Français », qui apparut pour la première fois en sous-titre de La Libre Parole, le journal fondé au XIXe siècle par l'antidreyfusard Edouard Drumond. Autant de signes qui permettent, à ses yeux, d'établir une filiation entre le parti de Mme Le Pen et l'histoire du fascisme.

« INTERDIRE LE MOT FASCISTE EST TYPIQUEMENT FASCISTE »

« Est-il suffisant de dire "lepénisme" pour comprendre ? C'est le passé qui donne un sens« , a insisté Jean-Luc Mélenchon pour justifier ses propos."Vous ne cesserez jamais à nos yeux d'être des fascistes, même si vous nous interdisez de le dire. Mme Le Pen se cache sous une peau de mouton pour faire oublier sa nature cruelle de fasciste. »

« Le fait même de vouloir interdire le mot fasciste est typiquement fasciste, a plaidé Raquel Garrido. L'impensé, le non-dit, serait dramatique. Le débat que nous avons aujourd'hui n'est pas clos, il va perdurer, tant que le FN existe et que nous aurons un débat pour le qualifier. »

Interrogé par Me Garrido sur la façon dont il qualifierait le FN, l'universitaire Jean Vigreux a pris soin de rappeler que « fascisme » était un « mot-valise, utilisé à tort ou à raison ». « Si je devais prendre une qualification, je dirais oui, le FN est fasciste, en raison de son idéologie sociale-nationale. Mais c'est plus complexe que ça », a-t-il nuancé.

 

Le parquet a requis la relaxe, estimant qu'« il n'y a pas, compte tenu du contexte politique, de dépassement de la liberté d'expression, particulièrement large à ce moment de la vie électorale », à un an d'une élection présidentielle.

Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 10 avril.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Epicure 08/04/2014 17:57


La mentalité "Ligne Maginot" a encore frappé !


Ne rien décider, ne rien faire et ATTENDRE...