Le livre de chevet du parfait idiot utile Par Victor Perez

Publié le 14 Août 2012

 

Le conflit proche-oriental est probablement celui qui est le plus documenté, expliqué et commenté par les médias. La lecture, au hasard, de commentaires au bas d’articles sur le sujet démontre, si besoin était, que l’orientation générale attribue toujours la responsabilité de la situation à l’Etat d’Israël et innocente les ‘’Palestiniens’’ de toutes fautes. Cependant, le décodage des faits énoncés, par tout quidam intellectuellement honnête, donne à s’apercevoir que l’épine dorsale de l’accusation s’articule toujours autour des mêmes thèmes mensongers.
Les frontières :
L’Etat juif se voit attribuer arbitrairement les « frontières de 1967 ». Un bornage qui n’est que la ligne d’armistice de 1949. Une ligne de cessez-le-feu qui pourra, éventuellement, devenir frontière internationale que suite à un accord de paix approuvé et signé par l’Etat d’Israël. Jusqu’à lors, cette ligne ne peut légalement être considérée autrement.
La colonisation :
Nonobstant cette réalité indiscutable, cette ‘’frontière’’ sert aux idiots utiles, mais aussi aux antisémites drapés du paravent de l’antisionisme, à garantir la qualité de « colonisateur » de  ‘’l’entité sioniste’’. Ainsi seulement, la Judée et la Samarie, terrain si riche du passé juif, se transforme par cette propagande en territoire étranger et de surcroît de pleine propriété ‘’palestinienne’’. Ceci,  alors que nulle résolution ne l’a décidé ni que nul passé historique de ces Arabes de Palestine ne vient enrichir l’argumentaire.
L’occupation :
Suite au refus du monde musulman d’accepter, en temps et en heure, le partage de 1947, et faute de tout accord de toutes les parties sur cette région, celle-ci restera disputée. Les implantations juives ne sont donc pas plus illégales que celles construites par l’Autorité palestinienne qui trouve sa seule légitimité dans des accords d‘Oslo (qui par ailleurs n’interdisent pas les « colonies ») paraphés et voulus par Israël.
Liens historiques :
Réalité là encore indiscutable que le livre de chevet des propagandistes tente de contourner en niant, cette fois-ci, tout lien historique entre le passé juif de la terre sainte et le peuple juif actuel. Celui-ci ne serait donc pas un très vieux peuple, la Judée et la Samarie pas des terres ancestrales et la renaissance de l’Etat d’Israël ne serait que la création d’un état pour les Juifs palestiniens sans lien avec l’ancien peuple hébreu. Mieux ! Les véritables descendants de celui-ci seraient les ‘’Palestiniens’’ convertis de force ou de gré à l’Islam.
Tout ceci sans en apporter la moindre des démonstrations, ni preuves mais devant justifier, entre autre, la propriété musulmane pleine et entière de la veille ville de Jérusalem. Une ville néanmoins ignorée au temps de l’Empire ottoman qui a duré plus de six siècles, mais également lors des dix-neuf années du règne transjordanien. Un ‘’lieu saint’’ musulman oublié et négligé jusqu’à ce qu’il redevienne la pleine propriété du peuple juif en 1967. Une ville sanctifiée, louée et remémorée au fil des siècles par ce peuple à qui lui est renié, malgré cela, le moindre lien ou droit.
La Jordanie :
Une autre ‘’vérité’’ affirme que la « Palestine historique » est située sur la rive ouest du Jourdain. C’est vite oublier que le Royaume hachémite de Transjordanie fut crée en 1946 sur près de quatre-vingt pour cent du territoire de la Palestine administrée alors, sous mandat de la SDN, par la Grande-Bretagne, et que celui-ci abrite les arabes de Palestine. Ceux que d’aucuns nomment abusivement les « Palestiniens ». En conséquences, ceux se trouvant en Judée, en Samarie et à Gaza  mais aussi ceux héritant à leur naissance du titre de « réfugié » ne sont pas des apatrides comme la propagande le fait gober.

La sauvagerie et l’inhumanité israélienne :
A tout ceci est ajouté le côté  « barbare » des Israéliens. « Crimes de guerre et contre l’humanité » sont, paraît-il, d’usage normal dans Tsahal. Une politique de « génocide » devant faire fuir les familles des « victimes palestiniennes » et, ainsi, laisser les « colonies » croître paisiblement. Le Conseil des Droits de l’Homme s’inquiétant de ces ‘’crimes’’ a établi en 2009 un rapport confirmant cette situation. Sauf qu’après lecture des enquêtes israéliennes à ces sujets, le Président de la commission ayant rédigé ce rapport renia sa propre expertise. Dans un article publié par le Washington PostRichard Goldstone reconnu que les Israéliens n’ont pas intentionnellement pris pour cible des civils durant l'opération Plomb durci. CQFD !
Il en est de même pour le blocus de la bande de Gaza par la marine israélienne qui transformerait ce territoire en une « prison à ciel ouvert ». Le rapport Palmer, demandé par leSecrétaire général des Nations Unies suite à l’abordage de la Flottille en 2010, affirme que « le blocus naval a été imposé comme une mesure de sécurité légitime afin de prévenir l’accès des armes à Gaza par voie maritime et sa mise en place est conforme au droit international ».
Conclusion :
Devant autant de mensonges, la question qui se pose à l’encontre de l’idiot utile est celle du niveau véritable de son intelligence ! Cette question ne se pose évidemment pas à l’encontre de l’antisémite caché ou non derrière l’antisionisme, ni envers le monde musulman qui a fait de la taqîya sa doctrine première. Une abstraction de la vérité qui autorise ainsi des Ongs à lancer des appels aux boycotts de l’état juif, des hommes politiques à les soutenir, des partis à manifester dans les rues à leurs côtés et des gouvernements à légitimer leur politique mercantile en quête de pétrole et de pétrodollars.
De quoi s’inquiéter durablement de l’état du monde occidental !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article