Le mariage homosexuel: pourquoi je suis contre par Gérard Brazon

Publié le 8 Novembre 2012


Le texte du projet gouvernemental, présenté mercredi en Conseil des ministres, sera débatu en séance parlementaire en 2013.

Gérard 53 ansLe "mariage homo" est choquant à plus d'un titre. Non pas l'union de deux personnes qui s'aiment mais le mariage qui est avant tout, le symbole de la volonté de fonder une famille par deux personnes de sexes différents.

Car quoi qu'en dise les biens pensants, si une femme peut faire des enfants, elle aura toujours besoin d'un homme ou du moins de sa semence. Pendant des millénaires, ce fût le cas et ce le sera encore pendant des millénaires! Alors oui la science! La science permet la procréation sans que l'une ou l'autre du sexe opposé n'intervienne physiquement, mais il n'en reste pas moins que c'est la science et non la nature qui sera acteur de cette procréation entre deux personnes du même sexe.

Dans un couple de femme, l'une sera mère, l'autre pas! Les reportages énamourés de deux femmes regardant avec tendresse l'enfant qui batifole à leurs pieds n'est que de la propagande, de l'enfumage pour citoyens gogos. L'une est mère, l'autre pas, c'est ainsi.  Dans un couple d'hommes, personne ne sera la mère! Tout juste un géniteur pour l'un des deux. Le reste n'étant qu'un délire.

Alors "l'enfant d'homosexuels"?

La mère pourra affirmer sa maternité pendant ses neuf mois et la naissance de son enfant c'est une évidence naturelle. La conjointe pourra se payer de mots.

Le père homosexuel pourra affirmer sa paternité dans l'attente de sa "commande" faite à une femme porteuse. Il pourra se payer de mots également. Les deux conjoints n'auront  aucune racine à partager. Ni grands-parents communs, ni histoire de famille. Ah oui, ils auront les sentiments qui ne pourront en aucun être filiaux. Ils seront de cerveaux mais pas de tripes!

L'égalité, nous disent les bobos-socialos!

On constate tout de suite que cela n'a rien à voir avec l'égalité. Outre le fait que si l'on suit cette logique jusqu'à l'absurde, pourquoi continuer faire des vestiaires séparés dans les entreprises? Pourquoi faire des vestiaires et des douches séparés dans les salles de sports? Après tout,  parent 1 et 2 côtoient des personnes qui sont attirantes sexuellement pour eux et donc potentiellement perturbantes sexuellement? L'égalité absolue des socialistes voudrait donc qu'on abolisse en urgence cette inégalité des hétéros vis-à-vis des homos face à la problématique des vestiaires et des toilettes républicaines!

Une femme et un homme ne sont pas égaux en matière de sexe, ils sont complémentaires. En matière de mariage comme de procréation, vouloir l'égalité de traitement avec les hétéros est tout simplement imbécile mais surtout doctrinaire et un mot donc: socialiste!

Si à travers "le mariage" ce sont des droits civils qui sont recherchés, c'est totalement différent

Il me semble normal qu'un couple homo déclaré, bénéficie des fruits d'un travail, d'un capital obtenus en commun au même titre qu'un couple hétéro. Mais pourquoi vouloir l'appeler "mariage" qui est à l'origine une union religieuse et qui par la suite, c'est traduit par un acte civil après la révolution. Il ne faut pas oublier que le mariage est surtout un acte de protection pour les enfants à venir du couple. C'est la filiation et pour dire un mot qui peut sembler provocateur, la traçabilité de l'enfant, même si nous le savons bien, la paternité est moins certaine que la maternité.

Pour ma part, je crois que l'enfant se détermine par rapport à un père et une mère. Que c'est l'exemple le plus simple de la loi de la nature. Qu'il ne sert à rien de tordre cette nature pour la mettre à la haueur d'une idéologie. Alors bien sûr, il y a la vie et des exemples foisonnent de ces enfants élevés par deux femmes, souvent la mère et la grand-mère du fait d'une guerre ou d'évènements graves! L'enfant le sait et il l'a intégré dès le début. L'image du père ou de la mère n'est pas absente.

Il suffit de se pencher sur les drames de la filiation, de la recherche désespérée d'enfants abandonnés ou d'enfants de divorcés pour savoir qu'il est important pour l'enfant de connaître son père, d'où il vient, qui il est. Bien sûr que l'amour parental est important mais savoir d'où on vient l'est tout autant.

Une fille ou un fils de divorcés ou un enfant abandonné chercheront le père ou la mère en permanence. Même si ce n'est que pour le/la voir, lui parler, le/la connaître et constater.

Moins grave bien sûr, mais tous les amateurs de généalogie sont désespérés des lacunes qu'ils trouvent lorsqu'un des aïeuls est "père inconnu".  Leurs arbres généalogiques sont  "amputés".

L'importance des racines est certaine, cette importance que nient nos biens pensants à ne voulant voir dans l'individu qu'un être unique sans passé et donc par définition sans devenir que celui d'être un simple consommateur du temps qu'il a à vivre. La femme ou l'homme qui découlera de cet enfant ne peut pas être un être sans histoire, un être sans racine.

 

Ce n'est pas nier la possibilité d'amour des enfants par les homos que de le dire.

Le mariage est par définition procréatique et donc par deux personnes de sexes différents. Il ne peut-être homosexuel.

Que les homos s'unissent, garantissent leurs droits à vivre ensemble et à hériter d'eux-mêmes n'est pas choquant mais de grâce, qu'ils ne tordent pas le cou à la réalité de la vie dans le sens initial du terme. Plutôt que "mariage pour tous" (expression de faux-culs) qui pourrait aussi bien signifier mariage avec sa mère, son père, sa sœur, son frère, son chien et j'en passe, trouvons autre chose.

L'amour que se portent des êtres humains est trop important pour en faire de la politique politicienne. Qu'ils s'aiment, que la société les protège mais qu'ils ne bousculent pas l'ordre naturel de notre société millénaire.

Gérard Brazon

Cet article est libre de droits avec toutefois le nom des auteurs, celui de notre traductrice Nancy Verdier et le nom du site: http://www.gerard-brazon.com

********

 

Le Figaro

Le texte du projet gouvernemental, présenté mercredi en Conseil des ministres, sera débatu en séance parlementaire en 2013.

«Une avancée historique de l'égalité.» Le patron du Parti socialiste,Harlem Désir, a salué mercredi l'adoption en Conseil des ministres du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. «Nul excès, nulle outrance ne viendra détourner l'ambition résolue des socialistes de faire progresser l'égalité», a ajouté Désir. Disant cela, le premier secrétaire du PS vise les opposants aux textes, surtout la droite.

Mais les réticences et les doutes existent aussi dans les rangs socialistes. Non sur l'ouverture du mariage aux couples homosexuels, mais sur les questions de filiation soulevées par l'adoption et l'éventuelle procréation médicalement assistée (PMA). «Certains d'entre nous sont des cathos de gauche et embarrassés par le sujet, admet un élu PS. On est entre l'intuition qu'il faut garder le cap fixé par le président et l'idée selon laquelle il nous faut rester fidèle à nos convictions. En ce qui me concerne, c'est le rapport aux enfants qui m'ennuie et me pose problème.» François Kalfon, en charge des études d'opinion au PS, ne nie pas les réticences des élus, qu'il observe également dans l'opinion. «Une porte a été ouverte dès lors qu'il a été question de permettre auxcouples homosexuels d'accéder à la procréation assistée ou à la gestation pour autrui. Cela n'a pas aidé à la clarté du débat», explique-t-il.

Depuis quelques jours, plusieurs socialistes font ainsi entendre une musique dissonante, par rapport à la ligne officielle. Comme l'avaient déjà fait le maire de Lyon, Gérard Collomb, et Bernard Poignant. «Pour moi, la seule question qui se pose ne concerne pas les adultes, mais les enfants, avait dit le maire de Quimper et proche conseiller de François Hollande. L'enfant se construit dans l'altérité des deux genres, féminin et masculin. Le Parlement s'honorerait de consulter largement les structures d'éducation, les associations familiales, de psychiatrie, de pédiatrie, y compris les confessions religieuses.»

Également préoccupée par ces questions de filiation, la sénatrice de Paris Marie-Noëlle Lienemann, membre de l'aile gauche du PS, va proposer une modification du texte. «Je souhaite que les termes père et mère puissent continuer à figurer sur les actes», confie-t-elle. Le gouvernement a d'ores et déjà prévu de le faire. (..)


1998: quand Guigou disait non à l'adoption (Que j'approuve totalement! ndlr Gérard Brazon)

Voilà ce que déclarait à l'Assemblée nationale Élisabeth Guigou, garde des Sceaux, le 3 novembre 1998 lors du débat sur le pacs: «Une famille, ce n'est pas simplement deux individus qui contractent pour organiser leur vie commune. C'est l'articulation et l'institutionnalisation de la différence des sexes (…) Au regard de l'enfant, couples homosexuels et hétérosexuels sont dans des situations différentes. La non-discrimination n'est pas l'indifférenciation. Le domaine dans lequel la différence entre hommes et femmes est fondatrice, et d'ailleurs constitutive de l'humanité, c'est bien celui de la filiation. (…) Un enfant a droit à un père et une mère, quel que soit le statut juridique du couple de ses parents. (…) Certains ajoutent une menace: le pacte ne serait qu'une première étape vers le droit à la filiation pour les couples homosexuels! Ceux qui le prétendent n'engagent qu'eux-mêmes. Le gouvernement a, quant à lui, voulu que le pacte ne concerne pas la famille. Il n'aura donc pas d'effets sur la filiation. Je veux être parfaitement claire: je reconnais totalement le droit de toute personne à avoir une vie sexuelle de son choix. Mais (...) ce droit ne doit pas être confondu avec un hypothétique droit à l'enfant. (…) Pourquoi l'adoption par un couple homosexuel serait-elle une mauvaise solution? Parce que le droit, lorsqu'il crée des filiations artificielles, ne peut ni ignorer ni abolir la différence des sexes.»

Par Anne Rovan

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Yves IMBERT 08/11/2012 19:22


article pertinent de Gérad Brazon, pour ma part je considère simplement que ce pseudo mariage voulu par les guignols au pouvoir  n'est ni plus ni moins qu'un signe fort de décadence comme
celle qui a détruit la Rome antique

henri 08/11/2012 19:01


Très bon exposé Christophe .

christophe 08/11/2012 16:39


Bravo Gérard pour cet article.


Pour prendre un autre chemin et élargir encore le débat laissez moi partir sur des chemins
folkloriques. Après tout on ne peut pas y être plus ridicule que la gauche !


 


Aussi j'évoquerai le comique et le tragique de la mise en danger des homosexuels :


http://www.fn78-1.fr/article-mariage-homosexuel-112218591.html


(dernier chapitre)Vous savez ce que pour les islamistes l'homosexualité est un péché. La charia, loi islamique, condamne fortement l'homosexualité dans toutes les écoles juridiques et prescrit
la peine de mort comme sanction en cas de pratique. Ils sont pendus ou lapidés. Grâce au gouvernement de la gauche bien pensante les homosexuels pourront se marier après publication des bans. Ils
dévoileront aux yeux de tous leur homosexualité, leur noms, leur adresse, leur profession. De tous, c'est à dire les citoyens comme vous et moi, mais pas seulement. Il y aura aussi les islamistes
homophobes qui verront comme une aubaine cette mise à disposition des identités des homosexuels. Il leur sera aisé de constituer des listes qui seront bien utiles lorsque la charia sera
appliquée. Vous allez me dire que la charia ne sera jamais appliquée en France, peut-être, mais peut-être pas. Les habitants d'Anderlecht et de Molenbeck en Belgique, pensaient cela impossible et
aujourd'hui les élections communales les ont rappelé à l'ordre très violemment.


C'est une grave erreur de la gauche que d'instaurer à la fois plus d'islam et plus de revendications homosexuelles en
France car les deux ne font pas bon ménage...


 


Ensuite je reprendrai les questions posées par le philosophe Damien Theillier :


http://www.fn78-1.fr/article-separer-le-mariage-traditionnel-de-l-etat-112237664.html


Qu'en sera t-il de « l'après mariage pour tous » ? Sera t-il possible de conserver une opinion
critique de celle-ci même en l'appliquant à la lettre ? Pourra t-on être un jour poursuivie pour blasphème au « mariage pour tous » ? Après tout ce n'est pas plus absurde que
ce que veut nous imposer l'OCI en tentant d'interdire tout critique de l'islam.


La défense du mariage traditionnel relèvera entre autres de l'église et non plus de la contrainte de la loi. Pourquoi
ne pas alors voir une église se sentir déliées de toute obligation légale et boycotter le mariage civil.


Et encore plus loin, pourquoi les plus croyants ne pourraient pas demander le « démariage civil » à la
mairie.


 


Sur la modification des manuels scolaires les socialistes n'ont rien inventé.


http://www.ourweekly.com/los-angeles/gov-jerry-brown-approves-sb-48-gay-education-bill


La nouvelle scolarité des enfants proposée par la loi SB48 aux USA en atteste.


 

henri 08/11/2012 14:37


""dans ce cas faire nombe"" ?  


C'est'y quoi ça ???    grrrr ...

mfh 08/11/2012 14:29


tu preches une convaincue qui fait tout pour etre convaincante... dans ce cas faire nombe dans toutes les manifestations a ce sujet...mf

henri 08/11/2012 13:54


Très bon article Gérard !


Merci pour sa publication....


henri

Mascara83 08/11/2012 13:07


Manque de temps, je n'ai pû lire votre article Gérard!  Tout ce que je puis vous dire et, surtout faire connaire à vos commentateurs, c'est que ce matin en écoutant une radio, car, je ne
regarde plus les infos sur les chaînes TV à la sauce et aux ordres "chamallow". Une fillette de 9 ans adoptée par 2 "lesbiennes"a été interviewée sur : l'école".  Celle-ci a déclarée :
qu'elle ne comprenait pas très bien que dans tous les manuels scolaires on parlait de : papa a fait ceci et maman cela, donc, encore moins,qu'elle avait 2 mamans et non pas, un papa et une maman
???   D'ici à ce que ces Ministres "figues molles" ne décident pas de modifier les manuels scolaires, ils n'y a pas des KM à faire!!!

Francis NERI 08/11/2012 12:46


Bravo Gérard ! J'attendais de ta part cette prise de position ! En effet, bien que "spirituellement" des sémites comme le dit le pape mais plutôt agnostiques voire paîens, nous reconnaissons tous
les deux que la France et l'Europe ce n'est pas seulement 1789 !


Amitiés


Francis