Le mariage homosexuel ? Un contresens ! - par Anne Zelensky

Publié le 15 Juin 2011

 par Anne Zelensky - de Riposte Laïque

Voilà relancée la question du mariage homosexuel. Au delà de la manip politique – l’UMP cherche à se faire bien voir de la communauté homo – ce mariage- a- t il raison d’être ? Il y a une antinomie certaine entre mariage et homosexualité. Le mariage renvoie à une institution millénaire, basée sur l’hétérosexualité, la monogamie et la reproduction. Il s’inscrit dans une civilisation dont il fonde la perpétuation et se fonde sur un contrat bien déterminé.

L’homosexualité est une choix ou une pratique sexuelle, longtemps stigmatisée, qui se situe en marge de ce contrat et dans un courant de société relativement récent, marqué aussi par l’association de l’amour et du mariage. Longtemps le mariage n’avait que faire de l’amour, c’était un contrat entre deux familles. L’inclusion de l’amour dans le mariage ne contrevient pas à l’esprit de ce contrat. Par contre l’homosexualité se situe en dehors de ses cadres : elle n’implique ni la procréation, ni la cohabitation, ni la fidélité. Pour autant les homo ont droit à accéder aux mêmes droits que les hétéro. Mais pas sous la même forme. Quand nous avons conçu le PACS – j’étais parmi les initiatrices de cette idée – dès les années 80, cela n’avait rien à voir avec le mariage. Il s’agissait de créer un autre type de contrat que le mariage entre personnes qui ne voulaient pas se marier, mais qui souhaitaient établir un lien d’un autre type. Je dis bien personnes, pas forcément homo. Le projet pouvait concerner des ami/es, des personnes âgées… renvoyées à une certaine solitude et qui trouveraient dans le PACS une forme de solidarité matérielle et affective. Le propos était de susciter et de reconnaître d’autres liens que ceux du mariage, de retisser du lien social, comme on dit et d’alléger par le biais, le budget de la Sécurité sociale. Le médicament sert souvent de palliatif à la solitude. La question du sexe n’était pas du tout centrale dans le projet du PACS. C’était un contrat d’un autre type que le mariage, qui répondait à une demande et qui élargissait les possibilités d’alliances entre les gens.

Ce n’est pas un hasard si notre projet n’a pas suscité l’adhésion de l’ensemble de la communauté homo, qui visait plutôt le mariage . Pas plus que ce n’est un hasard si sur l’ensemble des pacsés, seulement 5% des homos y recourent. La revendication du mariage homo se situe dans cette manie contemporaine de l’égalité, ou plutôt, comme dirait Murray, de l’égalitisme. Tout le monde, il est égal, tout le monde il a droit aux mêmes droits, sous la même forme. On a longuement analysé dans nos colonnes les méfaits de cette manie, en matière d’identité, d’immigration et de diversité.
Revendiquer le mariage homo, c’est tomber dans un contresens. Le mariage a son histoire, sa légitimité et ses spécificités. Symboliquement il se situe sur un autre registre que l’homosexualité. Que les homos aient droit à une reconnaissance, c’est désormais évident Le PACS est là pour la réaliser. C’est la diversité des contrats d’alliance qui est à préserver, qui en fait la richesse, pas l’alignement de tous sur le même contrat.

Au fond, si le mariage homo réalisait le rêve des homos de devenir des hétéros comme les autres ?

Anne Zelensky

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Johanny 15/06/2011 18:51



Mais pourquoi  ces militants homosexuels veulent ils à tout prix cesser d'être différrents après nous avoir demandé d'accepter leur différence ?... Certes ils ont le droit au bonheur comme
tout le monde mais ils pourraient trouver un autre nom que le "mariage" pour désigner ce genre d'union....


Que certains soient très malheureux de se sentir "différents, c'est possible, mais somme nous responsables de cette différence ?...


 


Des drames il peut y en avoir dans tous les milieux, des maladies aussi, je connais des époux dont le mari diabétique depuis l'enfance a renoncé à faire un enfant d'un commun accord avec son
épouse pour éviter de lui transmettre génétiquement cette saloperie, croyez vous qu'ils en veulent à la terre entière pour autant, croyez vous qu'ils vont demander
qu'il y ait une loi pour empêcher que les gens bien portants ne fassent des enfants par pure jalousie ?... Et bien je reste persuadé que nombre d'homosexuels, parmi les militants les plus
virulents n'ont pour arrière pensée que la destruction de l'institution du mariage parce qu'ils ne suppportent pas l'idée d'être différents. ils ont d'abord voulu que tout le monde accepte et
reconnaisse leur différence et les respectent en cela, qu'ils fassent de même et acceptent leur différence au lieu de tenter, par une législation stupide, de gommer ces différences, ce qu'ils
n'arriveront jamais à obtenir !...De là à prendre comme exemple le fait qu'il existe des couples normaux qui ne s'entendent pas pour tenter de justifier l'injustifiable. je veux bien respecter
leur différence, je le fais, qu'ils et elles fassent de même afin de se respecter eux-même



L'En Saignant. 15/06/2011 18:22



Quelles qu'en soient les
modalités et les "mises en scène", il va de soi que le MARIAGE est une institution "universelle et vieille comme le monde" dont le fondement et la signification est d'UNIR deux ÊTRES DANS LE BUT
DE PERPÉTRER L'ESPÈCE en codifiant leurs droits et devoirs y compris vis à vis des conséquences naturelles: la procréation . Ce ne peut donc être, à l'évidence que l'UNION DE DEUX ÊTRES DE SEXE
OPPOSÉ DONC d'UN HOMME et d'UNE FEMME. Je REFUSE MORALEMENT et PSYCHOLOGIQUEMENT que ce TERME de MARIAGE soit DÉVOYÉ et SALI PAR DES PRATIQUES HORS NATURE et je REJETTE CETTE POSSIBILITÉ D'USAGE
POUR DES GENS QUI "FORNIQUENT DANS LA MERDE" et ne SONT DONC QUE DES VICIEUX ou des MALADES - Les premiers devraient avoir la pudeur et l'élémentaire discrétion qui s'impose à minima, de ne pas
s'exhiber et encore moins d'en être fiers (mais où va-t-on .?) Pour les seconds, je ressens de la COMPASSION et j'estime qu'ils ont besoin  d'être pris en charge par la Sécu et des filières
de soins adéquats ... À la limite et, avant que l'islam n'y mette un terme (c'est le seul accord que j'ai avec ces tenants) la loi a déjà trop fait en créant à leur intention des PACS ... C'est
déjà beau et qu'on en reste là, de grâce.! Notre époque S'ÉVERTUE à TOUT SALIR (Le terme "DÉGUEULASSER" serait mieux adapté).!


 


Je reviens sur ce sujet après l'examen attentif de la Vidéo du "Débat entre le Député J.  L. ROMÉRO et M. C. ARNAUTU. Un aspect loin d'être négligeable a totalement été éludé; celui de la TERMINOLOGIE. Nous
sommes dans le pays de DESCARTES et la pertinence du terme, sa signification y compris en DROIT Français, font partie de la construction de notre langue. Comment dans la cacophonie des tenants à
la ROMÉRO, distinguer alors, l'union entre des hétéros et des homos .? NOUS qui sommes MARIÉS DEPUIS 56 ans, nous nous sentirions PROFONDÉMENT SALIS si ce TERME était ainsi BANALISÉ et appelé à
couvrir "N'IMPORTE QUOI". Quant aux enfants; le DIVORCE FACILE a déjà trop fait DE DÉGATS sans qu'un DÉPUTÉ HOMO vienne argumenter en évoquant, comme s'il s'agissait d'un "PROGRÈS INÉLUCTABLE"
les Familles "RECOMPOSÉES" qui en fait, ne sont que l'aboutissement d'une "DÉCOMPOSITION PRÉALABLE" à l'image de la SOCIÉTÉ qu'il promeut.! Malheureusement l'enseignement plongé chaque jour dans
les conséquences humaines dramatiques pour les enfants de ce "BOBOISME" et  "BIENPENSANCE"  qui y règne et traîne depuis 68, est devenue une grande muette à tel point que quelques uns
n'osent même pas évoquer leurs expériences en l'affaire,  de crainte hélas de se ridiculiser .!   ... Pauvre France ....!